Schizophrénie française

Selon un récent sondage, une majorité des Français soutiennent l’élargissement de l’encadrement des loyers. Mais ils sont encore plus nombreux à douter de son efficacité.[…]

Selon un sondage mené par le site de petites annonces Vivastreet auprès de 5600 personnes, 54,2% des sondés sont favorables à l’extension du dispositif. Mais preuve qu’il n’y croit pas vraiment, ils sont 60% à déclarer que cet encadrement est «peu ou pas efficace». (source)

Nous avons des gens qui ne croient pas au dispositif mais qui sont quand même pour son extension…

Et ces gens ont probablement le droit de vote. Ils ont probablement voté pour Hollande, lui donnant ainsi la légitimité, mais sans croire qu’il améliorerait les choses.

Cela explique en partie l’état de notre pays…

Si vous n’y croyez pas, ne votez pas bordel de merde !!!!

Notez que cette mesure, comme prévue, n’a absolument aucun effet positif.

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

13 commentaires pour Schizophrénie française

  1. Paul-Emic dit :

    A part la satisfaction de l’ermite regardant le monde se désagréger sous ses yeux, ça apporte quoi de concret de ne pas voter sinon faire le jeu du système qui se passe parfaitement d’électeurs ? cf les USA et même nous depuis quelques années

    • Skandal dit :

      Cela apporte la « satisfaction » de ne pas participer à cette mascarade, de ne pas donner de légitimité à ces gens et d’être intellectuellement cohérent.

      Chacun fait ce qu’il veut. Personnellement j’en ai marre de voter contre et si voter ne sert absolument à rien, comme on le vois depuis 30 ans, je ne sais pas encore si ne pas voter sert à quelque chose (il n’y a pas encore assez de gens qui ne votent pas).

      Si cela vous plait de voter pour des voleurs, des menteurs et des escrocs non seulement corrompus et malhonnêtes mais en plus incompétents, c’est votre problème, mais ne venez pas ensuite vous plaindre car vous leur aurez donner la légitimité à laquelle ils aspirent.

      Je me refuse à cela. Et si ça ne sert à rien, j’aurais pour moi ma cohérence intellectuelle. Ce n’est pas grand chose, mais c’est un début.

      • Paul-Emic dit :

        ça ne me plait pas de voter pour ceux que vous décrivez mais quelle alternative proposez vous ? Pour qui ne participe pas il reste à vivre en marge de la société puisqu’on n’est plus légitimé à la critiquer. C’est un choix que je respecte mais qui n’est pas le mien.

        • Skandal dit :

          Je ne suis pas d’accord. Ne pas voter sciemment (ou voter blanc) c’est participer.
          C’est participer au moins autant que voter contre ou voter pour des gens en qui nous n’avons aucune confiance.

          Celui qui ne vote pas sciemment (ou qui vote blanc) est tout autant légitime à critiquer que celui qui mis son bulletin pour un des candidat et qui ensuite critique la politique de ce candidat.

          Il faut vraiment que l’électeur soit d’une naïveté sans borne (je reste poli), une naïveté qui frise la maladie mentale (la encore je reste poli) pour croire un instant que le président qu’il a élu fera quoi que ce soit pour lui.

          Je ne vois pas pourquoi l’électeur naïf serait plus légitime à critiquer que le non-électeur lucide.

          Je pense même le contraire.

        • Paul-Emic dit :

          voter blanc c’est voter, ne pas voter c’est autre chose

        • Skandal dit :

          A partir du moment ou le vote blanc n’est pas comptabilisé, voter blanc ou ne pas voter sciemment, c’est pareil.

          Aussi bien le résultat que le cheminement intellectuel.

  2. Danny dit :

    Paul-Emic mon ami, je l’avoue humblement, mon itinéraire personnel ne m’a jamais vraiment poussé à voter, bien au contraire. Sur ce point précis, et quelques autres, je suis d’accord avec le taulier.

    Chacun est libre de ses choix après tout. Mais comme Zo d’Axa j’émets quelques réserves :

    « J’avais toujours cru que l’abstention était le langage muet dont il convenait de se servir pour indiquer son mépris des lois et des faiseurs.

    Voter, me disais-je, c’est se rendre complice. On prend sa part des décisions. on les ratifie d’avance. On est de la bande et du troupeau.

    Comment refuser de s’incliner devant la Chose légiférée si l’on accepte le principe de la loi brutale du nombre ?

    En ne votant pas, au contraire, il semble parfaitement logique de ne se soumettre jamais, de résister, de vivre en révolte.

    On n’a pas signé un contrat.

    En ne votant pas, on reste soi. On vit en homme que nul Tartempion ne doit se vanter de représenter.

