Poids de l’Etat, culture du don et liberté

Le Blog de Nathalie MP

Derrière un projet comme celui de l’école La Cordée, initiative éducative entièrement privée dont j’ai parlé dernièrement, se profile très rapidement la question cruciale du financement. Au-delà des cotisations et des frais de scolarité qui entrent éventuellement dans les ressources des associations, l’essentiel – 90 % dans le cas de La Cordée – repose sur les dons.

View original post 1 598 mots de plus

Publicités
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Hollande le rentier qui fustige la rente des autres

«Aujourd’hui, on peut s’enrichir en dormant, il suffit d’être propriétaire de bonnes valeurs mobilières ou propriétaire de bons terrains, ou de bons locaux et il suffit de regarder le temps passer».
François Mitterrand, 1990

Je rappelle que c’est l’Etat (et donc le gouvernement de Mitterrand) qui a tout fait pour manipuler l’immobilier et le foncier français. C’est lui qui est à l’origine de la bulle actuelle par l’application d’une fiscalité débile et de normes ubuesques qui ont bloqué le marché, empêché la construction et sur-enchérit les prix.

Tout cela bien évidemment amplifié par les crétins qui ont suivi.

Mitterrand c’est quand même le président qui a « réussit » à montrer à tout le monde que la gauche adorait l’argent, surtout l’argent des autres, que sous ses grands airs de « camp du bien » et ses belles paroles, les degôches étaient aussi pourris que les autres

Si les hommes politiques de premier plan n’ont comme bien que de l’immobilier c’est pour une raison simple : ils ont tout fait pour que les prix montent.

«La politique fiscale doit favoriser l’investissement, pas la rente. Je ne suis pas contre la réussite, mais elle ne doit pas être celle de ceux qui s’enrichissent en dormant. Ceux qui travaillent doivent avoir le bénéfice de leurs efforts et je ne vois pas pourquoi il faudrait consentir des largesses aux contribuables qui savent placer très opportunément leur argent»
François Hollande, 2017

Dixit le type qui vit d’une rente (de situation) depuis presque 40 ans et qui a absolument tout fait pour conserver les rentes des autres.

Je n’arrive pas à savoir si François Hollande est un imbécile ou si c’est un menteur. Je pense qu’il est les deux à la fois

Ce pauvre type ne sait visiblement pas ce qu’est une rente sinon il saurait qu’en France la très très grande majorité des rentiers sont des retraités.

Et oui, notre systéme de retraite en forme de pyramide de Ponzi est une rente (pour ceux qui touchent une retraite).

Le statut de fonctionnaire est une rente de situation. Tous les monopoles ou oligopoles de connivences (Taxis, SNCF, RATP, EDF etc…) sont des rentes.

En fait la France est un pays de rentiers de situations et de capitalistes de connivences.

La France est très probablement le pays le moins libéral de l’OCDE.

Apres une carrière politique anecdotique, François Hollande a cumulé pour sa retraite tous les privilèges possibles et imaginables des élus et des hauts-fonctionnaires et il ose parler de rente pour ceux qui ont intelligemment placer leur argent et qui ont pris des risques ?

Si l’immobilier est devenu une forme de rente c’est parce qu’il n’a tout fait pour conserver la bulle et pour garder ce marché sous contrôle total de l’Etat par la fiscalité et la loi.

Voila presque 40 ans que ce minable fait parti des 0.1% des français qui gagnent le mieux, il n’a jamais pris un risque de sa vie et il ose fustiger les rentes ?

Si effectivement on reconnait les con au fait qu’ils osent tout, Français Hollande est un gros, gros con.

Et puis il est gonflé lui vu la politique fiscale qu’il a mené.

Mes solutions sont assez simple : pour casser les rentes il n’y a pas des milliers de solutions.

-Suppression du statut de fonctionnaire, pour tous les fonctionnaires excepté les fonctionnaires du régaliens (police, justice, armée, diplomatie).
Je pourrais éventuellement rajouté la santé avec certaines conditions. Pour tous le, aps besoins de statut.

-Un fonctionnaire qui souhaite se présenter à une élection doit démissionner.

-Fin du numerus clausus chez les taxis et chez les médecins.

-Semi flat taxe sur tous les revenus du travail et tous les revenus du capital qui seront taxés exactement de la même façon.

