Rester ou ne pas rester, telle est la question

Aller, on va parler du Brexit parce que je n’en entends pas énormément parler dans les blogs.
Ou alors quand je lis un truc c’est souvent du grand n’importe quoi, je vais donner mon avis Ho ! combien éclairé.

Avant cela, une petite digression.

Il était une fois… 

J’ai eu récemment une discussion avec un jeune professeur de philosophie de l’EducNat sur le fait qu’il faudrait peut-être commencer à copier ou du moins à s’inspirer de ce qui marche ailleurs en matière d’économie et d’emploi. Je donnais l’exemple de la Suisse ou les gens sont heureux, deux à trois fois mieux payés qu’en France, ou le taux de chômage est de 3.5% et où il n’y a, pour ainsi dire pas de code du travail.

Le professeur me répond doctement qu’on ne peut pas copier car l’Histoire des pays n’est pas la même, le contexte économique différent et que la Suisse ce n’est pas la France et patati et patata.

Certes, et alors ? Comment savoir si ça marche ou pas si on n’essaye pas ?

Il ajoute que si la Suisse peut ne pas avoir de code du travail et des hauts salaires c’est parce qu’elle a un taux de chômage à 3.5%

Je lui réplique que c’est parce qu’elle n’a pas de code du travail, qu’elle a des hauts salaires et des salariés plus qualifiés et mieux éduqués qu’en France qu’elle a un taux de chômage à 3.5%.

Pour le coup, le taux de chômage est la conséquence de la structure et des politiques économiques.
Sinon cela signifie que le taux de chômage est « naturel » et que donc aucune politique n’est susceptible de le faire varié et que donc la politique économique ne sert à rien donc pourquoi voter pour un camp plutôt qu’un autre ?

Le professeur m’explique ensuite que le PIB de la Suisse reposait essentiellement sur la finance. Je le cite : « Bon et puis il ne faudrait quand même pas oublier trop vite l’énooooorme avantage que la Suisse tire de son industrie bancaire. Pourquoi celle-là ? Bah parce qu’elle n’en a pas d’autres. » 

Voilà donc un professeur de philosophie de l’EducNat qui habite à la frontière Suisse, qui ne connait absolument rien à l’économie Suisse mais qui se permet de donner des leçons sur ce sujet.

Je comprends que le niveau de l’Education Nationale soit aussi faible avec des professeurs aussi incultes et ignorants.

Car en Suisse, la finance ne représente « que » environ 23% du PIB, l’industrie 23% également, les administration publiques 25% et le commerce 23% également (donc 71% du PIB pour les services).

En France, le secteur des services c’est 77% et l’industrie c’est moins de 20%.

Et oui, la Suisse est un pays plus industriel que la France…

Et pour info, le secteur des services représente 75% du PIB au Royaume-Uni et l’industrie presque 24%. Donc le Royaume-Uni est aussi un pays plus industrieux que la France malgré la forte position de la City.

Bref, j’ai beau avoir démontré à ce « philosophe » qu’il avait tort c’est moi qui, celui lui, n’ait rien compris, donc acte.

Revenons à notre Brexit.

Vous pouvez commencer à aller lire les « analyses » d’un tas de braves gens sur ce lien. Vous en trouverez d’autre à droite et à gauche mais je vous donner ici mon sentiment :

Le Brexit serait une aubaine pour le Royaume-Unis car l’Europe s’empressera de ne surtout pas lui faire payer cette sortie.
Bruxelles baissera sa culotte devant les exigences de Londres en s’empressant de signer tout un tas d’accord et de « passporting » européen pour surtout que tous reste comme avant.
Les dirigeant européens sont lâches et ce n’est pas devant les Anglais qu’ils montreront le moindre courage.

Alors oui, il y aura des turbulences mais Junker et sa bande d’oligarques ne feront rien pour sanctionner l’Angleterre et je vous parie que les banques obtiendront les accords, les autorisations et les accréditations pour travailler avec l’UE et la zone euro comme avant ne moins de temps qu’il ne faut pour le dire.

Bref, le Royaume-Uni « risque » bien d’obtenir le beurre, l’argent du beurre et la virginité de la fille de la crémière.

