Super Mario a des idées pour le secteur bancaire européen, malheureusement

Mario Draghi, le capitaliste de connivence corrompu à la tête de la BCE sort enfin du bois.

En ouverture de la conférence annuelle du Comité européen du risque systémique (ESRB), le président de la BCE s’est penché sur le secteur bancaire européen et a estimé que la taille de certains secteurs bancaires nationaux et l’intensité de la concurrence qui en découle augmentent la pression sur les marges.

Même si M.Draghi a reconnu qu’un taux de dépôt négatif (en place depuis l’été 2014) peut peser sur la rentabilité des banques, la réévaluation de leur portefeuille obligataire leur permet de faire face à ces désagréments. Le problème majeur des banques reste le modèle lui-même, le président de la BCE estimant que dans un environnement d’innovation technologiques important, les banques européennes vont devoir évoluer et revoir leur modèle économique afin de renforcer leur profitabilité, la meilleure solution restant une consolidation du secteur, notamment en Allemagne et en Italie.

Pour ceux que la finance n’intéresse pas, pour ceux qui ne connaissent pas ou pour ceux qui sont mal informés je vais vous faire un petit résumé de la politique monétaire et de l’idéologie qui se cache derrière les « action » de la BCE.

Je vais faire relativement vite.

1) L’euro est une construction purement technocratique, mise en place par des politiciens ignares, adeptes du capitalisme de connivence, au lieu d’être une construction économique qui aurait dû aboutir à la mise en place d’une zone monétaire optimale.

La zone euro n’étant pas optimale, les « objectifs » fantasmagoriques de croissance, de taux de chômage, de déficit publique etc.. n’ont jamais été atteint sauf pour quelques très très rares pays.

2) La BCE, monstrueux Léviathan technocratique remplis de fonctionnaires incompétents et surpayés, dont on essaye de nous faire croire qu’elle serait indépendante, est donc chargé, à la place des banques centrales des états, de mettre en place la politique monétaire de l’Europe selon deux piliers : l’inflation et la croissance.

En gros, elle manipule les taux pour tenter d’atteindre les taux de croissance et d’inflation qu’elle s’est donnée comme objectif. Comme vous avez dû le remarquer, l’échec est cuisant.

3) Après la crise de 2008, causée par la politique monétaire de la FED et la politique « social » des administrations Clinton et Bush (en gros, obligation pour les établissements de crédit de prêter à des gens même insolvables) sur lesquelles se sont ajoutés l’incompétence et l’avarices des banques et des agences de notations, après la crise des dettes souveraines européennes causée par l’incompétence des gouvernants européens, la BCE a décidé (en retard en plus) de baisser artificiellement les taux et d’acheter directement la dettes des Etats.

En gros, elle reproduit les erreurs qui ont mené à la crise.

Le concept la dessous c’est de dire que si l’argent n’est pas chère alors les gens et les entreprises en « achèteront » plus (emprunteront) et donc en dépenserons plus, donc relance de la croissance, baisse du chômage, baisse des déficits publiques, hausse de l’inflation, tout le monde est heureux etc…

Comme vous pouvez le constater, ça a bien foiré. Ce qui était parfaitement prévisible.

Tout ceci est en grande partie due à la construction de l’Euro mais je ne vais pas me lancer dans une critique de l’Euro.

La réalité c’est que les manipulations monétaires ne servent que des intérêts assez restreints, et certainement pas ceux des citoyens.

Les premiers à bénéficier des manipulations monétaire ce sont les Etats qui peuvent dépenser l’argent qu’ils n’ont pas à de faibles taux et ainsi continuer tranquillement à faire ce qui est une des principale cause de la crise : les déficits et les dettes.

En deuxième position nous avons les grandes entreprises Européennes qui peuvent elles aussi emprunter pas cher pour verser des dividendes et racheter leur concurrents mais certainement pas pour embaucher et investir. (Qui voudrait investir dans un monde ou le risque n’est pas rémunéré, ou les prix sont manipulés et ou le futur est plus certain que le présent ?).

Contrairement à ce que le péquin moyen pense, les banques sont relativement peu favorisées par cette baisse des taux.
En effet, qui dit baisse des taux dit baisse des rendements et nous avons assisté à une spectaculaire baisse de l’activité sur tout ce qui concerne les taux et le crédit. Les banques ont massivement licencié dans les activités de marché de taux et actions. Les introductions en bourse sont moindres et le BCE manipulant largement les marchés, les gains sont faibles.
Bref, je synthétise : l’incertitude sur les marchés financier et les taux faibles ne sont pas un avantage pour elles même si leurs dirigeants se gavent toujours autant malgré le fait qu’elles aient « dégraissé » comme jamais.
Les banquiers y gagnent, les banques bof bof et les employés y perdent.

Bref, revenons aux commentaires de Mario.

Draghi est donc tout simplement entrain de dire que, les banques (ils parlent des grosses banques) étant « peux » rentables, il serait souhaitable qu’elles se rachètent entre elles.

En gros, Draghi souhaite des banques plus grosses, donc plus systémique, donc encore plus liées aux Etats donc des banques qui coûteront encore plus chère aux citoyens quand elles feront faillites plus qu’elles seront devenues tellement grosses qu’on ne pourra pas les laisser tomber.

C’est évidemment une aberration intellectuelle et économique.

C’est exactement le contraire qu’il faut faire : des banques plus petites, moins systémiques, qui gagnent de l’argent si elles prennent des risques et qui font faillites si elles se plantent.

Mario Draghi n’a absolument rien de libéral. Tout ce que fait la BCE est l’opposé exacte des préceptes libéraux. Il n’agit absolument pas dans l’intérêt des citoyens européens mais uniquement dans celui d’une petite caste d’oligarques politiques et financiers.

Draghi est un ancien de Goldman Sachs. Ceci explique cela.

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s