Le résultat du pédagogisme

Une chute vertigineuse des résultats des élèves de terminale S et des scores mauvais en CM1. Alors que droite et gauche ferraillent sur l’école à l’approche de l’élection présidentielle, l’enquête internationale Timss (Trends in International Mathematics and Science Study) sur les mathématiques et les sciences, rendue publique mardi 29 novembre, apportera des arguments aux candidats. Face à son constat radical, on peut d’ores et déjà s’attendre à ce que, de part et d’autre de l’échiquier politique, on désigne des coupables et trouve de quoi légitimer – ou décrédibiliser – les programmes sur l’école qui se dessinent.

L’enquête porte sur deux niveaux de la scolarité : les enfants en quatrième année d’école élémentaire (en France, le CM1) et les lycéens de terminale scientifique. C’est une association internationale de chercheurs, l’IEA, fondée dans les années 1950, qui a la main sur l’organisation des tests menés dans une cinquantaine de pays au primaire et neuf seulement au lycée. Dans cette enquête, à laquelle la France n’avait jamais collaboré pour le niveau CM1 – et une fois seulement, en 1995, pour la terminale S –, c’est ce que savent et savent faire les élèves, sur la base des programmes scolaires (ou en tout cas de leur plus petit dénominateur commun à l’échelle de la planète), qui est mis en lumière. Et en France, à l’index. (source)

Il y a beaucoup de chose à dire là-dessus.

1) Je comprends que le ministère de l’EducNat ait si peu participé à cette enquête. Les résultats ne sont pas flatteurs pour lui.

2) Contrairement à ce que dit cette idiote de NVB (idiote selon le président de la république) ce n’est pas de la faute de Fillon.
Ce n’est même pas tout à fait de la faute de NVB.
C’est de la faute de la politique pédagogique de l’EducNat depuis 30 ans. Une politique menée par des idéologues, de toutes évidences incompétents, qui n’ont jamais eu pour objectif l’excellence ou même la progression des élèves mais qui ont toujours visé l’égalitarisme c’est à dire l’égalité dans la médiocrité.
Quand NVB s’attaque à Fillon parce que sous sa direction (à elle) le ministère de l’EducNat a de très mauvais résultats, elle confirme ce qu’Hollande pense d’elle : « ce n’est pas une intellectuelle mais elle manie très bien langue de bois ».

3) Cela explique que les français, jeunes adultes et adultes, soient aussi mauvais en mathématique, en économie et en finance.

4) Cela explique donc pourquoi il y autant de gens qui ne comprennent pas que sans réformes structurelles massives notre système de social (santé et retraite) est condamné à disparaître.
Cela explique qu’il y ait encore autant d’ignorants à croire que réduire le temps de travail diminue le chômage.
Cela explique que beaucoup de Français ne s’aperçoivent pas du vol, qui est commis par l’Etat, sur leur salaire chaque mois.
Cela explique qu’il y ait encore des incultes qui croient (on est dans le domaine de la foi) que notre système social est le moins cher et le plus performant.

Je me demande s’il n’y a pas la une sorte de volonté d’abrutissement des masses afin que le citoyens français, mal informé et peu cultivé, continue de ne pas s’apercevoir que l’Etat et ceux qui en vivent (syndicats, partis politiques, médias publiques et/ou subventionnés et un grand nombres de fonctionnaires dont l’utilité est difficilement démontrable) le vol.

Je me demande s’il n’y a pas la une sorte de volonté d’abrutissement des masses afin que le citoyens français, mal informé et peu cultivé, continue de croire que les dogmes socialo-étatistes (35h, SMIC, sécurité sociale publique et obligatoire, éducation nationale, fiscalité confiscatoire, ISF, non-respect de la propriété privée, fonction publique pléthorique etc.) sont forcément l’horizon indépassable d’une « démocratie ».

Le plus grave c’est que la médiocrité de notre système scolaire ne date pas d’hier.

Il y a 15 ans, j’entendais déjà les profs de fac se plaindre du faible niveau des étudiants en orthographe ou en math et de leur inculture en économie.
J’ai même entendu des profs d’histoire d’université êtres affligés du niveau culturel de leurs étudiant de master.
Moi-même j’en connaissais plus en économie et en finance que mes profs de TD. Il est vrai que j’avais fait d’autres études avant mais tout de même.

Ma chère maman est psychologue scolaire depuis un certain temps et elle fut professeur des écoles avant cela, je peux donc vous donner des centaines d’exemples d’élèves maîtrisant à peine la lecture et/ou l’écriture et/ou la logique et/ou les mathématiques et qui pourtant passe de classe en classe jusqu’au BAC, qu’ils auront (puisqu’on le donne), et qui viendront pourri les bancs de l’université.

