Une des explications

Une des explications du chômage en France se trouve dans ce graphique : le poids des charges/cotisations.
Un patron français paye 2 salaires, un pour le salarié et un pour l’Etat.

cyldp7vwgae04et
D’abord il me faut « révéler » le mensonge sémantique des charges/cotisations patronales. C’est un mensonge de l’Etat pour vous faire croire que votre employeur paye quelque chose pour vous et pour vous cacher ce qu’il paye.

Les charges/cotisations patronales sont une somme que l’employeur paye sur votre salaire super brut et que vous ne touchez pas.
En réalité ce sont donc des charges/cotisations que l’employé paye. Il n’y a pas de « charges patronales » il n’y a que des charges salariales.

La question est donc de savoir si ces charges/cotisations sont justifiées et financent au juste prix un service.

Si on fait la comparaison avec ce qu’il y a dans d’autres pays comme le Danemark, la Hollande, la Suisse, le Canada, on peut en douter.

On peut, en France, s‘assurer dans le privé pour 230 euros par mois et bénéficier d’une couverture à 100% des frais réels (ce que ne fait pas la sécu) jusqu’à un plafond de 3.000.000 euros par an.

Pour faire une comparaison, pour un salaire brut annuel de 30.000 euros par an, le salariés va en réalité touché 1925 euros par moi (23100 euros net) et l’entreprise aura déboursé environs 53.000 euros.

La réalité c’est que le salaire « super brut » du salarié est de 4416 euro par mois, son net est de 1925 euros par mois, il y a donc 2491 euros qui partent en charges/cotisations diverses chaque mois, essentiellement pour la sécu et pour la la retraite.

Sachant que la sécu rembourse moins bien que beaucoup d’assurances privées et que la plupart d’entre nous ne toucheront pas ou peu de retraite, la comparaison est très vite faite…

Actuellement, la Sécurité Sociale (maladie / retraite) est en faillite et en déficit structurel permanent. Il faudrait, pour sauver durablement le systéme, « remettre au travail » 3 millions de chômeurs

Pour réduire la chômage il n’y a pas 36 solutions. Vous devez augmenter la croissance donc innover et/ou augmenter la productivité et/ou baisser les coût.

Sachant que l’augmentation de la productivité vient généralement de l’innovation.

Il reste donc à baisser les coûts donc faire baisser les charges/cotisations.

Cette baisse ne peut donc venir qu’une réforme profonde et structurelle de ce qui coûte le plus à savoir la sécurité sociale.

Sans compter que l’argent qui n’ira plus dans la poche des syndicats des gestions paritaires et dans les caisses de l’Etat sera en grande partie directement réinvestit dans l’économie par les ménages.

L’Etat et ses subsides ne savent pas gérer l’argent, il faut donc leur en donner le moins possible.

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Une des explications

  1. Raoul dit :

    Une question cependant, je prend l’exemple d’une famille de six personnes (au hasard, naturellement), seule madame travaille et gagne environ 50000 euros par an, son mari et ses enfants sont tous couverts par son assurance santé, si elle prend une assurance privée et que son employeur lui verse son super brut, le ménage sera-t-il réellement gagnant ?

    • Skandal dit :

      Dans votre cas, la famille doit toucher des allocations familiales. Ces allocations servent justement à compenser ce genre de chose

      Ensuite, je suppose que madame gagne 50.000 euros brut par ans, ce qui correspon,d environs à 100.000 euros de super-brut.

      S’il elle prend une assurance privé comme celle cité ci-dessus (230 euros par mois) pour toute sa famille et en imaginant que c’est 230 euros par personne et par moi (230*6*12 = 16560) il lui reste à la fin de l’année 83440 euros…

      Donc oui, elle y gagne.

      Mais ne vous méprenez pas, cette réforme de l’assurance sociale en France ne peut aller que de pair avec une très grosse réforme de la fiscalité des ménages, des entreprises, du capital et du travail, avec une réforme de l’Etat et des collectivités publiques, une réforme de la fonction publique etc…

      Pour réformer ce qui est financé collectivement il faut réformer les moyens de financement.

      C’est comme cet histoire de prélèvement à la source, sans réforme de fiscalité, cela ne sert absolument à rien si ce n’est pour l’Etat à nous voler toujours plus sans qu’on le voit.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s