L’inutilité des manipulations monétaires (part 2)

Pour confirmer ce que je disais hier, selon les statistiques publiées hier par la BCE, la croissance du crédit aux entreprises et eux particuliers dans la zone Euro est restée stable au mois de septembre alors que celle de la masse monétaire M3 a connu une légère baisse.

Ce qui signifie que l’inflation, qui est la croissance de la masse monétaire et non l’augmentation des prix, a diminué.

Donc que les actions de la BCE sont loin d’avoir l’effet escompté sur l’inflation et sur la distribution de crédit.

Idem au Japon, la Banque centrale japonaise avait prévenu : l’objectif de 2% d’inflation ne sera pas atteint dans l’immédiat. Pour le septième mois consécutif, les prix à la consommation ont reculé en septembre (-0.5% après -0.5% en septembre) tout comme les dépenses des ménages (-2.1%).  La faiblesse de la consommation et niveau élevé du Yen pourrait pousser la BoJ qui doit se réunir la semaine prochaine à abaisser son objectif d’inflation.

Pour les entreprises, le crédit a connu une hausse de +1.9% sur un an alors que pour les ménages, la hausse atteint +1.8%.. Quant à la croissance en rythme annuel de MM3, la BCE a revu à la baisse ses attentes et s’attend dorénavant à une hausse de +5% vs +5.1% en août.

Compte des dizaines de milliards que la BCE a virtuellement injecté dans l’économie, on devrait être très largement au dessus de ces chiffres.

L’impact du vote du 23 juin en Grande Bretagne n’a pas encore eu de conséquence sur la croissance britannique. La première estimation du PIB publié par l’ONSD pour le Q3 est ressortie +0.5% vs +0.3% attendu et +0.7% pour le Q2. Conséquence directe il va être difficile pour la BoE de justifier une baisse des taux lors de sa prochaine réunion, le 3 novembre prochain, certains observateurs estiment même que la Banque centrale devrait revoir à la hausse ses prévisions de croissance et d’inflation lors de la publication de son prochain rapport sur l’inflation en novembre.

Pour l’instant, le Brexit n’a pas ou très peu d’impact sur l’économie britannique, n’en déplaise aux pipoconomistes Attali et consort.

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s