Programme commun

Pour que ce qui est traditionnellement appelé « la droite » ait une chance de réussir, il faut qu’elle fédère au delà de certains clivages.

On pourrait donc imaginer un programme commun de « toutes les droites » (en gros de Bayrou à Le Pen) qui serait une véritable visions à 10 ans (au moins) de ce qui devrait être fait en France.

Ce programme s’articulerait autour de 10 points principaux (relativement généraux).

Je vais écrire les mieux, j’invite les lecteurs, qui sont probablement de sensibilité politico-économique différente de la mienne, à inscrire les leurs et on essayera de faire un programme commun.

Je vais donner quelques détails mais je vais rester volontairement généraliste (sinon on va pas s’en sortir).

Je ne les note pas par ordre d’importance et je suis prêt à réviser mon jugement si nécessaire.

1) Réduction drastique de la taille de l’Etat.
Diminution du nombre de fonctionnaires (au moins -30%). Suppression du statu de fonctionnaire sauf pour quelques proffessions (je pense aux policiers par exemple) et Etat réduit au régalien à savoir sécurité intérieur et extérieur, justice, souveraineté budgétaire et fournir des infrastructures et des institutions publiques, qui sont bénéfiques à la société, mais qu’un entrepreneur privé ne peut pas financer lui-même profitablement.

2) Réforme institutionelle
Suppression de l’ENA. Non cumul des mandats dans l’espace et le temps (2 ou 3 mandat de maire max, idem pour les députés). Suppression du Sénat. Retour à un septennat unique pour les présidents. Interdiction au fonctionnaires de se présenter à une élection.
Inéligibilité à vie des élus condamnés. Fin du financement publique des partis. Responsabilisation pénale des élus.

3) Réforme fiscale d’ampleur. Simplification des systèmes sociaux (l’un ne va pas sans l’autre)
Suppression de toutes les allocations et de toutes les niches fiscales et mise en place d’un « revenu de base ». Libéralisation des systèmes de retraites et de sécu et libre au choix au citoyen de choisir ou il veut cotiser (publique / privé ou les deux). Les gens partent à la retraite quand ils veulent, ils toucheront en fonction de ce qu’ils ont cotisé. Idem pour l’assurance chômage. Donc suppression de la plupart des charges patronales et salariales.
Suppression de l’ISF. Mise en place d’une « flat tax » de 15% sur tous les revenus en dessous de 35k euros par an et de 20% au delà (a discuter, y compris sur une modulation revenu du travail/revenu du capital). La fraude fiscale sera très sévèrement puni.

4) Libéralisation de l’économie.
Ouverture à la concurrence des professions réglementées (taxis, notaires, pharmacie) et des monopoles d’Etat (SNCF par exemple). Modification des seuils sociaux. La liberté pour le commerçant de fixer les horaires d’ouverture de son magasin, y compris le dimanche. Les propriétaires loueurs verront leurs droits renforcés. Mise en place d’un Small Business Act à la Française. Fin du financement publique de la presse.

5) Fin de l’Education Nationale et mise en place du chèque éducation.
L’Etat se désengagera presque totalement de l’éducation en mettant en place les « chèques éducation » avec une liberté pédagogique accrue autour d’un socle commun ( lecture, écriture, calcul (mathématique), Histoire de France, sport etc…) L’Etat ne s’occupera que des cas particuliers comme les écoles de campagne isolées.
Autonomie totale des Université qui pourront aller chercher leur financement dans le privé.

6) Abolition du modèle syndical hérité du CNR.
Fin du financement publique des syndicats et du model actuel de représentativité.

7) Réforme des lois relative à l’immigration, l’intégration et la laïcité.
Les candidats à l’immigration de travail/famille ou les candidats à la nationalité Française devront répondre à un certain nombre de critères (revenus, connaissance de la culture française, de la langue etc..). Mise en place de quota basé sur les besoins du pays. Exclusion immédiate de tous les sans papiers. Pour chaque immigré clandestin renvoyé chez lui, un immigré légal sera accepté (a condition qu’il réponde aux critères). Tolérance pour les réfugiés de guerre et politique. Mise en place de la préférence nationale pour le marché du travail. Interdiction du financement publique et étranger des lieux de cultes. Le respect de la culture, de l’Histoire, des us et coutumes et de la laïcité Française devra passer avant tout autre considérations religieuses.

8) Mise en place d’une filière nucléaire au Thorium et investissement massif dans le projet ITER + Plan de développement de la voiture électrique.
Sécurisation des réacteurs nucléaires et grand coup de pied au cul d’Areva et d’EDF qui font n’importe quoi depuis quelques années (voir l’EPR…).

9) Pour la sécurité
Présomption de légitime défense pour les policiers. Ouverture de place de prison. Réponse policière et judiciaire selon la théorie de la vitre brisée

10) Mise en place d’une zone monétaire optimale et d’une convergence fiscalo-budgétaire en Europe, centré sur quelques pays (4 ou 5 maximum) avec une prédominance de la France et de l’Allemagne.
En l’absence ou si les peuples ne veulent pas de ce début de fédéralisme, la sortie de la zone euro et la dénonciation de nombreux traités européen seront obligatoires et nécessaires. Sortie de l’influence de la BCE et reprise de la souveraineté monétaire. 

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Programme commun

  1. Emmanuel dit :

    Bel effort !
    Je mettrais le point 7 en première position et le 1 en deuxième position.

  2. amike dit :

    Le pt1 me semble trop dure à horizon 10ans. Déjà sacrifier 1% (trois) des hauts fonctionnaires les plus compromis dans les magouilles serait bien.

    Pt2: L’Exécutif et le législatif sont en train de passer sous la coupe du pouvoir juridique. Il faut que l’autorité démocratique découle d’une majorité d’électeurs pour une politique, et non une somme majoritaire de minorités intéressées par des politiques clientélistes.

    Pt4 est le complément au pt3 ?

    Pt8: Comment l’état peut-il « initier » un tel projet sans tomber dans les travers habituels de l’état stratège ?

    Pt10: La monnaie est un gros problème. Visiblement, vous gardez toutes les options.

    • Skandal dit :

      Amike, je dois avouer que je ne me suis pas trop pencher sur la faisabilité « politique » de ces propositions.

      Pour le 1): « il suffit » de ne remplacer qu’un fonctionnaire sur 4 partant à la retraite et d’embaucher les nouveaux en CDI normal. Ce sera déjà un bon début.

      2) Oui, je suis d’accord avec vous en quoi ce que je propose va à l’encontre de ce que vous dites ?

      3) et 4) vont de pair, je vous l’accorde.

      8) « Comment l’état peut-il « initier » un tel projet sans tomber dans les travers habituels de l’état stratège ? » Grâce à la mise en place de 1) et 2)

      10) Oui, je garde toutes les options car j’ai l’arrogance d’affirmer que j’ai une certaine expertise dans ce domaine et que l’on ne sort pas de la zone euro aussi facilement et simplement surtout avec un pays aussi endetté et structurellement en déficit que le nôtre. De plus, le concept de l’euro reste une excellente idée économique. Malheureusement sa mise en place fut avant tout le fait de politiques incompétents et corrompus.
      Il ne faut pas se mentir, l’Euro a surtout bénéficié aux Etats (en opposition aux citoyens) donc à une minorité de gouvernants, aux Banques et aux grandes sociétés adeptes du capitalisme de connivence (surtout en France).
      Mais je pense que l’on peut encore changer cela.

  3. amike dit :

    « sacrifier 1% (au plus) »…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s