Pour un autre avis, voir le billet de Paul-Emic. On est globalement d’accord…

 

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

15 commentaires pour Rester ou ne pas rester, telle est la question

  1. Paul-Emic dit :

    Les Anglais s’en sortent toujours bien lorsqu’il s’agit de bai..r l’Europe mais le petit plus du Brexit n’est pas là.
    Depuis 1957 où furent signer les traités de Rome, l’Union s’est située sur une courbe expansionniste. Toujours plus de membres, toujours plus de contraintes, toujours moins de démocratie. Pour bientôt on nous promet un impôt européen pour financer je ne sais quoi, en plus de ce que paient les États à l’Union.
    Pour la première fois (Dieu fasse que ça se réalise) un membre déciderait d’en sortir. C’est un coup d’arrêt, un petit Stalingrad infligé à cette union libérale-soviétique.
    Parions que quels que soient les avantages concédés à la perfide Albion, ça fera du bruit dans le Landerneau européen. Soit certains vont s’arc-bouter sur le plus d’Europe et ça va crisper les populations qui n’en peuvent plus de ce « machin » pour citer De Gaulle, soit certains États vont y aller eux aussi de leurs conditions d’allégement et ça va énerver les autres (pourquoi pas nous ?).
    Je crois que dans tous les cas si ce n’est pas la fin de l’Union, ce serait la fin de cette Union et avec un peu de bol ce serait aussi l’affaiblissement de l’OTAN, donc des USA, qui commencent à nous soûler avec leur phobie des Russes.
    Un bon bourrage d’urnes ne m’étonnerait pas s’il s’avère que l’assassinat de la députée anglaise n’a pas suffit pour acquérir la majorité anti-Brexit.

    • Skandal dit :

      Je suis en accord avec tous le début jusqu’à :

      « à cette union libérale-soviétique. »

      Je ne vois pas en quoi l’Europe est libérale…
      -Bruxelles c’est le règne des lobbies donc du capitalisme de connivence donc l’antilibéralisme par définition.
      -Les « dirigeants » ne sont pas élus.
      -La BCE manipule totalement la monnaie sans aucun contrôle démocratique et sans aucune efficacité.
      -Un « machin » qui décide de la taille des chasse d’eau ou de la couleur des petits pois que l’on a le droit d’acheter n’est pas libéral.

      Et j’en passe et des meilleurs. L’Europe telle qu’elles fonctionne aujourd’hui n’a rien de libérale excepté peut être qu’elle force les états à mettre en concurrence leur entreprises publiques (SNCF, EDF etc…) . Pour le reste elle ressemble plus à l’URSS qu’à la fédération Suisse.

      Pour le reste, je suis plutôt d’accord avec vous excepté sur les Russes. Je ne les aime pas trop moins non plus (sur la Syrie, je pense néanmoins qu’ils ont raison) mais en même temps je suis contre le fait qu’on s’aligne systématiquement sur les ricains.

      • Paul-Emic dit :

        je vous concède que le terme libéral que j’utilise ne correspond peut-être pas à la théorie libérale pour tant est qu’il en existe une, car je ne connais pas un seul pays « libéral » au monde quand ses intérêts sont en jeu. A commencer par le phare du libéralisme, les USA. Reste que c’est le terme consacré pour ce type d’économie qui consiste à refuser ou limiter au maximum les droits sociaux de même que le paternalisme et qui considère les êtes humains comme des paramètres économiques dont le seul but, la seule finalité sur terre serait d’augmenter les profits de l’entreprise, c’est à dire les profits d’une classe relativement réduite d’individus aux dépends des autres moins intelligents, moins chanceux, moins je ne sais quoi ou parfois plus honnêtes ou plus scrupuleux. Tout cela n’a pas grand chose à voir avec la liberté je vous l’accorde.

        La mise en concurrence des services publics dont la finalité n’est pas de gagner de l’argent mais de rendre un service uniforme sur un territoire ou à une population n’est pas non plus une bonne chose, à mon avis. Supprimer les abus aurait dû être suffisant, mais cela nous le verrons dans trente ans ou moins, je ne vais pas me battre là-dessus tellement je suis sûr d’avoir raison. Il n’est même pas impossible que réapparaisse un jour l’économie planifiée pour faire face aux gaspillages qu’engendre le « capitalisme de connivence ». Après tout c’était le système économique des 30 glorieuses en France. Ça a redressé la France malgré des guerres coloniales coûteuses. Actuellement on sacrifie à la théorie, au mythe (y compris les mythes de gauche comme l’égalitarisme) et on voit où on en est.

        Les Russes, il ne s’agit pas de les aimer ou pas. Moscou est à 2500 km de Paris à vol d’oiseau, on peut y aller à pied, à cheval, en voiture si nécessaire . Washington est à 6200 km et il faut franchir un océan. Ça répond à toute question en la matière. Nous sommes une péninsule du continent asiatique . L’Europe sans la Russie c’est une tête sans jambes et ça les Américains l’ont bien compris et depuis longtemps et ils n’ont pas l’intention que nous recouvrions notre corps complet.

        Ps je publie également mes réponses sur mon blog avec un lien vers le vôtre.

        • Skandal dit :

          Vous le savez probablement, je suis assez pointilleux sur l’utilisation du terme libéral.

