De la mauvaise foi utilisée comme argument

Ce matin, dans twitter, un twittos particulièrement idiot me prenait à parti car il me reprochait de ne m’attaquer qu’à la gauche et de ne pas m’attaquer au FN.

Selon cet imbécile (et je reste poli), si j’attaque la gauche sans m’attaquer en FN c’est que je suis un « macronnard » ou alors que je suis d’accord avec « la madone des fachos » (Marine Le Pen je suppose).

Je penser qu’un tel niveau de crétinerie, qui nécessiterai une hospitalisation psychiatrique, mérite néanmoins une réponse :

1/ Le FN est un parti populiste et antilibéral dont le programme ressemble étrangement au programme du PC des années 1970 et au programme de FI des années 2017. On peut donc en déduire, sans trop se tromper, que le FN de Marine Le Pen est plus un parti de gauche qu’un parti de droite.

Attaquer la gauche et défendre el libéralisme c’est donc critiquer aussi el FN.

2/ Si je cite moins les tweet FN c’est aussi et surtout que je ne suis abonné à aucun compte FN car je considère ces gens moins dangereux que les totalitaristes de la FI qui se cachent derrière les oripeaux de la République et de la Démocratie.

3/ Selon mon stupide interlocuteur, si ne pas critiquer une chose c’est l’accepter et être d’accord avec elle j’en déduis qu’il est d’accord avec Kim Jong IL, Salmane ben Abdelaziz Al Saoud et avec Bruno Maigret.

4/ On retrouve également chez ce pathétique personnage, qui se revendique pourtant comme « attaché de façon éternelle aux DROITS de l’HOMME et au VIVRE ENSEMBLE » le classique refus de se confronter aux arguments et aux idées des autres en plus d’utiliser la plus classique tactique des totalitaristes et autres néo-fascistes degôches : faire dire aux autres ce qu’ils n’ont pas dit.

Je reconnais moi-même qu’il peut m’arriver de me tromper sur une interprétation ou faire un raccourci mais la mauvaise foi est vraiment une des bases de l’argumentation du degôche.

Mais sincèrement, je les comprends.

Le degôche n’a plus que la mauvaise foi pour tenter de sauver les apparences de son idéologie.

En effet, le communisme a échoué partout, le socialisme échoue, l’étatisme échoue, le collectivisme échoue, le capitalisme de connivence est un cancer, l’EducNat échoue, la grande majorité des dictateurs de notre monde se revendiquaient ou se revendiquent de gauche etc…

Je comprends parfaitement qu’il soit difficile d’accepter qu’après avoir soutenu et glorifié la révolution bolivarienne il soit difficile de faire son mea-culpa et de reconnaitre que le régime de Chavez et celui de son successeurs Maduro.

A l’inverse défendre le libéralisme est assez aisé puisque le seul dictateur « moderne » qui se soit ouvertement revendiqué du libéralisme économique (et seulement économique) c’est Pinochet.

C’est facile puisque ce sont les libéraux qui sont à l’origine de la Déclaration des Droites de l’Homme et du Citoyen.
Ce sont les libéraux qui revendiquent haut et fort la liberté, la responsabilité individuelle, le respect de la propriété privée, le respect de l’Etat de droit (et non pas du droit de l’Etat) et des libertés fondamentales que sont la sécurité et la justice.
Ce sont les libéraux qui ont inventé le droit de grève et les syndicats.
Ce sont les libéraux qui sont à l’origine de la fin de l’esclavage.

Alors évidemment, pour ceux qui vivent de l’argent de l’Etat donc du travail des autres, il est difficile d’entendre que certains devraient se sortir les doigts du cul et que certaines situations sont avant tout de l’ordre de la responsabilité individuelle de celui ou celle qui subit une situation désagréable.

Il est difficile pour ceux qui vivent de l’argent de l’Etat donc du travail des autres de reconnaitre que le problème numéro un de notre pays c’est l’Etat et les gens qui le contrôlent et qui travaillent pour et par lui.

C’est simple, il y a un fait économique indiscutable, quasiment systématique (je cherche encore les contre-exemple) : Plus un Etat contrôle un pays, moins le pays est libre et donc moins il se développe (socialement et économiquement).
Chaque fois qu’un pays très socialo-étatisé s’est libéré du poids de l’Etat, sa situation s’est améliorée et chaque fois que l’Etat prend de plus en plus d’importance, la situation se dégrade.

Pour une raison extrêmement simple : les intérêts de l’Etat et des gens qui le contrôlent sont très souvent à l’opposé des intérêts des citoyens.

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s