Juste une reTuche…

Décadence de Cordicopolis

L’ami Paul Fortune vient d’éditer un nouveau billet, ce qu’il n’avait pas fait depuis décembre; or ce qui est rare est précieux donc courrez vite le lire. C’est par ici.

Je ne me lancerai pas dans une analyse des gags ou de l’aspect comique capture_decran_2018-01-11_a_12.19.26.pngde telle ou telle réplique ou situation de ce nouveau volet de la saga des Tuches car la seule vision de la tronche de Jean-Paul Rouve (ci-contre) avec cette tête de demeuré consanguin, et la seule écoute de leur accent exagérément débile m’insupportent et m’empêchent de regarder ce film en entier. La seule bande-annonce fut déjà un calvaire, tout comme a pu m’exaspérer le film « Les ch’tis » en son temps; ce terrible navet aux sonorités plus qu’agaçantes a été tellement plébiscité en terme d’entrées que je m’interroge sérieusement sur l’état psychologique et intellectuel de mes compatriotes qui se sont rués de manière identique, et tout…

View original post 244 mots de plus

Publicités
Publié dans Non classé | 4 commentaires

Les Tuches

Paul Fortune

J’ai découvert la bande-annonce des Tuches 3 et je dois reconnaître que le film a l’air assez marrant. Je ne suis pas spécialement amateur du genre et je n’irais pas jusqu’à payer pour le voir, mais il faut reconnaître que la débilité assumée de la chose fait rire. On est évidemment dans la veine « cht’is » sans le côté sinistre du navet de Danyboon dont on se demande comment il a pu plaire tant il est indigent et pénible (j’ai tenu 10 minutes). Ce film fait dans le bourrin, dans l’absence totale de finesse avec des gags qui ont l’air, du peu que j’ai pu en voir, relativement convenus mais efficaces.

Ce qui m’inquiète cependant, c’est que ce type de comédie soit tout ce que le cinéma français soit capable de produire (mis à part les pitreries levantines de tel ou tel que je ne nommerais pas) et que les Français…

View original post 249 mots de plus

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

« Tu as fait quelque chose de très grave, mais je ne peux pas te dire quoi ».

Fatima-Ezzahra Benomar

Voici mon témoignage.

Pendant quatre années, entre 2012 et 2016, je me suis comportée comme une victime, dos plié. J’ai même imploré, dans mon infinie bêtise ou plutôt dans l’emprise où j’étais, mêlant sentiments de colère et de culpabilité, mes harceleurs de bien vouloir dire leur faute, de faire un simple démenti.

Aujourd’hui, je lève le front et je mets les mots, mes mots, sur les faits. Les faits contre la calomnie.

En 2012, une violente campagne de calomnie s’est abattue sur moi. La pire que l’on pouvait inventer sur une jeune femme peu expérimentée qui avait adhéré à un parti pour défendre ses valeurs, pour s’émanciper via l’engagement, qui plus est en se présentant comme militante féministe.

En deux ans de militantisme au Parti de Gauche, j’ai été élue au Conseil National (son Parlement), à la Commission de Résolution des Conflits par le Congrès de 2010, à la…

View original post 4 557 mots de plus

Publié dans Non classé | 2 commentaires

Assurance chômage ou Allocation chômage ?

Principe (basique) d’une assurance : vous signez un contrat qui stipule que, contre une cotisation régulière (mensuelle, annuelle, peu importe) vous êtes couvert contre un risque sous condition que ce risque ait été définit dans le contrat.

La somme d’argent qui couvre le risque assuré est le plus souvent définit en montant et/ou en durée (avec donc un versement, mensuel ou annuel pendant une durée prédéfinie).

La seule chose qui vous est demandé en échange de cette couverture c’est votre cotisation.

Principe (basique) d’une allocation : en échange d’une cotisation régulière (mensuelle, annuelle, peu importe) l’Etat vous octroi une certaine somme pendant un certain temps si jamais certains événements devaient apparaître (naissance, chômage, maladie etc.…).

La différence entre les deux est très importante, notamment dans le cas du chômage.

Lorsque nous sommes au chômage, l’Etat, la collectivité, la Société nous verse (dans certains cas) une somme d’argent.

Si ce système est une assurance, alors nous avons le droit de voir le contrat que nous avons implicitement signé et de connaitre très exactement les concitoyens dans lesquels nous sommes indemnisés (montant et durée).

De plus, l’Etat (l’assureur) ne peut en aucun cas exiger de nous plus que ce qu’il y a dans le contrat précédemment signé.

Si c’est une allocation, non seulement elle doit être universelle mais en plus, l’Etat peut parfaitement conditionner le versement de cette allocation à un certain nombre de critères.

L’assurance est de droit privé et doit être ouvert à la concurrence.

L’allocation est une dépense sociale publique qui se doit d’être universelle.

On voit donc bien dans quelle ambiguïté les systéme social Français se retrouve (Sécu, et « assurance » chômage) et c’est, entre autre, pour cela qu’il est voué à s’écrouler sur lui même et à devenir de plus en plus injuste et coûteux.

