Un peu de finance

La distribution du crédit en zone Euro a connu en mai une forte accélération alors que la croissance de la masse monétaire M3 a, elle, légèrement augmenté  (+0.1 point à 5%, en ligne) selon les données publiées par la BCE.

Forte accélération d’un coté, légère augmentation de l’autre. Autrement dit la politique de la BCE sensés accélérer l’inflation (c’est à dire la quantité de monnaie en circulation) est un échec…

Le crédit aux ménages a augmenté de +2.6% (plus forte progression depuis mars 2009) après +2.4% en avril, les prêts étant presque exclusivement consacrés à l’immobilier.

Donc des investissements relativement peu « productifs » qui continue à nourrir de bulles immobilières qui favorisent les possédants et les rentes au détriment de l’investissent et de l’entrepreneur.

Pourquoi nos élus ont il si peu d’argent placé en investissement autre qu’immobilier ?

Le marché immobilier est probablement le marché le plus régulé, le plus contrôlé, le plus réglementé et le plus manipulé de France.

De son côté, le crédit aux entreprises de la zone Euro a augmenté de +2.4% dans le même temps.

Une ordonnance parue mardi au JO (Journal officiel), modifie les statuts des Sociétés de Gestion de Portefeuille, pour que celles qui font de la gestion collective ne soient plus considérées comme des Entreprises d’Investissement, et donc ne soient plus soumises à MIF2.

MIF2, (Markets in Financial Instruments Directive, La directive sur les Marchés d’Instruments Financiers numéro 2) c’est en gros les directives de régulation et de contrôle de l’UE sur le marché des entreprises d’investissement (banques, asset managers, brokers etc…)

Ces sociétés sont déjà soumises aux réglementations sectorielles européennes (OPCVM et AIFM), ce qui aurait fait beaucoup si on avait empilé la nouvelle réglementation MIFID.

Surtout qu’a empiler des règles on arrive très souvent à des situations ubuesques.

Cela veut donc dire que les SGP (Société de Gestion de Portefeuille) n’auront plus l’obligation d’investir pour tout ce qui concerne les reportings de transactions.

Au global, il n’y a qu’une dizaine de sociétés qui peuvent être considérées comme des EI (Entreprise d’Investissement) et devant se soumettre à MIFID2, mais une grosse partie d’entre elles devraient décider de faire de la gestion collective et donc rester des EI.

Les sociétés ayant à la fois une activité de gestion collective et de gestion pour compte de tiers (Gestion sous mandat) devront respecter les directives de la MIFID pour tout ce qui ne concerne pas la gestion collective.

Cela vous semble sans interêt mais c’est important.

La France n’est pas une grande place financière mais elle a beaucoup de petites sociétés de gestion de portefeuille et cela représente beaucoup d’emplois !! (les gérants, les assistants gérants, les « middle office », les « back office », les RCCI/Compliance officer, les commerciaux, les dirigeants, les informaticiens etc…).

Pour résumer, l’AMF vient d’essayer de simplifier la régulation pour les SGP françaises. Sauf que :
-Les directives européennes UCITS et OPCVM contiennent déjà MIF2
-Les gros acteurs Français (Axa, Amundi, SG, BNP, les grosses mutuelles etc…) vont respecté MIF2 pour des raisons de simplicité car le FCA (l’AMF anglais) l’exige et que 80% de la gestion européenne se fait aux Uk.
-Beaucoup se sont déjà engagé dans MIF2 donc aucune raison de revenir en arrière.

Bref, l’AMF vient de compliquer tout ce bordel.

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s