De la complexité du systéme

Mitterrand l’avait dit : « Dans la lutte contre le chômage, on a tout essayé. » (1993).

Il se trouve que pour les parasites que sont le plus souvent l’homme et la femme politiques français (vous pouvez aussi ajouter les syndicalistes et moult fonctionnaires), tout a effectivement été essayé puisqu’ils ne peuvent concevoir aucune autre réforme car les seules qui n’ont pas été essayées c’est justement celles qui diminuent leur pouvoir.

Je m’explique.

Si vous pensez sincèrement que la complexité ubuesque du code du travail (ou du code des impôts, ou en général des lois françaises) est une malheureusement coïncidence due à l’histoire politique de notre pays c’est que vous êtes déjà à moitié fou.

Cette complexité est évidemment ardemment voulue et entretenue par ceux qui vivent de, par et pour l’Etat, pour des raisons assez faciles à comprendre :

-Qui dit complexité, dit interprétation et comme c’est l’interprétation de l’administration qui a toujours raison, la complexité est une façon de nous enfumer.

-Les députés, les sénateurs, les ministres et les fonctionnaires qui gravitent autour, doivent bien justifier d’une façon ou d’une autre l’argent qu’ils nous prennent pour se payer, les impôts qu’ils augmentent et les investissent inutiles qu’ils votent. Complexifier le système est une façon de justifier le temps qu’ils y passent et leurs gros salaires.

-Plus un système est complexe, plus il est difficile pour une personne extérieure à ce système de le comprendre. Complexifier le système, et le code du travail en particulier, oblige ceux qui veulent comprendre le système à rentrer dans le moule. Si l’ENA existe encore malgré les déplorables résultats de ses diplômés c’est parce que le système est devenu volontairement tellement complexe qu’avoir fait l’ENA est presque devenu indispensable pour y comprendre quelque chose.

Sans compter les pipoconomistes qui peuvent vous raconter n’importe quoi sur le code du travail ou les code des impôts, les fonctionnaires qui n’existe que pour tenter d’apporter des réponses aux citoyens/contribuables qui essayent de comprendre quelque chose à ce bordel sans nom, les syndicalistes qui nous mentent, nous volent et nous escroquent en toute « légalité » etc…

Sachez une chose, plus un système est complexe plus il bénéficie aux gros (je pense aux entreprises), aux « insiders », à l’Etat et à ceux qui vivent de l’Etat.

Plus un System est complexe et plus le citoyen perd en liberté, en responsabilité et en argent.

Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement – Et les mots pour le dire arrivent aisément
Nicolas Boileau

Vous ne vous demanderez donc plus jamais pourquoi les paroles de ceux qui font nos lois, les politiques, les syndicalistes et les hauts fonctionnaires, sont de si incompréhensibles sabir d’administration ubuesque.

Si vous m’avez compris c’est que je me suis mal exprimé.
Alan Greenspan le responsable numéro un de la crise des subprimes.

Remarquez que cette maxime peut s’appliquer à la plupart des politiciens français.

Dites-vous bien que la complexité du code du travail, le nombre d’articles qu’il contient, le nombre d’aspect de la relation employeur/employé dont il se mêle (il y a des articles sur les apéros d’entreprises…) ne visent pas en premier lieu à protéger l’employé (il y a 10% de chômage et des licenciements tout le temps) ni à faire chier l’employeur (du moins pas les gros, qui ont des département RH ou autre pour s’occuper de ça).

Dites-vous bien que ce n’est pas le code du travail qui crée le chômage, bien sûr que non. Ce qui est sûr c’est qu’il n’incite pas les entreprises à embaucher.

Dites-vous bien que les seuls qui profitent de la complexité code du travail (et de toutes les autres lois) ce sont ceux qui en vivent : les syndicalistes, les fonctionnaires, bref, l’Etat.

Dites-vous bien que le vrai problème c’est que l’Etat se mêle de ce qui ne le regarde pas et complexifie chaque année un peu plus les lois. Voilà ce qui crée le chômage : l’incessante diarrhée législative de nos soi-disant représentant et de ceux qui les conseillent.

La réforme du code du travail ne fera pas passer le chômage en dessous des 5% en 1 ans, mais il démontrera que la France est un pays qui peut se réformer, qui peut essayer d’appliquer ce qui marche ailleurs, qui peut inciter à entreprendre, qui ne se laisse pas enfermer dans un conservatisme sociale mortifère.

La complexité administrative induit de nombreux coût, aussi bien en temps qu’en argent. Simplifier les lois, les normes, les codes, les règles c’est redonner de la liberté et de la responsabilité aux citoyens. C’est aussi leur redonner du temps et de l’argent.

Il faut simplifier. J’espère que la réforme du code du travail ira dans ce sens.

 

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour De la complexité du systéme

  1. amike dit :

    « Simplifier … c’est redonner … de la responsabilité… »
    La complexité existera toujours dans le monde du travail. Si elle n’est pas dans le code du Travail, elle se retrouvera dans la jurisprudence, ou les contrats de travail à faire valider par un avocat spécialiste.
    Responsabilité est un synonyme de complication !

    Je ne pense plus depuis longtemps que simple, c’est bien et complexe, mal.
    Quand je simplifie, je sais que je cherche à reporter les problèmes (dans le temps, à d’autres…).
    Quand je complique les choses, c’est que je veux prendre mes responsabilités.
    L’idéal serait un code du travail à l’interprétation fiable et stable, qu’il soit simple ou complexe.

    Si la réforme vise à avoir un effet direct, alors elle ajoutera ou changera de complexité. Mais on ne peut pas simplifier et vouloir apporter de nouvelles règles.

    • Skandal dit :

      Je suis en désaccord avec vous sur presque tout sauf :

      « Mais on ne peut pas simplifier et vouloir apporter de nouvelles règles. »

      Il ne s’agit pas d’apporter de nouvelle règles, il s’agit de supprimer des règles qui n’ont pas de sens.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s