 

Publié dans Non classé | 1 commentaire

Inflation et déflation, parlons en…

Contrairement à ce qui est dit sur les plateaux télés par les pipoconomistes et les politiciens incultes, l’inflation et la déflation ne sont pas des variations de prix mais des variations de quantité de monnaie en circulation.

Le sens des mots a probablement été trafiqué pour que les Français (qui sont, selon les études, particulièrement incultes en économie et en finance) se fassent entourlouper.

Bref, l’inflation c’est l’augmentation de la quantité de monnaie en circulation et la déflation, c’est l’inverse.

L’inflation mène inexorablement à la hausse des prix et la déflation c’est l’inverse.

Inexorablement ne signifie pas que l’effet est immédiat ou même global et ne présage rien de son ampleur.

Depuis maintenant quelques années la BCE déverse des milliards d’euros dans le système économique et pourtant l’inflation reste globalement faible et les salaires (prix du travail) n’augmentent pas (ou si peu).

On peut donc avoir une hausse des prix sans hausse de salaire (perte de pouvoir d’achat) ou une hausse des prix supérieure à la hausse des salaires (perte de pouvoir d’achat) et toute les variantes qui vont avec : Si les prix augmentent moins vite que les salaires c’est une hausse du pouvoir d’achat etc…

Les économies occidentales fortement étatisées donc fortement endetté vouent un culte quasi religieux à l’inflation pour une raison extrêmement simple : elle a tendance à faire diminuer le taux d’intérêt réel donc à faire diminuer le poids des dettes, à condition que les rentrées d’argent augmentent au moins dans les mêmes proportions que l’inflation.

Ex :

La France emprunte à 4% sur 30 ans. Elle va donc payer 4% d’intérêt.
Si l’inflation est de 2%/an, qu’elle entraîne une hausse des prix et donc des rentrées d’argent de 2% par ans (hypothèse ultra-conditionnelle), le taux d’intérêt, corrigé de l’inflation sera donc de 2%.

Je simplifie et je raccourcie, mais c’est l’idée.

Les Etats sont donc des fans inconditionnels de l’inflation avec un raisonnement qui frise le ridicule, à savoir que si vous savez que les prix augmenteront demain, vous allez plus consommé aujourd’hui et moins épargner.

A l’inverse, si vous savez que les prix vont baisser, vous allez attendre pour consommer et donc épargner.

Si l’analyse purement économique se tient, elle est en réalité fausse.

Je vais vous donner un exemple : les télévisions. Tout le monde sait que le prix des téléviseurs (et des produits électroniques en général) tend à baisser et pourtant, quand vous avez envie d’une télé, vous n’attendez pas 3 ou 4 ans que son prix ait baissé, vous l’acheter.

A l’inverse, le prix des voitures neuves a tendance à monter, pourtant vous ne vous précipitez pas dessus pour en acheter une avant que son prix ne monte.

En réalité, la hausse ou la baisse des prix dépend avant tout de la hausse ou de la baisse de la quantité de monnaie en circulation.

Et qui décide de cette quantité de monnaie en circulation ? Les banques centrales.

En réalité, les cycles économiques sont en très grande partie causés par les manipulations monétaires des banques centrales.

Ou, comme le dit Hayek :

Aussi longtemps que la quantité de monnaie en circulation change constamment, les cycles économiques ne peuvent être évités. En particulier, toute politique monétaire visant à stabiliser la valeur de l’argent et impliquant, dès lors, une hausse de la masse monétaire pour accompagner une hausse de la production, doit nécessairement conduire aux fluctuations-même qu’elle prétend empêcher.

Quand la France Soumise à Mélenchon déclare qu’ils veulent emprunter directement à la banque centrale, ce qu’ils veulent c’est tout simplement augmenter fortement la quantité de monnaie en circulation sans aucune contrepartie.

Les calculs du pipoconomiste nain soumis, Liêm Hoang-Ngoc, qui entend limiter l’inflation à 4.2% en 2022 sont parfaitement et totalement pifométriques.

D’ailleurs tout le programme économique, le contre-budget et le chiffrage du programme de la France soumise à Mélenchon sont pifométriques et ne reposent que sur la capacité de l’Etat à manipuler l’économie pour la faire aller là où il (l’Etat) veut.

Nous voyons bien depuis 40 ans que cela ne marche absolument pas.

Toute la pensée de la France Soumise à Mélenchon repose sur une hypothèse fausse : la compétence de l’Etat en matière économique.

Pour conclure :

L’inflation et la déflation sont des phénomènes « normaux », lié aux lois de l’offre et de la demande et très souvent amplifiés (pour le pire) par les manipulations des banques centrales.

Une hausse/baisse des prix et/ou des salaires (qui est le prix du travail) ne se décrète pas et si l’Etat le fait, l’effet recherché est systématiquement contré par la réalité économique.

L’exemple le plus probant est le marché immobilier français, un des plus régulé, réglementé, normé et fiscalisé de France, dans lequel l’Etat intervient de moult façons (PTZ, niche fiscale, déduction fiscale conditionnelle etc..) et qui pourtant ne fait que monter inexorablement, exactement comme une bulle.

