Le livret A, un placement vraiment sans risque ?

Les établissements cherchent à se prémunir contre les nouvelles règlementations qui entreront en vigueur en 2018 et alourdiront leurs contraintes.

Les banques françaises partent en guerre contre la Banque centrale européenne (BCE). Six d’entre elles, La Banque postale, BNP Paribas, BPCE, le Crédit agricole, le Crédit mutuel et la Société générale ont déposé en octobre un recours devant la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE). Elles contestent la manière dont la Banque centrale européenne (BCE) intègre les fonds du livret A et du livret de développement durable (LDD) dans le calcul de leurs ratios de solvabilité. Ces établissements estiment que la collecte d’épargne réglementée n’a pas à alourdir les exigences de fonds propres qu’ils doivent respecter. D’autant qu’une large partie des fonds (65 % en moyenne) ne reste pas dans leur bilan mais est transférée à la Caisse des dépôts pour financer le logement social. (source)

Avant de parler finance, petite digression sur l’utilité du livret A. 

Historiquement le livret A fut créé par Louis XVIII pour solder les dettes des guerres napoléoniennes.

Aujourd’hui, sa collecte est sensée financer la construction de logements, essentiellement de logements sociaux de toutes catégories.

Les fonds du livret A s’élevant environs à 200 milliards d’euros dont environs 120 milliards (60%) destinés au logement social.

On se demande donc comment, avec 120 milliards d’euros de financement, le marché immobilier français peut-il être si tendu…

Le prix moyen d’un logement en France est d’environ 3600 euros le m² pour un appartement et 2200 euros le m² pour une maison (source).

Si on imagine une taille de logement moyenne de 91m², ces 120 milliards devraient permettre de construire et vendre ou louer presque 370.000 appartements ou presque 600.000 maisons.

Et tout ça au prix du marché donc on peut imaginer qu’au prix contrôlé, on peut construire encore plus.

Il y a donc potentiellement 120 milliards d’euros minimum qui pourrait être réinjectés dans l’économie Française par l’Etat.

Ma question est donc, ou sont ces logements ? Pourquoi ne sont-ils pas construits ? L’Etat et les tocards qui gouvernent ne nous expliquent-ils pas à longueur d’année que les logements, surtout sociaux, manquent ?

Questions purement rhétoriques, j’ai une bonne partie des réponses…

Passons au côté financier :

Le truc qui est bizarre dans l’information ci-dessus, à savoir que si la BCE veut intégrer le livret A et LDD dans les calculs de ratios de solvabilité, c’est qu’il y a une incohérence…

Pourquoi mettre du capital en face de placement dont l’Etat nous explique qu’ils sont plus que sûr et liquides en plus d’être réglementés et dont une grande partie est placée à la CDC (Caisse des Dépôt et Consignation) la fond de placement de l’Etat ?

La BCE considère-t-elle que ces placements ne sont pas assez sûr pour qu’ils ne soient pas intégré dans les ratios ?

La BCE considère-t-elle que les banques françaises ne sont pas suffisamment sures pour ne pas leur demander d’augmenter leur ratio ?

La BCE considère-t-elle que la CDC n’est pas sure ?

La BCE pense t’elle qu’il serait en réalité beaucoup plus difficile pour les citoyens de récupérer son argent ?

La BCE aurait-elle si peu confiance dans la capacité de l’Etat à assurer la liquidité de ces fonds ?

Aurait-elle eu vent de certains projets consistant pour l’Etat à gager la dette française sur l’épargne des citoyens ?

Ou alors peut-être tout simplement que les gars de la BCE sont des grosses tâches…. C’est aussi une bonne explication…

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Le livret A, un placement vraiment sans risque ?

  1. Sémaphore dit :

    Serait il possible que tout ce bel et bon argent ne soit plus qu’une ligne comptable dans le bilan de la CDC alors qu’il est déjà utilisé à autre chose que du logement social??? En vertu du principe que le même argent ne peut pas servir à deux emplois concrets dans le même temps???
    Non, même pas vous ne pouvez vois poser pareille question…

    • Skandal dit :

      🙂

      De ce que j’ai compris des informations que j’ai pu avoir par des gens biens placés, cet argent sert surtout de collatéral, de garantie, à certaines émissions de dettes de l’Etat ou à certains investissements fait par la CDC ou la BPI.

      Comme les investissements fait par ces deux trucs sont rarement judicieux, il est probable qu’une partie de cet argent disparaisse, tout simplement…

      Il faut tout de même ajouté que l’Etat est aussi contraint, en matière de construction, par les lois et les normes qu’il a lui même inventé !

      Le marché immobilier est probablement un des marchés les plus contrôlé, les plus régulé et les plus normé donc construire c’est long, c’est compliqué et ça coûte cher donc même l’Etat ne construit pas.

      Sauf pour lui (je pense au nouveau TGI de Paris, au nouveau ministère de la Défense etc…)

  2. Marc dit :

    Très informatif comme article! je pense que le livret A reste intéressant pour l’épargne de précaution car le placement a un atout de taille: il est entièrement défiscalisé. Un atout d’autant plus grand que la fiscalité des placements a été alourdie notamment sur les livrets bancaires fiscalisés.

    • Skandal dit :

      Oui, ok, mais son plafond est très bas et son taux est tellement bas lui aussi qu’on ne pas vraiment parler d’épargne.

      Entre mettre son argent sur son livret A ou cacher des billets sous son matelas, la différence est faible….

      Surtout que le livret A ne finance rien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s