-Suppression des niches fiscales et des subventions qui ont un lien avec l’immobilier ou le foncier.

-Simplification administrative sur tout ce qui concerne la détention et la transmission d’action ou de part d’entreprise.

-Punir très sévèrement, pas des confiscations et des peines de prison automatiques, la fraude fiscale.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Le chiffrage de Mélenchon (part 4)

Le chiffrage de Mélenchon (part 1)

Le chiffrage de Mélenchon (part 2)

Le chiffrage de Mélenchon (part 3)

Très sincèrement, je pensais que je pourrais commenter les 5h de vidéo mais c’est impossible.

Impossible parce que c’est long mais aussi parce qu’il est plus difficile de réfuter un mensonge que de l’énoncer.

J’ai regardé pratiquement toute la vidéo (j’avoue j’ai avancé sur certains points).

Je dois reconnaitre que c’est une très bonne idée de faire ça ! C’est un peu artisanal, parfois bancale, les intervenants ne sont pas toujours à l’aise, parfois c’est totalement amateur, le décor est à vomir, les participants sont habillés n’importe comment mais le principe est excellent.

Après 3 parties je n’avais commenté que 27 minutes de vidéo.

En effet, il est beaucoup, beaucoup plus long de démonter une contre-vérité que de l’énoncé.
Donc je ne peux pas analyser et critiquer chaque mensonge et chaque erreurs factuelles ou chaque contre-vérités idéologiques, je vais donc faire ça en gros, en prenant quelques exemples.

Je vous invite sincèrement à regarder cette vidéo pour vous faire une idée.

Globalement, « L’Avenir en Commun » est un programme économiquement marxiste et étatiste. C’est à dire que l’Etat intervient partout, tout le temps pour, non pas réguler et encadrer les marchés, mais pour les manipuler.

Les propos de Mélenchon et de ses équipes sont clairement anticapitalistes et véritablement autoritaires.

En effet, plutôt que de réformer les causes des problèmes, AEC ne s’attache qu’à tenter de soigner les conséquences et toujours avec de la dépense publique.

Pour toute la partie économique de l’AEC c’est comme ça. L’Etat intervient partout, tout le temps et quand on sait que l’Etat est, depuis 40 ans, totalement incompétent sur ces questions, cela fait peur.

Les insoumis sont évidemment contre le libre-échange. Normal pour les marxistes…

Sur le textile c’est assez clair, sans libre échange, un tee-shirt coûterait 50 euros…

Sur pleins de points je suis d’accord avec lui. Sur la justice ou sur l’agriculture.

Parlons agriculture d’ailleurs En dehors des problèmes de santé avec les produits chimiques, qui sont bien réels (je le sais pas expérience personnelle et je ne parle pas du glyphosate) d’abord les propositions sont très vagues, très très vagues. Les prévisions sont totalement farfelues et en repose que sur le pifomètre et surtout à aucun moment ils ne proposent ce qui a marché ailleurs, entre autres en Nouvelle-Zélande, c’est l’arrêt total des subventions.

Toujours dans cette idéologie étatiste, Mélenchon veut « rediriger » les subventions vers le bio.

Je suis d’accord avec lui sur le fait que la PAC favorise essentiellement les exploitants agricoles (et non les agriculteurs) mais ce dont ont besoins ceux qui font du bio ce n’est pas de subventions mais c’est de la simplicité administrative et des baisses de fiscalité.

Encore une fois, la politique qu’il propose se fait sous la coupe de l’Etat.

dans l’AEC, l’Etat est partout, absolument partout.

Sur l’éducation c’est assez vague. Mélenchon a Toujours dit qu’il était contre les écoles privées (normal pour un totalitariste).
Le programme consiste surtout en des dépenses quantitatives et non qualitatives. Comme le recrutement de 60.000 enseignants alors qu’il y en a déjà au moins ce nombre qui n’enseignent pas.

Les intervenants parlent tous beaucoup de gratuité et ce faisant, mentent. Rien n’est gratuit et dire le contraire c’est mentir aux français.

Les insoumis mentent beaucoup sur ce sujet.

Sur la fiscalité c’est simple, l’objectif de l’AEC est clair : pas une tête qui dépasse et ceux qui veulent s’enrichir on clairement intérêt à quitter le pays.

C’est clair, les insoumis sont des voleurs, leur but caché et la conséquence du programme c’est de vous prendre le plus possible pour « rendre gratuit » un tas de trucs et vous rendre ainsi dépendant de l’Etat…

C’est absolument limpide.

La sortie de Liem sur l’ISF et les revenus du capital et du travail est une merveille de mensonges, de contre-vérités, de démagogie et de simplisme.

Ce type se prétend économiste il est avant tout un socialo-marxiste idéologue.

Evidemment, l’idée de l’impôt le plus efficace et le plus juste, c’est à dire celui qui finance au mieux et le plus justement les services publics, donc à assiette large et taux bas, est totalement oublié…

La fin de l’émission est moins intéressante aussi avec les questions et débat avec des journalistes ou Mélenchon fait son show habituel en mentant sur la pauvreté allemande ou la réunification allemande, bref, du classique.

Bref l’émission est très intéressante mais est clairement destiné à un public déjà conquis et qui surtout n’y connait ps grand choses en économie (au sens large) car ça permet d’appâter le gogo, ce que Mélenchon a très bien réussi.

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Le chiffrage de Mélenchon (part 3)

Le chiffrage de Mélenchon (part 1)

Le chiffrage de Mélenchon (part 2)

Je passe sur les chiffres de créations d’emplois, aussi bien privés que publics qui n’ont aucun interêt puisque parfaitement pifométriques mais tout le monde fait pareil.

Avec quand même cette nouveauté de l’Etat employeur en dernier ressort ce qui revient ni plus ni moins qu’à embaucher des fonctionnaires ou subventionner des emplois…

J’attends dans savoir un peu plus mais je sens que c’est encore une mesure pour employer à ne rien faire des inemployables et manipulant les chiffres du chômage et tout ça, avec l’argent des autres.

Le genre de choses qui n’a jamais marché sur le long terme.

Petit mensonge en passant sur l’embauche de fonctionnaires car les services publics seraient à l’os…
Compte tenu des embauches de ces dernières années, c’est faux mais les nains soumis font volontairement le distinguo entre fonctionnaires de statut et salariés de fonction publique.

Tout eux qui travaillent dans les services publics ne sont pas fonctionnaires.

Ce n’est pas parce qu’il ne sont pas fonctionnaire qu’ils sont plus compétents ou plus efficaces d’ailleurs mais souvent ça aide car ils sont virables s’ils sont nuls, contrairement aux fonctionnaires de statut.

Pour plus de clarté et dans la suite quand je parlerai de « fonctionnaires » je parlerai de tous les employés de la fonction publique, qu’il soit sous statut ou non.

Globalement le nombre de fonctionnaires a augmenté, plus vite que la population et que l’emploi privé, ce qui, compte tenu des économies d’échelles d’une administration, est assez aberrant.

Le problème c’est la répartition entre les différents types de fonction publique et surtout le type d’emplois créé.

Exemple, la fonction publique territoriale a embauché à tour de bras, des gens globalement inutiles et le fonction publique hospitalière a vu ses personnel soignants diminuer mais les personnels administratifs augmenter.

Le problème de la fonction publique c’est un problème de qualité avant d’être un problème de quantité.

 

Petit point sur l’inflation ensuite avec toujours le même pipoconomiste et le mantra classique de l’inflation c’est bien et de citer les « bienfaits » de l’inflation classique à savoir : baisse du taux d’emprunt réel pour le ménage (si le salaire suit l’inflation, ce qui ne se passera que si tout le reste suit… ce qui est loin d’être fait) hausse des salaires (si plein emploi… ce qui n’est pas fait), baisse du coût d’emprunt de l’état (c’est surtout ça qui intéresse l’Etats).

La relation que fond Liem et Mélenchon sur inflation = hausse des salaires est assez malhonnête.

D’abord parce que l’inflation ce n’est pas comme on le dit la hausse des prix (dont celui du travail, donc  de temps en temps le salaire) mais la hausse de la quantité de monnaie.
Hausse de quantité de monnaie qui induit, ou pas, une hausse des prix donc des salaires.

Depuis quelques années maintenant la BCE a injecté des centaines de milliards d’euros dans le systéme (elle a imprimé des billets en gros) sans grand impact sur les prix ou sur les salaires.
Donc la relation est loin d’être automatique mais surtout, si la hausse des salaires entraîne une hausse des prix (ce qui est souvent le cas) alors le gains de pouvoir d’achat est nul et donc l’inflation ne sert à rien si ce n’est surtout à faire baisser le poids de la dette de l’Etat et faire augmenter le volume des rentrées fiscales…

Petit point ensuite sur les prélèvements obligatoires (impôts taxes et cotisation) et nous avons la encore une fois une série de contre vérités.

Tout d’abord, la France est le deuxième pays du monde pour les prélèvements obligatoires, derrière le Danemark. Je vous invite d’ailleurs à aller voir la qualité des services publics Danois qui n’ont absolument rien a voir en terme de qualité avec les Français.

Ces prélèvements obligatoires passeront donc de 45% à 49.1% selon les prévisions (prévisions jamais tenus mais bon…) soit un augmentation de 4.2 point ou une augmentation de 10%… Ce qui est absolument énorme.

Voici maintenant le tableau de 2015

Vous remarquerez que la France est toujours deuxième mais plus proche du Danemark.

Mélenchon ferait donc passer la France en numéro 1. La France aurait donc deux records : celui des prélèvements obligatoires et celui de la fiscalité…

Et tout ça pour quoi ? Qu’est ce qui pourrait justifier que l’Etat prenne autant d’argent au citoyen ?

Quand on voit la qualité des services publics Français et la façon dont l’Etat dépense notre argent (je pense tout de suite à la BPI, ou comité Théodule, au ministères inutiles, au placards dorés de la république etc.…) rien, absolument rien ne justifie cette ponction autoritaire.

Ou alors ça veut dire que les administrations sont ouvertes le week-end, que refaire sa carte grise prend 10 minutes, que le taux de reclassement de Pôle emploi est proche des 80% (12% actuellement il me semble), que les transports en communs sont propres, surs, climatisés et fonctionnent  24h/24 etc….

Ce qui ne semble pas être le cas.

Mélenchon ment également quand il dit que les comparaisons international sur les prélèvements obligatoires sont truquées car « les autres pays ne comptent pas la retraite dans leur prélèvements obligatoires vu que c’est une assurance privée »

Ce qui est totalement faux pour la grande majorité des pays européens dont le système de base est public avec parfois un complément privé, exactement comme en France…

Mélenchon ment et les imbéciles vont le croire…

Vu les services que l’on a pour le prix qu’on paye, on est en droit de douter du bienfait d’autant de prélèvements…

Fin de la part 3

Publié dans Non classé | 1 commentaire

Le chiffrage de Mélenchon (part 2)

Le chiffrage de Mélenchon (part 1)

2 choses ensuite et nous arriverons aux 20 premières minutes de la vidéo (je vous avais prévenu, c’est long…).

Arrive le pipoconomiste Liem Hoang-Ngoc qui veut mobiliser la puissance publique (l’Etat) pour arriver au plein emploi et créer 3 millions d’emplois.

Et là c’est grave parce que ce type, qui se prétend économiste ment comme un arracheur de dent et c’est du niveau 2ème années de fac de le contredire…

D’abord 3 millions d’emplois ce n’est pas le plein emploi et la puissance publique n’a jamais réussi à créer des emplois, ce sont les entreprises qui le font.

Selon ce type, les prévisions de croissance sont de 1.8% la première année et de 2% ensuite… Ce qui est non seulement faible mais en plus totalement pifométrique et ne permettent certainement pas de créer 3 millions d’emplois.

On estime qu’1.5% de croissance permet de garder le chômage stable.

La prévision du nombre d’emplois créés est donc de 3 millions…

Ce qui est aussi crédible que les 1 million d’emplois du MEDEF mais bon…

Mais le plus important vient après et c’est là où le mensonge est énorme et qu’il faut vraiment être imbécile pour y croire :
Le déficit reste au mieux, selon le même pipoconomiste, à 3.5%, et il annonce une baisse du niveau de la dette de 98% du PIB à 87%…

Normalement, à ce niveau-là, la personne avec un chouïa de connaissance économique hausse les sourcils…

Si déficit il y a la dette continue à augmenter, donc le problème reste entier (on verra si Mélenchon parle de la dette après, surprise…)

Liem Hoang-Ngoc nous explique donc que le déficit va continuer (déficit c’est dépenses supérieures aux recettes) mais que la dette va diminuer par l’ajout des cotisations sociales et des impôts de ceux qui auront retrouver du travail.

Déjà le déficit s’exprime comme un rapport des recettes sur les dépenses alors que la dette s’exprime en % du PIB.

Pour diminuer une dette il faut la rembourser. Pour la rembourser il faut donc, après avoir tout payé (y compris les intérêt), qu’il reste de l’argent c’est-à-dire qu’il faut un excédent budgétaire primaire et secondaire afin de ne pas réemprunter pour payer les intérêts et qu’à maturité de la dette il faut en plus rembourser le capital emprunté sans avoir besoins de réemprunter.

En effet si vous emprunter sans cesse pour payer les intérêts, votre dette globale augmente en valeur et si en plus le PIB progresse moins vite alors elle monte aussi en volume.

Déjà ce pipoconomiste ne précise pas s’il s’agit du déficit primaire (avant paiement des intérêts de la dette) ou pas, probablement pour rester volontairement flou et ne pas embêter les gogos qui l’écoutent.

Donc 2 hypothèses :

-Soit il parle du déficit primaire à 3.5% et à ce moment il ment puisqu’il faudra emprunter pour payer les intérêts.
En effet, si avant même paiement des intérêts l’Etat en déficitaire, il faut non seulement emprunter pour financer ce qui manque mais il faut en plus emprunter pour payer les intérêts

-Soit il parle du déficit « secondaire » à 3.5% et dans ce cas-là, après paiement des intérêts, l’Etat reste en déficit et il doit donc emprunter pour combler ou rester à découvert en espérant que le prochain budget sera en excédent.

Vous pouvez parfaitement comparer avec la situation d’un ménage.

Hypothèse 1
-Vous gagnez 2000 euros, vous en dépenser 3.5% de plus donc 2070 mais vous avez 200 euros d’intérêt. A la fin du moins il vous manque toujours 270euros que vous allez emprunter pur payer les intérêts.

Hypothèse 2
-Vous gagnez 2000 euros, vous avez 3.5% de déficit intérêt compris (200 euros) donc vous dépenser toujours 2070 (mais vous avez un excèdent primaire) vous allez donc emprunter 70 euros.

Dans les deux cas votre dette augmente puisqu’à aucun moment vous n’êtes en mesure de rembourser sans réemprunter.

Dans l’hypothèse 2, la dette monte beaucoup moins vite que dans l’hypothèse 1.

La France est dans la cas de l’hypothèse 1 alors qu’un pays comme l’Italie est dans le cas la 2.

Retenez bien le nom de ce type Liem Hoang-Ngoc parce que le mensonge d’après est encore plus grand !!

Je cite :  » […] plus d’emploi c’est plus de recette fiscale et cela nous permettra de désendetter le pays puisque le taux d’endettement que nous prenons à 98% du PIB […] nous le ramènerons à 87%, nous désendetterons le pays en le passant de 98 à 87% […] »
Ensuite il explique qu’il va faire baisser la dette accumuler sous le quinquennat d’hollande.

C’est un mensonge que seuls les crétins peuvent croire.

Comment vous allez baisser la quantité de dette alors que vous êtes obligé d’emprunter pour combler le déficit ?

Ce qu’il ne précise pas volontairement car il est malhonnête c’est qu’il ne prévoit pas de diminuer la dette, mais de diminuer le volume par rapport au PIB.

Ce qui est tout à fait différent…

Et Mélenchon de faire une comparaison avec les ménages en disant que, si un ménage gagne plus alors le fait de s’endetter plus est indolore.

Sauf que là aussi Mélenchon est intellectuellement malhonnête car l’escroquerie intellectuelle tient au fait de la comparer au PIB.

Le PIB c’est la richesse créée dans le pays ce n’est en aucun cas ce que gagne l’Etat.

L’important c’est de savoir si la dette augmente par rapport aux recettes et aux dépenses.

L’espoir de ce gens c’est que la progression du PIB soit telle qu’elle masque la progression de la dette.

Pour cela il faudrait que la progression du PIB soit largement supérieure à celle de la dette et je ne vois pas comment une progression du PIB, même de 2% pourrait compenser la dette induite par un déficit (probablement « secondaire ») de 3.5%.

Si jamais vous avez une explication.

De plus Mélenchon et Liem Hoang-Ngoc oublient également la dette hors bilan, c’est à dire les engagements de l’Etat sur des dépenses futures (notamment les retraites) qui se chiffrent à plus de 2000 milliards d’euros également.

En fait, la dette française est plus proche des 200% du PIB que des 98%…

Je suis content d’avoir fait la découverte de Liem Hoang-Ngoc, un pipoconomiste qui raconte déjà n’importe quoi après à peine 3 minutes d’intervention.

Ces 20 premières minutes sont déjà mythiques. C’est un amalgame de contre-vérité, de flou volontaire, de chiffres pifométriques et d’erreurs d’analyses majeures.

Hâte de voir le reste… 🙂

Fin de la partie 2

 

Publié dans Non classé | 2 commentaires

Le chiffrage de Mélenchon (part 1)

On me le demande, je vais le faire, critique du programme économique de Mélenchon et pourquoi c’est une vaste escroquerie intellectuelle…

Ça va être long, je le ferai donc en plusieurs partis

Je vous renvoie donc vers cette vidéo, datée du 19 février 2017, qui est longue (très longue) et je vais tacher de vous donner mon analyse de ce chiffrage.

J’ai (presque) tout regardé. C’est long et chiant et tout ça aurait pu être en fait en 2 heures mais bon…

Résumer : L’idée principale c’est d’injecter beaucoup d’argent (100 milliards) pour « relancer la machine » et ensuite prier pour que les citoyens/contribuables fassent bien ce que Mélenchon a prévu qu’ils fassent…

Or les gens font rarement, voir jamais, ce que les gouvernants, donc l’Etat, avaient prévu qu’ils fassent…

Je vous conseille de regarder le vidéo, loin d’être inintéressante car elle permet effectivement de comprendre comment Mélenchon arrive à rameuter autant de gens qui de toute évidence ne connaissent rien et ne comprennent rien à l’économie. C’est flagrant et c’est aussi terrifiant…

Commençons :

D’après Mélenchon, les économies d’impôts consentis entre 2000 et 2010 représentent chaque année 100 milliards.

C’est possible.

Si ces économies d’impôts furent destinées aux ménages et aux petites entreprises, cet argent s’est retrouvé dans l’économie et est très probablement mieux dépensé que ce qu’aurait fait l’Etat.

Je ne vois pas le problème à moins prendre aux citoyens.

Si cet argent est aller en dividende, je regrette que les Français ne soient plus actionnaires des sociétés françaises mais en aucun cas je ne vois le mal dans la baisse des impôts, surtout dans le pays avec la pression fiscale la plus forte.

Je cite Mélenchon : »une dépense que l’État prend en charge c’est une dépense que vous ne faites pas vous même« …

La malhonnêteté intellectuelle dans toute sa splendeur. Car qui paie l’Etat ? C’est le contribuable donc que je dépense moi ou que l’Etat dépense pour moi c’est pareil avec une différence c’est que l’Etat se sera servi au passage, et grassement servi, pour alimenter sa tentaculaire machine.

Et d’après les chiffres de l’OCDE ou de la cours des comptes il semble que l’Etat soit incapable de faire des économie d’échelles.

Si l’Etat était petit, efficace et composé de gens compétents ça pourrait marcher, mais ce n’est pas le cas.

Tout le programme de Mélenchon repose en fait sur la théorie (démontrée comme fausse de puis 40 ans) du multiplicateur Keynésien.

Multiplicateur qui est une vaste escroquerie puisqu’il est au mieux égale à 1 et le plus souvent inférieur.

Pour Mélenchon, son chiffrage le donne largement superieur à 1.95, puis qu’investissement de 100 milliards donne des recettes fiscales de 195 milliards plus tout ce qui aura été consommé et ou épargné donc au moins autant.

Bref, le multiplicateur mélenchonien est de 3.

Si ce multiplicateur keynésien était vrai,  tous les pays qui ont ou ont eu de grosses dépenses publiques à un moment ou un autre auraient ou auraient eu aussi de grosses croissances, or ce n’est jamais le cas ou alors à très court terme (genre le Venezuela ou la Grèce) et le retour de bâton est violent (genre le Venezuela ou la Grèce).

Il explique ensuite que son système est génial et que l’Etat gagne pleins d’argent, que le chômage est réduit mais que les autres ne le font pas car ce n’est pas dans leur intérêt…

Il prend vraiment les gens pour des cons et vu le nombre de gens qui le croient, il n’a pas tort.

Il ne serait donc pas dans l’intérêt d’un Etat et des gouvernants de cet Etat, de réduire le chômage tout en gagnant de l’argent pour l’Etat ? Le type qui fait ça il est réélu à vie or c’est justement l’objectif des gouvernants…

On ensuite un couplet sur les dividendes et on a encore là le mensonge constant de Mélenchon pour qui les dividendes ne vont que dans la poche de quelques-uns.

Que les dividendes soient trop élevés par rapport aux primes des salariés, je le déplore, qu’il n’y ait pas assez d’investissements aussi (mais c’est de la faute de l’Etat et des manipulation monétaire) mais là ou Mélenchon ment et la ou les imbéciles le croit c’est quand il dit que les dividendes vont dans la poche de quelques-uns…

C’est faux. Les plus gros actionnaires des sociétés du CAC40 sont des gestionnaires d’actifs, des « assets managers », des assurances, des fonds de retraites etc… Donc en réalité ces dividendes alimentent les placements de dizaines de millions de particuliers, leurs retraite, leur épargne, leur assurance etc.…

En plus il oublie que l’Etat est actionnaire de nombreuses entreprises et qu’il n’est pas le dernier pour réclamer des dividendes.

L’autre malhonnêteté intellectuelle c’est celle-là :

« […] ils préfèrent (ceux qui touchent des dividendes) investir dans la bulle financière que d’investir, acheter des choses utiles qui servent à tout le monde, ça tout le monde sait le faire dans sa famille pour le coup, alors pour l’Etat aussi, même si la comparaison n’est pas bonne entre une famille et l’Etat mais puisqu’ils la font alors moi aussi à mon tour »

Il faut être débile mentale pour croire dans ce raisonnement et Mélenchon démontre qu’il ment subliment ou qu’il est vraiment un inculte et un imbécile.

Investir ce n’est pas « acheter des trucs qui servent à tout le monde » c’est « Placer des fonds dans quelque chose en vue d’en tirer un bénéfice » (source : Larousse).

Une entreprise n’investit que si elle pense en tirer un bénéfice. Si les entreprises n’investissent pas et préfèrent verse des dividendes c’est qu’elles ne trouvent pas d’investissement dont le rapport rendement/risque est intéressant.

Maintenant ce bénéfice n’est pas que financier. Un Etat peut (doit !) investir dans la fibre optique ou dans une route pour développer une région. Le bénéfice qu’il en tirera ne sera pas que financier.

Si l’Etat savait investir correctement dans des trucs utiles pour tout le monde, cela se saurait.

Prenons un exemple concret : certaines lignes de TGV.
Les choses sont assez claires là-dessus, ces lignes ne seront jamais rentables, elles font partis des investissements de l’Etat pour l’aménagement du territoire.

Prenons un exemple encore plus précis, la ligne Paris – Bordeaux. On est passé de 3h de trajet à un peu plus de 2h pour un investissement de 12 milliards d’euros (presque 3 fois ce que rapporte l’ISF), soit environ 24 millions d’euros du kilomètre… Au-delà du financement qui est un parfait exemple de capitalisme de connivence et d’une rentabilité qui sera négative probablement à vie, on peut se demander si gagner 1h entre tour et Bordeaux était vraiment indispensable et valait vraiment 12 milliards.

Qu’est-ce que cela va réellement apporter à la région en termes d’emplois (même question pour Notre Dame des Landes par exemple) ?
N’aurait-il pas été plus judicieux de dépenser cet argent pour aménager la région par exemple en fibre optique, pour attirer les entreprises, en logements ou même en véritable décentralisation et aller installer un ministère ou une administration centrale…

Tout ça pour dire que cet investissement étatique est assez douteux quant à son rapport utilité/prix.

Tout ça pour dire que tout montre que l’Etat investit souvent mal et qu’il est donc préférable de laisser les ménages dépenser car ils le font souvent bien mieux que l’Etat.

Mélenchon est en plus malhonnête car il est contre la comparaison ménage vs Etat sauf quand ça l’arrange…

Fin de la partie 1

Publié dans Non classé | 3 commentaires

Un peu d’humour

Image | Publié le par | 1 commentaire