          « A commencer par le phare du libéralisme, les USA. »

          Vous avez raison mais il y a en réalité des pays plus libéraux (au sens « noble » du terme) que les USA. La Suisse par exemple.
          Les USA sont plus proche du capitalisme de connivence que du libéralisme ne serait-ce que parce que la classe politique est largement « subventionnée » par WallStreet (sauf Trump).
          Il ne suffit pas de « promouvoir » le « business » pour être libéral puisque le libéralisme est avant tout un concept reposant sur le droit et la responsabilité individuelle.
          Wall Street est le symbole du capitalisme, mais n’a plus grand chose de libéral.
          D’ailleurs la gestion de la crise des subprimes a été parfaitement antilibérale.

          « Tout cela n’a pas grand chose à voir avec la liberté je vous l’accorde. »

          Oui, tout à fait et tout cela n’a pas grand chose à voir avec le libéralisme non plus. Ce que vous décrivez (êtres humains comme des paramètres économiques, profits d’une classe relativement réduite) est également parfaitement applicable au marxisme et/ou au communisme.

          Sur la mise en concurrence des services publiques je pourrais être d’accord avec vous. Je suis persuadé qu’il serait possible d’avoir une SNCF, une RATP, une poste etc… à la fois efficaces, productive et raisonnable en coût mais cela implique la suppression des status et régimes spéciaux des agents.

          Les infrastructures (routes, rails, réseaux électriques) doivent resté publiques. Cela n’empêche pas une bonne et saine gestion (pas comme actuellement) mais après, si je prends l’exemple du train je ne vois aucun problème à ce que différentes compagnie puissent faire rouler des trains sur des rails publiques. Si service rendu est mieux et moins cher, ou est le problème ?

          « L’Europe sans la Russie c’est une tête sans jambes  »

          Mouai…. Je suis pas d’accord. L’Europe devrait être capable de se passer aussi de la Russie que des Ricains. D’ailleurs on se fait enfler par les deux…

        • Skandal dit :

          Je vais aussi mettre votre article en lien.

  2. DF dit :

    « Bon et puis il ne faudrait quand même pas oublier trop vite l’énooooorme avantage que la Suisse tire de son industrie bancaire. Pourquoi celle-là ? Bah parce qu’elle n’en a pas d’autres. »

    En effet, cela tient du cliché… Peut-être que justement, si l’économie suisse marche, c’est aussi parce qu’elle a su se diversifier (pharma, tourisme, etc., vous savez tout ça), en créant et protégeant ses entreprises et en attirant des entreprises étrangères sur son territoire.

    Noter aussi que la Suisse n’a pas forcément (toutes) les ressources naturelles d’autres pays (pétrole, or, diamants, gaz naturel, etc.). Tout au plus est-elle assise sur un véritable château d’eau naturel. Ce qui peut certes être intéressant à long terme, à l’heure où l’eau devient un enjeu mondial important. Affaire à suivre…

    • Skandal dit :

      La Suisse est non seulement le pays le plus démocratique d’Europe mais c’est aussi un de ceux ou il fait le plus bon vivre, ou le chômage est le plus faible, ou les salaires sont les plus élevés. En plus les gens sont biens soignés et « gratuitement », comme en France et ils ne se font pas voler leur retraite par l’Etat.

      Certes l’immobilier et la vie sont un peu plus cher qu’en France mais les gens y sont nettement plus libres.

      Sinon pourquoi y aurait il autant de Français travaillant la bas et ne voulant surtout pas cotiser au système français ?

      • Suisse Sympa dit :

        Parfaitement…. prenons Platoche, celui qui vous a tant fait rêver, vous, les français. En Suisse, il est tranquille, le Qatar lui file une enveloppe de billets pour organiser une kermesse en 2018, y a pas Bercy pour lui demander d’où vient ce fric.
        En France, on lui aurait mis des bâtons dans les roues, avec des ponctionnaires pointilleux. C’est pas un hasard si le siège de la FIFA est passé de Paris à Zurich.
        Nos journalistes suisses n’ont jamais rien vu, ça ne nous regarde pas si le Qatar, pays qui n’a aucune équipe de foot, se voit attribuer une compétition par 70 degrés au soleil.
        Qui est venu foutre la merde ??? la BBC, une chaine publique anglaise, un repère à gauchistes de merde. C’est elle qui a commencé à se mêler de trucs qui n’ont pourtant aucune importance. Qu’est ce que ça peut leur foutre à ces gauchiasses si le Qatar a envie de faire une petite fête ?

        C’est plus facile de faire du capitalisme quand les capitaux affluent…. Prenons par exemple, nos voisins allemands. En 1930, ils décident de réunifier toutes les peuplades allemandes sous un seul drapeau. Ils envahissent tous leurs voisins (Autriche, Sudètes, Pologne, Alsace), sauf notre pays, qui est pourtant le moins bien défendu. On est comme ça, nous, les Suisses, on est sympa. Les allemands voulaient faire un reich de 1000 ans, mais on les a prévenus que ça pourrait merder, donc il était plus prudent de cacher le fric des peuples spoliés dans nos coffres et de nous laisser tranquille.

        Notre secret, c’est le libéralisme, on ne pose pas de questions, et on ne regarde pas d’où vient le fric. Avec ça, on est heureux.

        • Skandal dit :

          Tiens, revoilà le troll Pawel/Jobi Joba/Marcel Rinsky/Piotr/Curieux/Suisse Sympa

          Tellement courageux qu’il change de pseudo régulièrement… Je vous l’ai déjà dit, à moins d’insulter ma famille et/ou de tenir des propos racistes et/ou antisémites et/ou homophobe, je ne vous censurerai pas.

          Pas besoin, vous êtes suffisamment ridicule tout seul.

          Mais revenez quand vous aurez des arguments, ce sera plus intéressant.

        • Skandal dit :

          Quel rapport entre Platini le probable corrompu et le droit du travail Suisse ou le faible taux de chômage de ce pays ?

          Et quel rapport avec le Brexit ?

  3. Turlututu chapeau pointu dit :

    Le rapport, c’est que vous vantez le libéralisme suisse… et je vous réponds que dans un régime capitaliste, c’est plus facile d’attirer des capitaux, et donc développer des industries quand vous ne regardez pas d’où vient le pognon qui vient s’investir chez vous….
    Si la FIFA s’installe en Suisse, et donc y développe des emplois, c’est pas pour son code du travail, mais alors pas du tout… mais pour son secret bancaire qui permet à Blatter and Co de s’en foutre pleins les poches avec la garantie que personne ne viendra poser de questions…. sauf quand la justice américaine s’y intéresse (et la BBC).

    Sinon, je change tout le temps de pseudo, on met ce que l’on veut… donc je ne vois pas ce que ça change.

    • lyly dit :

      En attendant la suisse est le 5ième pays le moins corrompu et la France 26ième…On aura jamais le coût total qu’aura/ou que coûtera l’euro 2016, l’aéroport NNDL..On a jamais vu un chantier public ne pas doubler de prix à la facture finale.
      La France selon les experts sera le seul pays au monde où les JO crééairaient des emplois au lieu de coûter des milliards à perte comme dans tous les JO ces dernières années, on est archi-fort. Vous avez dit « transparence »?

      • Skandal dit :

        Le chantier du tunnel entre la Suisse et l’Italie (Saint Gothard) a respecté son budget et son agenda… Pour quoi ? Tout simplement parce que les élus Suisse sont responsables devant le peuple et que les Suisse gèrent bien leur chantier.

        Essayer de trouver un chantier en France qui n’est pas de retard et qui reste financièrement dans les clous…

        Je vente la Suisse car son système social, économique et politique est exemplaire (sans être parfait mais qu’est ce qu’il est ?). C’est une vrai démocratie et pas une république monarchique et oligarchique comme chez nous.

        Niveau social, les Suisse ne sont pas plus pauvre et pas moins bien soigé que chez et ça ne coute pas plus cher. De plus la Suisse n’est pas endetté à hauteur de 98% de son PIB et ses systèmes de retraite et santé ne sont pas des pyramides de Ponzi en faillite.

        Son économie est plus diversifié que la nôtre et la part de l’industrie dans le PIB est supérieure à la nôtre.

        Je ne parle pas de son éducation, la nôtre est tellement lamentable que des élèves de terminale ne savent même pas que Manhattan est à New-York…

        Quand au classement sur la corruption sur la liberté économique et la liberté de la presse, la Suisse nous devance très largement.

        Donc oui, il serait peut être de s’inspirer de ce qu’il se fait la bas…

  4. Skandal dit :

    Pawel/Jobi Joba/Marcel Rinsky/Piotr/Curieux/Suisse Sympa/Turlututu chapeau pointu

    Le secret bancaire n’existe pratiquement plus en Suisse, surtout dans les grosses banques

    La France et tous les pays en général ne sont pas très regardant sur l’argent qui est investit dans leur pays. rien à voir avec le capitalisme ou le libéralisme.
    Un pays qui est « trop » regardant fini systématiquement comme le Venezuela actuel, c’est à dire en faillite, en ruine avec des pénuries de tout et des famines.

    Et puis a partir du moment ou un état prélève l’impôt à la source (Suisse) ou est informé des salaires (France) je ne vois pas de quel droit il aurait le droit d’aller fouiller sur votre compte.

    Oui, toutes les fédérations de sport sont en Suisse, pour essentiellement des raisons fiscales puisque la fin du secret bancaire ne les a pas fait déménagé.

    Si je vante le libéralisme Suisse c’est qu’il semble infiniment mieux marché que le socialo-étatisme Français.

  5. Ping : En attendant le « Brexit  (oui, je sais c’est fait) | «No One Is Innocent…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s