Le chiffrage de Mélenchon (part 1)

On me le demande, je vais le faire, critique du programme économique de Mélenchon et pourquoi c’est une vaste escroquerie intellectuelle…

Ça va être long, je le ferai donc en plusieurs partis

Je vous renvoie donc vers cette vidéo, datée du 19 février 2017, qui est longue (très longue) et je vais tacher de vous donner mon analyse de ce chiffrage.

J’ai (presque) tout regardé. C’est long et chiant et tout ça aurait pu être en fait en 2 heures mais bon…

Résumer : L’idée principale c’est d’injecter beaucoup d’argent (100 milliards) pour « relancer la machine » et ensuite prier pour que les citoyens/contribuables fassent bien ce que Mélenchon a prévu qu’ils fassent…

Or les gens font rarement, voir jamais, ce que les gouvernants, donc l’Etat, avaient prévu qu’ils fassent…

Je vous conseille de regarder le vidéo, loin d’être inintéressante car elle permet effectivement de comprendre comment Mélenchon arrive à rameuter autant de gens qui de toute évidence ne connaissent rien et ne comprennent rien à l’économie. C’est flagrant et c’est aussi terrifiant…

Commençons :

D’après Mélenchon, les économies d’impôts consentis entre 2000 et 2010 représentent chaque année 100 milliards.

C’est possible.

Si ces économies d’impôts furent destinées aux ménages et aux petites entreprises, cet argent s’est retrouvé dans l’économie et est très probablement mieux dépensé que ce qu’aurait fait l’Etat.

Je ne vois pas le problème à moins prendre aux citoyens.

Si cet argent est aller en dividende, je regrette que les Français ne soient plus actionnaires des sociétés françaises mais en aucun cas je ne vois le mal dans la baisse des impôts, surtout dans le pays avec la pression fiscale la plus forte.

Je cite Mélenchon : »une dépense que l’État prend en charge c’est une dépense que vous ne faites pas vous même« …

La malhonnêteté intellectuelle dans toute sa splendeur. Car qui paie l’Etat ? C’est le contribuable donc que je dépense moi ou que l’Etat dépense pour moi c’est pareil avec une différence c’est que l’Etat se sera servi au passage, et grassement servi, pour alimenter sa tentaculaire machine.

Et d’après les chiffres de l’OCDE ou de la cours des comptes il semble que l’Etat soit incapable de faire des économie d’échelles.

Si l’Etat était petit, efficace et composé de gens compétents ça pourrait marcher, mais ce n’est pas le cas.

Tout le programme de Mélenchon repose en fait sur la théorie (démontrée comme fausse de puis 40 ans) du multiplicateur Keynésien.

Multiplicateur qui est une vaste escroquerie puisqu’il est au mieux égale à 1 et le plus souvent inférieur.

Pour Mélenchon, son chiffrage le donne largement superieur à 1.95, puis qu’investissement de 100 milliards donne des recettes fiscales de 195 milliards plus tout ce qui aura été consommé et ou épargné donc au moins autant.

Bref, le multiplicateur mélenchonien est de 3.

Si ce multiplicateur keynésien était vrai,  tous les pays qui ont ou ont eu de grosses dépenses publiques à un moment ou un autre auraient ou auraient eu aussi de grosses croissances, or ce n’est jamais le cas ou alors à très court terme (genre le Venezuela ou la Grèce) et le retour de bâton est violent (genre le Venezuela ou la Grèce).

Il explique ensuite que son système est génial et que l’Etat gagne pleins d’argent, que le chômage est réduit mais que les autres ne le font pas car ce n’est pas dans leur intérêt…

Il prend vraiment les gens pour des cons et vu le nombre de gens qui le croient, il n’a pas tort.

Il ne serait donc pas dans l’intérêt d’un Etat et des gouvernants de cet Etat, de réduire le chômage tout en gagnant de l’argent pour l’Etat ? Le type qui fait ça il est réélu à vie or c’est justement l’objectif des gouvernants…

On ensuite un couplet sur les dividendes et on a encore là le mensonge constant de Mélenchon pour qui les dividendes ne vont que dans la poche de quelques-uns.

Que les dividendes soient trop élevés par rapport aux primes des salariés, je le déplore, qu’il n’y ait pas assez d’investissements aussi (mais c’est de la faute de l’Etat et des manipulation monétaire) mais là ou Mélenchon ment et la ou les imbéciles le croit c’est quand il dit que les dividendes vont dans la poche de quelques-uns…

C’est faux. Les plus gros actionnaires des sociétés du CAC40 sont des gestionnaires d’actifs, des « assets managers », des assurances, des fonds de retraites etc… Donc en réalité ces dividendes alimentent les placements de dizaines de millions de particuliers, leurs retraite, leur épargne, leur assurance etc.…

En plus il oublie que l’Etat est actionnaire de nombreuses entreprises et qu’il n’est pas le dernier pour réclamer des dividendes.

L’autre malhonnêteté intellectuelle c’est celle-là :

« […] ils préfèrent (ceux qui touchent des dividendes) investir dans la bulle financière que d’investir, acheter des choses utiles qui servent à tout le monde, ça tout le monde sait le faire dans sa famille pour le coup, alors pour l’Etat aussi, même si la comparaison n’est pas bonne entre une famille et l’Etat mais puisqu’ils la font alors moi aussi à mon tour »

Il faut être débile mentale pour croire dans ce raisonnement et Mélenchon démontre qu’il ment subliment ou qu’il est vraiment un inculte et un imbécile.

Investir ce n’est pas « acheter des trucs qui servent à tout le monde » c’est « Placer des fonds dans quelque chose en vue d’en tirer un bénéfice » (source : Larousse).

Une entreprise n’investit que si elle pense en tirer un bénéfice. Si les entreprises n’investissent pas et préfèrent verse des dividendes c’est qu’elles ne trouvent pas d’investissement dont le rapport rendement/risque est intéressant.

Maintenant ce bénéfice n’est pas que financier. Un Etat peut (doit !) investir dans la fibre optique ou dans une route pour développer une région. Le bénéfice qu’il en tirera ne sera pas que financier.

Si l’Etat savait investir correctement dans des trucs utiles pour tout le monde, cela se saurait.

Prenons un exemple concret : certaines lignes de TGV.
Les choses sont assez claires là-dessus, ces lignes ne seront jamais rentables, elles font partis des investissements de l’Etat pour l’aménagement du territoire.

Prenons un exemple encore plus précis, la ligne Paris – Bordeaux. On est passé de 3h de trajet à un peu plus de 2h pour un investissement de 12 milliards d’euros (presque 3 fois ce que rapporte l’ISF), soit environ 24 millions d’euros du kilomètre… Au-delà du financement qui est un parfait exemple de capitalisme de connivence et d’une rentabilité qui sera négative probablement à vie, on peut se demander si gagner 1h entre tour et Bordeaux était vraiment indispensable et valait vraiment 12 milliards.

Qu’est-ce que cela va réellement apporter à la région en termes d’emplois (même question pour Notre Dame des Landes par exemple) ?
N’aurait-il pas été plus judicieux de dépenser cet argent pour aménager la région par exemple en fibre optique, pour attirer les entreprises, en logements ou même en véritable décentralisation et aller installer un ministère ou une administration centrale…

Tout ça pour dire que cet investissement étatique est assez douteux quant à son rapport utilité/prix.

Tout ça pour dire que tout montre que l’Etat investit souvent mal et qu’il est donc préférable de laisser les ménages dépenser car ils le font souvent bien mieux que l’Etat.

Mélenchon est en plus malhonnête car il est contre la comparaison ménage vs Etat sauf quand ça l’arrange…

Fin de la partie 1

Publicités
Publié dans Non classé | 3 commentaires

Un peu d’humour

Image | Publié le par | 1 commentaire

Pourquoi la France n’est pas libérale

Billet à destination des citoyens français qui pensent sincèrement que la France est un pays libéral.

Je vais (tenter de) vous expliquer pourquoi notre pays ne l’est pas et pourquoi il ne s’approche même pas un peu du libéralisme.

Revenons à la définition :

-Doctrine économique qui privilégie l’individu et sa liberté ainsi que le libre jeu des actions individuelles conduisant à l’intérêt général.

-Doctrine politique visant à limiter les pouvoirs de l’État au regard des libertés individuelles. (source : Larousse)

Le libéralisme est une doctrine de philosophie politique qui affirme la liberté comme principe politique suprême ainsi que son corollaire de responsabilité individuelle, et revendique la limitation du pouvoir du souverain. (source : Wikipédia)


L’Etat Français et les gens qui nous gouvernent depuis plus de 40 ans, parle toujours de l’intérêt général avant l’intérêt individuel et ni même que l’intérêt général soit la somme des intérêts individuel.

L’Etat Français et les gens qui nous gouvernent depuis plus de 40 ans ne sont pas libéraux.

L’Etat Français et les gens qui nous gouvernent depuis plus de 40 ans n’ont eu de cesse de faire grossir la taille de l’Etat et son influence dans toutes les sphères de la vie, qu’elles soient publiques ou privées.
De là, les libertés individuelles se réduisent.

L’Etat Français et les gens qui nous gouvernent depuis plus de 40 ans ne sont pas libéraux.

L’Etat Français et les gens qui nous gouvernent depuis plus de 40 ans n’ont jamais placé la liberté comme principe suprême. Ils ont toujours préféré l’égalité voire même l’égalitarisme.
L’Etat Français et les gens qui nous gouvernent depuis plus de 40 ans n’ont eu de cesse de déresponsabiliser les Français en leur faisant croire que la santé, l’éducation ou les transports étaient gratuits et que l’État s’occuperait d’eux mieux qu’eux même.

L’Etat Français et les gens qui nous gouvernent depuis plus de 40 ans ne sont pas libéraux.

Voilà d’autres raisons, parfois nécessaire, parfois suffisante, parfois insuffisante, mais qui toutes ensembles amènent à un fait inéluctable : la France est très loin d’être un pays libéral.

(Vous pouvez ajouter les vôtres)

-Partis politiques subventionnés.
-IFR des députés/sénateurs non fiscalisée.
-Aucun contrôle par les citoyens/contribuables des dépenses de l’Etat.
-Fiscalité changeant tous les ans, souvent rétroactive et progressive au lieu d’être proportionnelle.
-Privilèges des statuts (fonctionnaires) ou des élus.
-Existence de statuts particuliers (intermittent).
-Nombre de lois, de règles, de normes, de règlements souvent ubuesque et qui ont pour but de limiter la liberté de faire des citoyens (on ne peut pas monter une cabane de jardin sans demander l’autorisation et payer une taxe par exemple).
-Le nombre d’obligations administratives à remplir pour simplement ouvrir un commerce ou une activité commerciale.
-La fiscalité confiscatoire, l’ISF, les droits de succession, les droits de mutation.
-Augmentation des prix de manière rétroactive (EDF)
-Les réformes (code du travail par exemple) ne sont jamais des simplifications mais des réécritures, des ajouts d’exceptions et/ou d’amendement.
-La gestion publique de l’enseignement.
-Les subventions aux médias.
-L’existence d’une radio et d’une télé publiques.
-Les syndicats non représentatifs financés à 80% par l’argent publique.
-Les subventions à l’art, au cinéma et à toute la création artistique en général.
-Les subventions aux entreprises et les niches fiscales type CICE.
-Toutes les niches fiscales.
-L’irresponsabilité civile et pénale des grands élus.
-Les déficits systématiques et systémiques.
-Le fait que l’Etat se mêle d’autre chose que ses prérogatives régaliennes.
-Les monopoles ou quasi-monopoles dans l’énergie et les transports en commun.
-Les participations de l’Etat, la CDC, la BPI et autres institutions financière étatiques.
-L’existence de l’ENA.
-Le nombre de fonctionnaire pour 1000 habitants.
-La collusion entre le pouvoir économique et le pouvoir politique.
-Le droit de l’Etat et non l’état de droit.
-La pénalisation du cannabis.
-Le montant et le pourcentage de la dépense publique.
-Le non-respect de la propriété privée.
-La non égalité des droits et des devoirs entre les citoyens.
-Les manipulations du marché immobilier/logements
-Les interdictions vendre tel ou tel fruits/légumes
-Les placards dorés de la République (Royal, Moscovici etc…).
-Le budget de la justice vs celui de la culture.
-La Taxe sur les transactions financières.
-Le fait que les fonctionnaires aient le droit de se présenter à une élection sans démissionner.
-Le cumul des mandats dans l’espace et le temps.
-Le fait que ce qui font les lois sont aussi ceux qui vivent par, pour et de l’Etat.
-La Sécurité Sociale étatique ET obligatoire.
-L’Assurance chômage étatique ET obligatoire.
-Le nombre d’élus.
-Le système de retraite étatique, obligatoire qui est en plus une pyramide de Ponzi.
-Le capitalisme de connivence (Bolloré, Bouygues, Pinault, Arnaud, Dassault etc…).
-Le fait que l’Etat décide si vous avez le droit ou pas de louer votre appartement, de combien de temps vous pouvez le louer et à quel prix vous pouvez le louer.
-L’existence de toutes les agences de l’Etat qui dépensent beaucoup d’argent le plus souvent pour rien.

Et encore j’en oublie pleins…

Prises une par une, aucune de ses raisons n’est suffisantes pour affirmer que la France n’est pas libérale.

C’est l’accumulation de ces raisons qui fait qu’affirmer que la France est libéral ou néo-libéral est une connerie que seul des gens stupides, incultes et ignorant peuvent proférés.

Et même si vous mettez en question certaines de ses raisons, il y en a 5, incontestables, qui prouvent à elles seules que la France n’est pas libérale :

-La dépenses publique en pourcentage du PIB.
-Le nombre de fonctionnaire.
-Les statuts et privilèges de certains (intermittent, fonctionnaires, cheminots, élus).
-La complexité administrative et le nombres de lois, de règles, de règlements.
-La place de l’Etat dans le vie sociale et économique du pays.

Publié dans Non classé | 2 commentaires

Le logement en France ou l’échec de l’Etat « stratege »

On entend souvent nos gouvernants parler de « l’Etat stratège ».

Sortie de la bouche de gens dont le « track record » en termes de gestion, de finance et d’amélioration de la vie des citoyens est proche du néant, cela me fait toujours bien, bien rire.

Petit rappel : La stratégie est un « ensemble d’actions coordonnées, d’opérations habiles, de manœuvres en vue d’atteindre un but précis »

Ce qui est formidable c’est que depuis 40 ans, hormis dans le domaine de fiscalité les actions de l’Etat sont désordonnées, malhabiles et qu’elles n’atteignent jamais de but précis.

L’Etat n’a jamais et ne sera jamais « stratège » tant qu’il continuera à utiliser les Français à son service au lieu de se mettre à leur service.

L’Etat n’a jamais et ne sera jamais « stratège » tant que ses membres seront des privilégiés incultes, incompétents, ignares et irresponsables.

Le dernier exemple en date tout à fait symptomatique : c’est la stratégie logement de Macron.

Décryptons ensemble.

En préambule je rappellerais que l’immobilier/logement est un des secteurs (voir même le secteur) dans lequel l’Etat intervient le plus (fiscalement, réglementairement, légalement, normativement etc.…).

Et que son objectif semble être d’intervenir encore plus…

Lire la suite

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Journaliste, Bobo et complètement idiot

Pour comprendre la suite et appréhender à leur juste valeur mes remarques, il convient de lire cet article en premier lieu.

Un grand moment de « journalisme » par ce qui se fait de mieux dans la caricature journaleux/bobo.

Pour bien comprendre la mentalité journalistique des « journalistes » de Libération, voici une petite anecdote.

Dans les années 90, alors que Jérôme Seydoux est propriétaire du journal, il veut déménager le titre de son siège historique du 3e arrondissement (près de la place de la République) pour s’installer en banlieue.
Ce qui, pour un journal de gauche, voir même gauchiste, un journal se revendiquant populaire, ouvrier et « progressiste », aurait été assez logique (sans parler de l’aspect financier).
Et bien tous les journalistes ont fait grève pour ne surtout pas quitter le centre de Paris…

A Libé, on veut bien défendre le peuple mais surtout pas vivre comme lui…

Lire la suite

Publié dans Non classé | 6 commentaires

Hulot, un politicien comme les autres…

…qui propose donc des mesures gadgets, chères, complexes et dont l’utilité est fortement sujette à caution.

Analysons cela ensemble :

Véhicules polluants : la « prime à la conversion »

La première mesure, « c’est la prime à la conversion des véhicules. Pour ceux qui veulent passer d’un vieux véhicule polluant à une voiture thermique à faible émission de CO². À partir de 2018, la prime de 500 euros à 1.000 euros qui existait uniquement pour les ménages à revenus modestes, et qui ne fonctionnait pas bien, sera généralisée à tous les Français propriétaires de véhicules essence d’avant 1997 ou diesel d’avant 2001 (…) Et pour tous ceux qui souhaitent passer à l’électrique, la prime à la conversion sera de 2.500 euros ».

Cette prime s’ajoute au bonus de 6.000 euros pour les véhicules électriques. Selon des informations des Échos de ce lundi, le malus qui s’applique lors de l’achat de véhicules polluants va d’ailleurs être renforcé par le gouvernement, avec des montants plus élevés et un seuil d’application abaissé de 127 à 120 grammes de CO² par kilomètres.

Tiens une prime ridicule qui ne marchait pas ??? Comme c’est étonnant.

Je vous invite à aller voir le prix d’une voiture neuve en France et vous comprendrez que pour la plupart des gens, 500 ou 1000 euros ne sont pas des sommes suffisantes pour susciter l’acte d’achat.

Je vous invite également à aller voir le prix d’une voiture électrique et vous comprendre alors que, de la même façon, 6000 euros n’est pas une sommes suffisante surtout qu’avoir une voiture électrique oblige presque à en avoir une deuxième pas électrique.

Ma proposition : 0% de TVA sur les véhicules électriques et Hybrides rechargeables, installations de bornes de recharges dans tous les nouveaux immeubles, les parkings publiques (ou le stationnement sera « gratuit » pour les voitures électriques), dans toutes les stations-services et incitation à l’installation de bornes dans les « vieux » parking.

Le « chèque énergie » pour les très bas revenus

La deuxième mesure concerne le « chèque énergie » qui après avoir été expérimenté dans quatre départements va être « étendu ». « Il devrait permettre d’aider 4 millions de ménages aux revenus très bas à payer leur facture d’énergie ». Le ministre cite les 4 millions de foyers concernés, touchant moins de 16.100 euros annuels dans le cas d’un couple avec deux enfants, ou 7.500 euros annuels pour un célibataire. Pour gagner en simplicité d’accès, « le chèque sera versé automatiquement, selon un barème allant de 48 à 227 euros par an. Le montant moyen visé s’élève à 150 euros environ. À compter de 2019, il sera revalorisé et passera à 200 euros par an en moyenne. C’est une mesure conséquente, j’y tiens beaucoup, affirme le ministre.

Quel est le rapport avec l’écologie ?? C’est une mesure purement « sociale », rien d’autre.

Ma proposition : Développement des réacteurs au thorium et arrêt des subventions au solaire et à l’éolien. Voilà ce qui fera baisser la facture…

Le crédit d’impôt pour la transition énergétique transformé en prime

En 2019, le « crédit d’impôt pour la transition énergétique (Cite) » sera « transformé en prime, versée dès que les travaux seront achevés ». Le Cite est une aide au financement de travaux d’amélioration énergétique. Nicolas Hulot souligne le décalage qui existe actuellement entre les travaux payés et la réduction d’impôts auxquels ils donnent droit. Pour régler ce problème de trésorerie pénalisant surtout les petits revenus, l’aide sera transformée en prime, versée dès l’achèvement des travaux.

Toutes les réformes visant à manipuler un marché se solde toujours un échec.

Ma proposition : Une prime plutôt qu’un crédit d’impôt, c’est toujours mieux mais si le but c’est d’inciter en faisant baisser artificiellement les prix (ce qui ne marche jamais, voir les APL par exemple) le plus efficace c’est une baisse de la fiscalité et une hausse de la concurrence.

Jusqu’à 3000 euros pour laisser tomber sa chaudière

La dernière des quatre mesures concerne l’énergie de chauffage, avec un coup de pouce « donné aux ménages aux moyens les plus modestes qui veulent changer une chaudière au fioul très polluante, à condition de passer aux énergies renouvelables, comme le bois ou les pompes à chaleur », détaille le ministre de la transition énergétique, qui ne donne cependant pas de barème ou de seuil de revenus applicables. Le montant de l’aide pourra atteindre 3000 euros.

La « clientèle » pour la chaudière au bois ou la pompe à chaleur est en réalité assez réduite… On parle de quelques centaines de milliers de personnes tout au plus…

C’est vraiment de la mesure ultra-gadget…

Ma proposition : Là-dessus rien, c’est complément con…

 

 

Fiscalité du diesel, taxe carbone et budget en hausse

Évoquant la convergence de fiscalité entre le diesel et l’essence, le ministre confirme qu’elle doit se faire avant la fin du quinquennat, « en quatre ans ». De même, la taxe carbone, qui vise à taxer les pollueurs en fonction de leurs émissions, voit son augmentation accélérée (passage de 30,50 euros la tonne de CO2 à 44,60 euros en2018 en visant un prix de 100 euros en 2030).

Sur le sujet de l’écotaxe, Nicolas Hulot estime que le « transport routier doit contribuer à l’effort », rejoignant les propos de la ministre des Transports Elisabeth Borne hier à propos des Assises de la mobilité lancées demain mardi.

La France et le diesel ou le parfait symbole de l’incompétence de « l’Etat stratège. » Pour faire des économies l’Etat a favorisé une technologie polluante, alors que les raffineries françaises produisaient surtout de l’essence et pas du diesel.

Ma proposition : TVA à 0% sur une voiture non diesel neuve si vous foutez votre diesel à la casse, hausse des taxes sur le diesel et développement du ferroutage et des camions électriques.

 

Évoquant enfin les contraintes budgétaires, Nicolas Hulot dit «ne pas se plaindre » alors que son ministère va voir son budget en hausse d’environ 3%. Refusant l’idée qu’une bonne politique publique implique « toujours plus de dépenses », le ministre cite en exemple la nécessité d’accélérer la faisabilité juridique des projets écologiques, comme l’éolien et le solaire, souvent visés par des recours.

C’est probablement la partie de l’article ou l’on peut conclure qu’Hulot est un idiot.

Si les projets d’éoliennes sont si souvent le sujet de recours c’est qu’ils sont antiécologiques car mal placés. Je pense notamment à ce projet visant à installer 8 éoliennes dans le Cantal sur une ligne de crête… Vachement écologique comme projet…

Nicolas Hulot est un politicien comme les autres. Ses mesures sont timides, lâches, pour la plupart inutiles (ou alors à la marge) et servent surtout les intérêts de quelques lobbies.

On reste encore et toujours dans l’étatisme, le dirigisme et l’administratif le plus contraint. Rien n’est libéré, tout est encore plus dirigé, contrôlé, administré, subventionné etc…

Toujours, toujours la même chose.

Bref, la médiocrité politique dans toute sa splendeur.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Pourquoi je suis contre les jeux olympiques d’été à Paris.

Pourquoi je suis contre les jeux olympiques d’été à Paris.

La première raison est tout à fait subjective : je me contrefiche de l’athlétisme, je trouve cela profondément chiant et la majorité des sports des JO d’été concernent l’athlétisme.

Pareil, je me fous du kayak, du tir à l’arc, du tir au pistolet, de la boxe, du cyclisme, de l’équitation, de la gym etc…

J’aime bien les sports d’équipe.

Mais je vous l’accorde, ne pas aimer une chose n’est pas une raison suffisante pour être contre.

La deuxième raison, c’est la façon totalement anti-démocratique dont a été décidé cette candidature.
Nous avons des politiciens qui vont dépenser l’argent des citoyens/contribuables, beaucoup, beaucoup de leur argent, sans jamais demander l’avis de ceux qui vont payer.

La moindre des choses aurait été un débat démocratique.

Mais ce n’est pas trop le genre de la Mairie de Paris.

Parlons un peu gros sous justement.

Le budget prévisionnel est 6.6Mds d’euros dont 1.7Mds provenant directement du CIO.

Si je ne me trompe pas, la dernière fois qu’un budget fut respecté c’est pour Atlanta en 1996.

Si l’on s’en tient aux trois dernières éditions des JO d’été, les budgets prévisionnels ont tous largement explosé. A Athènes, en 2004, il était de 5,3 milliards d’euros. Pour une facture finalement de 11 Mds€. Pékin n’a pas hésité à flamber. Des 2,6 Mds initialement prévus (et intenables), la capitale de la Chine, désireuse d’épater la planète, a explosé tous les compteurs : 36 Mds€ ! Londres, pour battre Paris, avait sous-estimé son budget prévisionnel (4,8 Mds€). Pour, au final, en dépenser près de 11…

On peut donc déjà fortement penser que le budget initial sera dépassé.

Et c’est le contribuable/citoyen qui payent tout ça…

La aussi, l’honnêteté intellectuelle des intervenants peut être largement remise en question.

Puisque qu’on est dans les gros sous, le CA du CIO est de plusieurs milliards par édition.
Sur la période 2009-2012, l’institution internationale va glaner au moins quatre milliards, contre plus de cinq milliards entre 2005 et 2008 et de nouveau quatre milliards pour la première olympiade de Jacques Rogge (2001-2004). La progression est surtout spectaculaire lorsque l’on étudie la répartition de ces montants, et notamment l’évolution des droits TV.  (source)

Sachant que Paris était la seule ville sérieusement candidate au final, ce n’est pas à la France de remercier le CIO mais au CIO de remercier la France pour le JO de 2024.

Les gagnants des JO ne sont jamais les villes ou les pays mais c’est toujours le CIO.
La Grèce et le Brésil se sont retrouvés ruinés à cause des JO. Des villes se sont retrouvées en grande difficulté à cause des JO.

Si la majorité des bénéfices vont aux CIO pourquoi ce n’est pas le CIO qui finance la majorité du budget ?

Il faut également rappeler (je suis étonnée que personne n’en parle) que Hidalgo vient de signer un contrat de 7 ans liant financièrement Paris à une des institutions les plus corrompue du monde.

A ce niveau-là de « l’analyse » il en ressort que :
1) Le choix d’accueillir les JO est purement politique, non démocratique et ne sert à certaine qu’à se faire mousser.
2) Le cout est élevé pour le citoyens/contribuables, ne rapportent rien et sert surtout au CIO à se goinfrer.

S’il y a bien une chose dans laquelle le public fait toujours infiniment « mieux » que le privé, c’est dans la dépense de l’argent des autres…

C’est pour cela que les JO de Los Angeles sont essentiellement gérés par le privé, avec des fonds privés et c’est pour cela que la dernière ville à avoir respecter le budget est Atlanta.

Je vous rappelle également que comptablement, Paris est déjà en faillite.

C’est aussi pour cela qu’ils coutent nettement moins cher aux contribuables quand c’est le privé qui s’en occupe et que les ricains négocient infiniment mieux les contrats avec le CIO.

Maintenant la question à 6.6 milliards d’euros.

Si les JO c’est si bien, pourquoi plus personne ne veut les organiser ?

Bref, Je suis contre parce que cela ne sert à rien si ce n’est à enrichir des corrompus et à flatter l’égo de politiciens incompétent, menteurs, voleurs et escrocs.

Publié dans Non classé | 5 commentaires