Quand l’alcool coule à flots à la SNCF, les usagers trinquent

Ceci n’est pas une blague…

C’est l’un des postes d’aiguillage de Paris-Ouest, parmi les plus importants d’Ile-de-France. Il gère – en un seul point de commande – une centaine d’itinéraires qui rayonne jusqu’à Rouen (Seine-Maritime). Un poste tout relais à transit souple, un PRS dans le jargon ds cheminots, où l’aiguilleur doit être vigilant en permanence, car, contrairement aux postes d’aiguillage à la technologie plus récente, ici l’homme n’a pas encore été remplacé par l’informatisation et l’automatisation de l’ensemble du processus.

L’agent SNCF qui, en février, a filmé ses camarades au « travail » n’est pas un délateur. Il a eu peur, six mois après l’accident ferroviaire de Brétigny-sur-Orge qui a causé la mort de sept personnes et en a blessé trente autres en juillet 2013, qu’une nouvelle catastrophe se produise. Il s’est d’abord tourné vers sa hiérarchie pour témoigner de la série de dysfonctionnements dont il était témoin : l’introduction d’alcool – comme on le voit sur cette vidéo – n’est pas le moindre. Une série de négligences qui pourraient être fatales, surtout aux heures de pointe. Mais ses supérieurs sont restés dubitatifs.

La vidéo et la suite de l’article sont à lire ici.

Et ces gens osent faire grève…

Heads have to roll.

Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s