Ce problème, connu depuis longtemps, est avant tout le fait des gens qui depuis 30 ans contrôlent l’Education Nationale. Ce n’est pas complètement de la faute des ministres et pas vraiment de la faute des profs.

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Le résultat du pédagogisme

  1. labolisbiotifool dit :

    Comment ça , pas de la faute des ministres ??? Bien sûr que si .
    S ‘ ils avaient eu des cojones , ils auraient eu la possibilité de changer
    beaucoup de choses , quitte à se fâcher avec certaines autorités ?
    Ceci dit l ‘ état de l ‘ éduc-nat , état dans l’ état , ne mérite qu ‘ un
    balayage atomique , pour être remplacé par une offre diverse d ‘instruction ,
    dont éventuellement celle de l ‘ état , quoique … comme la téloche , pourquoi
    toutes ces chaines étatiques ? Une suffirait largement à nous pourrir
    l ‘ info ! Laissons le reste au privé qui vivrait de son commerce …

    Labolisbiotifool

    • Skandal dit :

      J’ai dis « pas complètement ».

      Le ministre de l’EducNat a finalement très peu de pouvoir face à son administration. Imaginez que cette administration peut faire passer des « réformes » sans même en informer le ministre.
      Vous parlez à des gens qui sont depuis des années et qui sont en place quelque soit l’obédience politique du ministre.

      Un employé du ministère m’a un jour expliqué qu’il s’en foutait totalement de qui était le ministre et que toute façon ils (l’administration) faisaient ce qu’ils voulaient.

      « S ‘ ils avaient eu des cojones , ils auraient eu la possibilité de changer
      beaucoup de choses »

      Oui, je suis d’accord, mais cela veut dire des grèves à gogo.

      C’est pour cela que l’idée de Fillon de supprime 500.00 postes de fonctionnaires est une bonne idée si on supprime ces postes dans l’administration.

      Les ministres ne peuvent pas grand chose face à leur administration.

      Pour le reste, je suis d’accord avec vous.

  2. Blablator dit :

    Quand vous publiez un article, publiez l’intégralité de l’article… Vous n’en publiez que la partie qui vous intéresse. Et bien entendu vous vous arrêtez (comme par hasard) au moment où on nous explique que le système français est peu sélectif si bien qu’en terminale chez nous, on trouve des tanches alors qu’en Russie, la sélection a été faite et on ne trouve donc que des cadors.
    Bref, pas besoin de faire des tests pour prouver qu’un examen qui s’adresse à 80% d’une génération donne de moins bons résultats quand on le soumet à 10% d’une population qu’on a préalablement filtré.

    Après, je ne vois pas le rapport entre les maths qui sont une science dure, et l’économie et la finance qui n’ont rigoureusement rien de scientifique.
    Vous prenez Merton et Scholes, les mecs sont « prix Nobels » d’économie, les types sont tellement forts qu’ils ont bu le bouillon avec leur hedge fund. Je suis sur qu’aux tests Timss, ils explosaient les compteurs, mais ça n’en reste pas moins des charlatans.

    • Skandal dit :

      Et donc en terminal S (scientifique) le systéme français est peu sélectif par rapport à la Russie ou au Liban,. Très bien, sortons ces deux pays de la liste, il en reste encore beaucoup, beaucoup devant nous…

      Et qu’est ce que cela change pour les CM1 ?

      Et qu’est ce que cela change au fond du problème, c’est à dire la nocivité du pédagogisme depuis 30 ans et l’égalitarisme qui fait qu’en terminal nous avons des élèves mauvais en math, des élèves à qui nous donnerons le BAC et qui seront donc mauvais en math à l’université ?

      « Après, je ne vois pas le rapport entre les maths qui sont une science dure, et l’économie et la finance qui n’ont rigoureusement rien de scientifique. »

      C’est normal que ne voyiez pas le rapport, d’abord parce que vous êtes un imbécile ignare qui ne sait pas que l’économie et la finance sont des sciences et que vous n’avez probablement fait ni économie ni finance sinon vous sauriez que la finance c’est des maths purs (particulièrement quand elle est quantitative) et que la logique du raisonnement mathématique est la base de l’étude économique.

      C’est d’ailleurs a cela que l’on reconnait les pipoconomistes genre Piketty, Attali, Krugman ou Stiglitz aux autres.

      Et savoir compter n’empêche pas les gens de se planter.

      Quand on est mauvais en mathématiques, on ne peut pas être bon en économie, en finance, en physique ou en informatique car ces sciences demandent la même forme de logique.

      Quand à Merton et Scholes, qui sont effectivement des charlatans de la finance, étant donné que vous seriez bien incapable de comprendre leur modèle et pourquoi ils se sont plantés, évitez de parler de chose que vous ne comprenez pas.