    On dédaigne Tartalacrème.

    Alors seulement on est souverain, puisqu’on n’a pas biffé son droit, puisqu’on n’a délégué personne. On est maître de sa pensée, conscient d’une action directe.

    On peut faire fi des parlottes.

    On évite cette idiotie de s’affirmer contre le parlementarisme et d’élire, au même instant, les membres du parlement.

    Je me garderai d’insister. Dans le peuple même on perd la foi : les derniers électeurs ricanent.

    (…)

    Rien de bon n’es sorti de l’Urne. »

    Paul-Emic mon ami, soyons des hommes libres et soyons dignes, il faut le dire, la voie électorale est une impasse, et tu le sais.

    • Skandal dit :

      Je dois avouer que pendant longtemps, j’ai pensé exactement la même chose que Paul-Emic, à savoir que voter blanc c’était différent de ne pas voter sciemment et que votre contre l’un ce n’était pas voter pour l’autre.

      Après Sarkozy et Hollande, j’avoue humblement que je me suis totalement trompé.

    • Paul-Emic dit :

      @Danny
      Je le sais, je l’ai écrit et je suis convaincu de la vanité de la voie électorale, mais parallèlement il faut alors admettre et moi je le fais, que la voie démocratique est tout autant une impasse, que l’avenir est ailleurs que dans cette démocratie universelle et représentative qui n’est que le faux-semblant de la dictature mondialiste et mercantile qui avance tapie derrière elle.
      En gros on ne peut à la fois revendiquer l’irresponsabilité et les droits pernicieux que nous octroie cette pseudo démocratie qui n’est en fait qu’une oligarchie de cooptation. C’est pourtant l’attitude des générations qu’on appelle Y et Z pour les plus vieux de cette dernière . Ils le paieront au prix fort mais ne veulent pas le voir ni le savoir.

      • Skandal dit :

        « En gros on ne peut à la fois revendiquer l’irresponsabilité et les droits pernicieux que nous octroie cette pseudo démocratie qui n’est en fait qu’une oligarchie de cooptation. »

        Je suis d’accord !

        Ce n’est pas tant la démocratie le problème (elle marche bien en Suisse) que la restructuré institutionnelle dans laquelle elle « s’exprime ».

        • Paul-Emic dit :

          En Suisse elle se délite aussi et le pouvoir fédéral glisse au peuple Suisse des olives de plus en plus grosses.

  3. amike dit :

    Quel que soit la justesse du vote individuel, c’est le volume obtenu par chaque récipiendaire qui compte au final. C’est frustrant, mais l’humilité est la première qualité de l’électeur.

    A ce titre, le vote blanc s’il était choisi en masse pourrait représenter un message conséquent et significatif : « Nous ne sommes pas convaincus, mais nos voix sont prêtes à se mobiliser pour un projet différent. »

    Ne pas voter, même sciemment, ne signifie rien, ni à un potentiel candidat qui pourrait se déclarer, ni aux autres électeurs, ni surtout aux vainqueurs qui peut encore plus facilement que pour l’opposition ignorer le non votant, surtout s’il fait parti de la classe moyenne.

    PS : Que pensez vous de ces libéraux libertaires, qui critiquent la participation aux élections, tout en dénonçant « la dictature de la majorité » ? Sans majorité, je ne vois pas l’intérêt d’une démocratie…

    • Skandal dit :

      « A ce titre, le vote blanc s’il était choisi en masse pourrait représenter un message conséquent et significatif »

      Oui, s’il était pris en compte, ce qui n’est pas le cas.

      Donc voter blanc oui ne pas aller voter dans le but de ne pas légitimer la vaste escroquerie intellectuelle qu’est le suffrage universelle de la France de 2016 revient au même.

      Pour répondre à votre question, je pense que les libéraux libertaires qui dénoncent la dictature de la majorité ne sont tout simplement pas libéraux. Ils sont anarcho-individualistes.
      Le libéralisme c’est le respect de la démocratie, donc du choix du Peuple, donc du choix du plus grand nombre.

      Ensuite, on peut toujours discuter sur le fait le suffrage universel et sur le fait de savoir si la majorité est suffisamment « intelligente » pour voter « correctement »…

      Je pense qu’aujourd’hui, en France en 2016, l’Education Nationale (la fabrique des crétins) a très bien fait son travail et que les électeurs sont globalement dans l’incapacité intellectuelle et culturelle de voter « correctement » (c’est à dire en justifiant leur choix par autre chose que « Sarko est méchant » ou « j’aime pas les arabes, je vote Marine » ou « le public c’est génial, je vote socialiste »).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s