Mon point de vue sur la pollution et le climat

Mon point de vue est ultra simple : la pollution, c’est mal…

Ceci dit, je suppose que c’est le point de vue de la très très grande majorité des gens.

Je développerai donc ce point plus bas.

Mon point de vue sur le « réchauffement » climatique (qui ne doit pas se réchauffer tant que ça puisque l’on parle maintenant de « changement » climatique) c’est que :

1) Le GIEC est une institution politique avant d’être scientifique.
2) Le GIEC truque ses données depuis des années.
3) Il y autant de preuves du réchauffement que de preuve de non-réchauffement.
4) Aucun scientifique n’est capable de démontrer factuellement que le CO2 est responsable du changement climatique.
5) Si c’est le cas, il est trop tard pour inverser la tendance donc prévoyons plutôt l’avenir.

Je n’ai donc aucune confiance dans le GIEC et si le climat change, je doute que l’homme en soit le principal responsable.

Ce n’est absolument pas une raison pour ne rien faire…

Revenons à la pollution.

Oui je pense que si l’on peut se passer des voitures à carburant fossile c’est très bien.
Oui je pense que si l’on peut se passer de pesticides et d’insecticides, c’est très bien.
Oui je pense que si les industries et les agriculteurs peuvent arrêter de polluer sol, eau et air c’est très bien.

Pour se passer de carburant fossile, l’électricité est une très bonne idée mais il faut la produire en énorme quantité et de façon continue, ce que sont incapables de faire l’éolien et le solaire et ce que fait le nucléaire.

Le nucléaire actuel est cependant relativement dangereux, il faut rapidement passer au nucléaire au thorium,  En effet, à un moment il faut être cohérent et intellectuellement honnête, certains de nos réacteurs sont vieillissants et il faut penser à les fermer ou à les convertir.

D’où le thorium…

Pour se passer de pesticides et d’insecticides, les OGM peuvent être une des solutions, le bio en circuit court aussi mais il faut surtout arrêter avec la PAC et avec le productivisme militant de la FNSEA.

C’est cette PAC et ce productivisme qui fait que la Bretagne produit du porc de mauvaise qualité et qui pollue les sols et l’eau.
C’est cette PAC et ce productivisme qui fait que l’on produit du mais, gros consommateur d’eau.
C’est cette PAC et ce productivisme qui fait que l’on a maintenant des blés de 30 centimètre de haut, de mauvaise qualité, sans diversité et « enrichit » en gluten.
C’est cette PAC et ce productivisme qui fait que beaucoup d’agriculteurs et d’exploitants survivent à peine pendant que d’autres roulent en SUV Mercedes au frais des contribuables européens (je sais de quoi je parle…).

Pour réduire la pollution il faut aussi que le consommateur y mette du sien…

Comme la plupart des gens, la pollution qu’elle soit atmosphérique, sonore, chimique ou autre me gêne évidemment.

Mais ce qui me gêne également c’est la façon dont l’Etat et les lobbies gèrent (ou fait semblant de gérer) cette pollution.

Si on prend l’éolien, cela enrichit quelques maires et propriétaires terriens et coûte de l’argent à tous.

Pour inciter les gens à acheter bio (du « vrai » bio… c’est un autre sujet ça…), à se déplacer dans les marchés, à changer leurs habitudes alimentaires (en gros, acheter du jambon de qualité au lieu des merdes roses vendues au supermarché), à acheter une voiture électrique, à se nourrir de produits de saison frais, produis localement et de façon raisonnée, rien de mieux qu’une augmentation du pouvoir d’achat par une baisse massive de la fiscalité.

Et que l’Education Nationale fasse son boulot d’instruction au lieu de diffuser sa propagande socialo-étatiste.

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Mon point de vue sur la pollution et le climat

  1. Boudoir dit :

    Au sujet du jambon: la couleur naturelle est plutôt grise, pas rose !

  2. Philippe dit :

    Le vrai remède à la pollution et le climat est la population et sa natalité et pas toutes les propositions sordides de solaire, de carburant, d’insecticide et j’en passe…
    Ça ne sert à rien de vouloir réduire de 20% les émissions carbone dans un pays de 68m de personnes comme la France pour « lutter contre la pollution » si dans le même temps la population mondiale croît de 100m de personnes par an (1,4%/a). L’effet est d’autant plus démultiplié que les 100m de personnes nouvelles ne vivent pas encore à l’occidentale et n’aspirent qu’à y accéder.
    Exemple chiffré:
    – Si un français produit 1000 unités de pollution par an, le pays relargue 68Md d’unités de pollution. Une réduction de 20% (qui est drastique!) ne ferait qu’économiser 13.6Md d’unités.
    – Si dans le même temps, le monde gagne 100m de population de plus et que celle-ci pollue 200 unités de pollution par habitant (en croissance de 10%/a pour rattraper le modèle occidental), la quantité totale de pollution de cette masse représente 100m x 220 = 22Md d’unités de pollution supplémentaire + 7Md de personnes qui polluent 10% de plus que l’an passé, soit 140md d’unités de pollution supplémentaire.
    L’économie de pollution de la France (13.6Md d’unités de pollution) apparaît dérisoire dans un océan de pollution supplémentaire que génère la croissance de la population et son rattrapage développemental. Alors toutes les histoires autours de l’écologie, me rappelle un peu dramatiquement l’histoire de la paille et de la poutre…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s