L’inflation des prix immobilier est dû à un facteur extrêmement simple à comprendre : la demande est supérieure à l’offre (et la demande est manipulée par l’Etat et les Banques Centrales) et les manipulations monétaire et fiscale ne font que perpétuer cette hausse.

 

Publié dans Non classé | 2 commentaires

Poids de l’Etat, culture du don et liberté

Le Blog de Nathalie MP

Derrière un projet comme celui de l’école La Cordée, initiative éducative entièrement privée dont j’ai parlé dernièrement, se profile très rapidement la question cruciale du financement. Au-delà des cotisations et des frais de scolarité qui entrent éventuellement dans les ressources des associations, l’essentiel – 90 % dans le cas de La Cordée – repose sur les dons.

View original post 1 598 mots de plus

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Hollande le rentier qui fustige la rente des autres

«Aujourd’hui, on peut s’enrichir en dormant, il suffit d’être propriétaire de bonnes valeurs mobilières ou propriétaire de bons terrains, ou de bons locaux et il suffit de regarder le temps passer».
François Mitterrand, 1990

Je rappelle que c’est l’Etat (et donc le gouvernement de Mitterrand) qui a tout fait pour manipuler l’immobilier et le foncier français. C’est lui qui est à l’origine de la bulle actuelle par l’application d’une fiscalité débile et de normes ubuesques qui ont bloqué le marché, empêché la construction et sur-enchérit les prix.

Tout cela bien évidemment amplifié par les crétins qui ont suivi.

Mitterrand c’est quand même le président qui a « réussit » à montrer à tout le monde que la gauche adorait l’argent, surtout l’argent des autres, que sous ses grands airs de « camp du bien » et ses belles paroles, les degôches étaient aussi pourris que les autres

Si les hommes politiques de premier plan n’ont comme bien que de l’immobilier c’est pour une raison simple : ils ont tout fait pour que les prix montent.

«La politique fiscale doit favoriser l’investissement, pas la rente. Je ne suis pas contre la réussite, mais elle ne doit pas être celle de ceux qui s’enrichissent en dormant. Ceux qui travaillent doivent avoir le bénéfice de leurs efforts et je ne vois pas pourquoi il faudrait consentir des largesses aux contribuables qui savent placer très opportunément leur argent»
François Hollande, 2017

Dixit le type qui vit d’une rente (de situation) depuis presque 40 ans et qui a absolument tout fait pour conserver les rentes des autres.

Je n’arrive pas à savoir si François Hollande est un imbécile ou si c’est un menteur. Je pense qu’il est les deux à la fois

Ce pauvre type ne sait visiblement pas ce qu’est une rente sinon il saurait qu’en France la très très grande majorité des rentiers sont des retraités.

Et oui, notre systéme de retraite en forme de pyramide de Ponzi est une rente (pour ceux qui touchent une retraite).

Le statut de fonctionnaire est une rente de situation. Tous les monopoles ou oligopoles de connivences (Taxis, SNCF, RATP, EDF etc…) sont des rentes.

En fait la France est un pays de rentiers de situations et de capitalistes de connivences.

La France est très probablement le pays le moins libéral de l’OCDE.

Apres une carrière politique anecdotique, François Hollande a cumulé pour sa retraite tous les privilèges possibles et imaginables des élus et des hauts-fonctionnaires et il ose parler de rente pour ceux qui ont intelligemment placer leur argent et qui ont pris des risques ?

Si l’immobilier est devenu une forme de rente c’est parce qu’il n’a tout fait pour conserver la bulle et pour garder ce marché sous contrôle total de l’Etat par la fiscalité et la loi.

Voila presque 40 ans que ce minable fait parti des 0.1% des français qui gagnent le mieux, il n’a jamais pris un risque de sa vie et il ose fustiger les rentes ?

Si effectivement on reconnait les con au fait qu’ils osent tout, Français Hollande est un gros, gros con.

Et puis il est gonflé lui vu la politique fiscale qu’il a mené.

Mes solutions sont assez simple : pour casser les rentes il n’y a pas des milliers de solutions.

-Suppression du statut de fonctionnaire, pour tous les fonctionnaires excepté les fonctionnaires du régaliens (police, justice, armée, diplomatie).
Je pourrais éventuellement rajouté la santé avec certaines conditions. Pour tous le, aps besoins de statut.

-Un fonctionnaire qui souhaite se présenter à une élection doit démissionner.

-Fin du numerus clausus chez les taxis et chez les médecins.

-Semi flat taxe sur tous les revenus du travail et tous les revenus du capital qui seront taxés exactement de la même façon.

-Suppression des niches fiscales et des subventions qui ont un lien avec l’immobilier ou le foncier.

-Simplification administrative sur tout ce qui concerne la détention et la transmission d’action ou de part d’entreprise.

-Punir très sévèrement, pas des confiscations et des peines de prison automatiques, la fraude fiscale.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire