Le chiffrage de Mélenchon (part 2)

Le chiffrage de Mélenchon (part 1)

2 choses ensuite et nous arriverons aux 20 premières minutes de la vidéo (je vous avais prévenu, c’est long…).

Arrive le pipoconomiste Liem Hoang-Ngoc qui veut mobiliser la puissance publique (l’Etat) pour arriver au plein emploi et créer 3 millions d’emplois.

Et là c’est grave parce que ce type, qui se prétend économiste ment comme un arracheur de dent et c’est du niveau 2ème années de fac de le contredire…

D’abord 3 millions d’emplois ce n’est pas le plein emploi et la puissance publique n’a jamais réussi à créer des emplois, ce sont les entreprises qui le font.

Selon ce type, les prévisions de croissance sont de 1.8% la première année et de 2% ensuite… Ce qui est non seulement faible mais en plus totalement pifométrique et ne permettent certainement pas de créer 3 millions d’emplois.

On estime qu’1.5% de croissance permet de garder le chômage stable.

La prévision du nombre d’emplois créés est donc de 3 millions…

Ce qui est aussi crédible que les 1 million d’emplois du MEDEF mais bon…

Mais le plus important vient après et c’est là où le mensonge est énorme et qu’il faut vraiment être imbécile pour y croire :
Le déficit reste au mieux, selon le même pipoconomiste, à 3.5%, et il annonce une baisse du niveau de la dette de 98% du PIB à 87%…

Normalement, à ce niveau-là, la personne avec un chouïa de connaissance économique hausse les sourcils…

Si déficit il y a la dette continue à augmenter, donc le problème reste entier (on verra si Mélenchon parle de la dette après, surprise…)

Liem Hoang-Ngoc nous explique donc que le déficit va continuer (déficit c’est dépenses supérieures aux recettes) mais que la dette va diminuer par l’ajout des cotisations sociales et des impôts de ceux qui auront retrouver du travail.

Déjà le déficit s’exprime comme un rapport des recettes sur les dépenses alors que la dette s’exprime en % du PIB.

Pour diminuer une dette il faut la rembourser. Pour la rembourser il faut donc, après avoir tout payé (y compris les intérêt), qu’il reste de l’argent c’est-à-dire qu’il faut un excédent budgétaire primaire et secondaire afin de ne pas réemprunter pour payer les intérêts et qu’à maturité de la dette il faut en plus rembourser le capital emprunté sans avoir besoins de réemprunter.

En effet si vous emprunter sans cesse pour payer les intérêts, votre dette globale augmente en valeur et si en plus le PIB progresse moins vite alors elle monte aussi en volume.

Déjà ce pipoconomiste ne précise pas s’il s’agit du déficit primaire (avant paiement des intérêts de la dette) ou pas, probablement pour rester volontairement flou et ne pas embêter les gogos qui l’écoutent.

Donc 2 hypothèses :

-Soit il parle du déficit primaire à 3.5% et à ce moment il ment puisqu’il faudra emprunter pour payer les intérêts.
En effet, si avant même paiement des intérêts l’Etat en déficitaire, il faut non seulement emprunter pour financer ce qui manque mais il faut en plus emprunter pour payer les intérêts

-Soit il parle du déficit « secondaire » à 3.5% et dans ce cas-là, après paiement des intérêts, l’Etat reste en déficit et il doit donc emprunter pour combler ou rester à découvert en espérant que le prochain budget sera en excédent.

Vous pouvez parfaitement comparer avec la situation d’un ménage.

Hypothèse 1
-Vous gagnez 2000 euros, vous en dépenser 3.5% de plus donc 2070 mais vous avez 200 euros d’intérêt. A la fin du moins il vous manque toujours 270euros que vous allez emprunter pur payer les intérêts.

Hypothèse 2
-Vous gagnez 2000 euros, vous avez 3.5% de déficit intérêt compris (200 euros) donc vous dépenser toujours 2070 (mais vous avez un excèdent primaire) vous allez donc emprunter 70 euros.

Dans les deux cas votre dette augmente puisqu’à aucun moment vous n’êtes en mesure de rembourser sans réemprunter.

Dans l’hypothèse 2, la dette monte beaucoup moins vite que dans l’hypothèse 1.

La France est dans la cas de l’hypothèse 1 alors qu’un pays comme l’Italie est dans le cas la 2.

Retenez bien le nom de ce type Liem Hoang-Ngoc parce que le mensonge d’après est encore plus grand !!

Je cite :  » […] plus d’emploi c’est plus de recette fiscale et cela nous permettra de désendetter le pays puisque le taux d’endettement que nous prenons à 98% du PIB […] nous le ramènerons à 87%, nous désendetterons le pays en le passant de 98 à 87% […] »
Ensuite il explique qu’il va faire baisser la dette accumuler sous le quinquennat d’hollande.

C’est un mensonge que seuls les crétins peuvent croire.

Comment vous allez baisser la quantité de dette alors que vous êtes obligé d’emprunter pour combler le déficit ?

Ce qu’il ne précise pas volontairement car il est malhonnête c’est qu’il ne prévoit pas de diminuer la dette, mais de diminuer le volume par rapport au PIB.

Ce qui est tout à fait différent…

Et Mélenchon de faire une comparaison avec les ménages en disant que, si un ménage gagne plus alors le fait de s’endetter plus est indolore.

Sauf que là aussi Mélenchon est intellectuellement malhonnête car l’escroquerie intellectuelle tient au fait de la comparer au PIB.

Le PIB c’est la richesse créée dans le pays ce n’est en aucun cas ce que gagne l’Etat.

L’important c’est de savoir si la dette augmente par rapport aux recettes et aux dépenses.

L’espoir de ce gens c’est que la progression du PIB soit telle qu’elle masque la progression de la dette.

Pour cela il faudrait que la progression du PIB soit largement supérieure à celle de la dette et je ne vois pas comment une progression du PIB, même de 2% pourrait compenser la dette induite par un déficit (probablement « secondaire ») de 3.5%.

Si jamais vous avez une explication.

De plus Mélenchon et Liem Hoang-Ngoc oublient également la dette hors bilan, c’est à dire les engagements de l’Etat sur des dépenses futures (notamment les retraites) qui se chiffrent à plus de 2000 milliards d’euros également.

En fait, la dette française est plus proche des 200% du PIB que des 98%…

Je suis content d’avoir fait la découverte de Liem Hoang-Ngoc, un pipoconomiste qui raconte déjà n’importe quoi après à peine 3 minutes d’intervention.

Ces 20 premières minutes sont déjà mythiques. C’est un amalgame de contre-vérité, de flou volontaire, de chiffres pifométriques et d’erreurs d’analyses majeures.

Hâte de voir le reste… 🙂

Fin de la partie 2

 

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Le chiffrage de Mélenchon (part 2)

  1. Ping : Le chiffrage de Mélenchon (part 3) | No One Is Innocent…

  2. Ping : Le chiffrage de Mélenchon (part 4) | No One Is Innocent…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s