      • Blablator dit :

        Prenez pas la mouche bébé… je faisais des maths à haut niveau que vous étiez encore dans les ovaires de votre « chère maman ».
        Et non, l’économie n’est pas une science. Un physicien peut calculer le coefficient de la marée demain en prenant la position du soleil et de la lune, vous, mon lapin, vous êtes incapable de prédire quoique ce soit sur le plan financier malgré vos incommensurables connaissances. Demain, le CAC sera à combien ? personne ne sait.

        Si vous prenez des actuaires, les mecs sont recrutés parce que ce sont des matheux. Mais bon, ils ne font que dire que cette année, il y a eu X sinistres automobiles, alors la loi des grands nombres fait que ça sera surement pareil l’année prochaine avec au doigt mouillé une once en plus car les phénomènes météos semblent indiquer qu’il y a plus d’inondations et donc de voitures englouties. Et donc comme madame Irma, ils prédisent qu’il faudra augmenter les polices d’assurance de 2%.
        Mais strictement aucun n’est capable de dire à sa direction que les préjudices liées aux inondations pour 2017, coutera à son assurance X milliards.

        • Skandal dit :

          L’économie est une science, ce n’est pas une science prédictive c’est une science explicative.
          C’est une science humaine qui utilise une science dure pour fournir des explications. Que ces explications ne vous conviennent pas est un autre problème.

          Et la finance n’a jamais cherché à prédire quoi que ce soit. Il n’y a que les imbéciles dans votre genre à croire cela.

          « Mais strictement aucun n’est capable de dire à sa direction que les préjudices liées aux inondations pour 2017, coutera à son assurance X milliards. »

          Et alors ? Ce n’est pas ce qu’on leur demande ? A l’impossible nul n’est tenu.

          Aucun physicien ou météorologue du monde c’est capable de prédire le temps qu’il fera.

          En plus il faut être vraiment un crétin pour comparer des sciences qui n’ont pas le même but.

          A ce jeux là comparons le physicien au sociologue.

        • Blablator dit :

          Si on prend le passé, c’est pareil. Un économiste est incapable de calculer quoique ce soit. Si on prend les 35 heures, vous ne trouverez pas deux économistes qui feront le même constat malgré leurs savants calculs. Ils feront comme vous ou Piketty, de l’idéologie et avanceront des chiffres avec des simplifications, des extrapolations qui n’ont strictement rien de rigoureux.
          Donc, je sais que ça vous peine car votre melon vous dit que vous êtes un savant, mais vous êtes un charlot comme Merton et Scholes.

        • Skandal dit :

          Je ne suis pas économiste.

          Et concernant les 35h, et la réduction du temps de travail en général, vous démontrer encore une fois votre profonde bêtise puisque le consensus est assez clair la dessus.

          Il n’y a que des politiciens ou des imbéciles pour croire que le temps de travail à un impact sur la création d’emploi.

          Comme vous êtes l’un deux deux, je vais vous re-expliquer :

          Pour créer de l’emploi il faut de la croissance et pour avoir de la croissance il faut de l’innovation et/ou une hausse de productivité et/ou une baisse des coûts (qui est en général la résultante de l’innovation et/ou d’une hausse de productivité).

          En quoi le temps de travail influe la dessus ? En rien.

          Et oui, les gens comme vous ont tendance à confondre les heures passés au bureau et le travaille réellement fournis.

          De plus, en réalité très peu de personne travaillent 35h (http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/09/17/qui-travaille-vraiment-35-heures_4761281_4355770.html) et la grande majorité de celles qui travaillent 35h sont fonctionnaires.

          Fonctionnaires dont la productivité n’a pas augmenté d’un iota depuis la réforme (http://www.atlantico.fr/decryptage/qui-en-france-travaille-vraiment-35-heures-jean-yves-archer-805725.html).

          Fonctionnaire dont beaucoup travaillaient déjà 35h ou moins avant la réforme.

          D’ailleurs, depuis cette réforme la productivité global n’a pas ou très peu augmenté.

          L’innovation, il y en a eu, mais peu et elle a été freiné par l’augmentation des coûts.

          La productivité horaire n’a donc pas augmenté et la productivité par euro dépensé non plus donc cela n’a pas créé d’emploi.

          Les 35h n’ont été copié dans aucun pays. Vous voulez savoir pourquoi ? Parce que ça ne sert à rien sans innovation et sans augmentation de la productivité.

          Je vais vous donner des chiffres :

          Le nombre d’emplois dans le secteur privé à la fin de 2015 est de 15 848 000.

          Soit à quelque milliers près le même que celui au début de 2001.

          Dans le même temps, la population française a augmenté de 5 millions de personne, de 3.6 millions de retraités en plus, de 400 000 fonctionnaires en plus et 1 millions de chômeurs en plus…

          Mais rassurez vous, augmenter le temps de travail ne sert pas à grand chose non plus pour les mêmes raisons.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s