Ignorance is your new best friend

Voici un commentaire vilement récupéré chez le bdg.

Dire que le libéralisme n’existe pas en France relève de l’humour. Non seulement n’importe qui peut monter sa boîte, mais il peut aussi embaucher des « travailleurs détachés » genre Polonais pour gagner plus de pognon en chiant sur les cons de Français qui coûtent cher, tandis que nos collectivités locales peuvent paver leurs rues en granit chinois qui coûte moins cher que celui du Limousin, lequel est en concurrence avec tous les pays du tiers-monde. Dans le genre « économie dirigée », il y a mieux, et ce ne sont là que quelques exemples. 

Ceux qui croient que le libéralisme n’existe pas en France se basent uniquement sur les impôts et le taux « confiscatoire » des prélèvements obligatoires. C’est un peu étroit. Même les pays ultra-libéraux genre US et Angleterre ont vu les impôts exploser. Et pourquoi ? Parce que le libéralisme détruit la société et qu’il faut bien colmater les brèches les plus dangereuses avec de l’argent public. Tout ça pour permettre aux « patrons » (je simplifie, on est sur un blog) de gagner toujours plus de pognon.

Alors arrêtons avec le libéralisme que l’on n’aurait pas encore essayé. On en meurt, de ce truc soi-disant inédit et merveilleux.

Encore une fois nous avons à faire à une personne qui n’a toujours pas compris que le libéralisme n’est pas un économisme (même si le concept possède un chapitre économique) mais un concept de droit qui repose sur quatre principaux piliers : état de droit, responsabilité individuelle, respect de la propriété privé et libertés individuelles.

Il ne suffit pas que l’on puisse monter une boite ou embaucher des travailleurs détachés pour dire que l’on est dans un pays libéral.

Globalement, la France est le pays le moins libéral des pays développés. Aussi bien d’un point de vue économique que social.

Dire que les Etats-Unis ou l’Angleterre sont des pays « ultra-libéraux » (concept qui n’existe pas et dont personne ne se revendique) est également une superbe stupidité. En effet, ces pays sont, par certains aspects plus libéraux que nous mais le capitalisme de connivence (surtout concernant l’industrie financière) y règne en maître.

Le libéralisme c’est aussi le fait de ne pas avoir de repris justice au gouvernement.
Le libéralisme c’est aussi le fait que ceux qui font les lois ne sont pas les mêmes que ceux qui les font appliquer.
Le libéralisme c’est aussi que ceux qui font les lois ne peuvent pas s’octroyer des privilèges.
Le libéralisme c’est aussi que la presse est libre, donc non subventionnée par l’Etat.
Le libéralisme c’est aussi d’avoir le choix de sa protection social.
Le libéralisme c’est aussi d’avoir la possibilité d’épargner dans un système qui ne soit pas une pyramide de ponzi.
Le libéralisme c’est aussi l’égalité et non l’existence de statuts et de régimes particuliers pour une minorité.
Le libéralisme c’est le libre consentement à l’impôt et pouvoir choisir dans quoi nous voulons investir.
Le libéralisme c’est de pouvoir bénéficier d’une grande part de son travail.
Le libéralisme c’est de ne pas faire peser sur les générations futurs les erreurs structurelle des générations passés.
Le libéralisme c’est l’état de droit et non le droit de l’Etat.

Je peux continuer comme ça presque indéfiniment. Je peux vous parler des impôts, des taxes, des lois, des normes, de l’égalité, de la liberté et vous démontrez pourquoi la France est un pays plus proche du communiste que du libéralisme.

Je rajouterai que ces 40 dernières années, des années de capitalisme et de soi-disant « ultra-libéralisme », il n’y a jamais eu autant de personne sortant de la pauvreté. A tel point que l’ONU va être obligé de revoir les critères définissant la pauvreté.

Dans tous les pays du monde le niveau de vie progresse et même si certains écarts s’accroissent, les pauvres sont de moins en moins pauvres.

Sauf dans les pays appliquant le socialo-étatisme comme le Venezuela, le Brésil, l’Argentine, la Grèce, la Corée du Nord, j’en passe et des meilleurs.

Je cite maintenant le bdg :

Il n’a rien de libéral. Ça se voit à la première ligne de son programme : diviser le nombre d’élus par deux. Cela correspond à concentrer le pouvoir.

Imaginons deux communes qui fusionnerait. Le bdg pense donc que le nouveau maire aurait plus de pouvoir que les deux précédents ?

C’est absolument et totalement faux. Certes, son pouvoir s’appliquerait à plus de gens mais en aucun cas il ne serait plus grand.
Diviser ou concentrer le pouvoir n’a rien à voir avec (ou contre) le libéralisme. L’important c’est comment ce pouvoir s’applique.

Un type qui aurait absolument tous les pouvoirs pourrait théoriquement être bien plus libéral que les soi-disant démocrates de notre pays.

D’ailleurs, contrairement à ce que l’on croit et contrairement à ce que l’Education Nationale enseigne, les gouvernements de l’ancien régime était plus libéraux que notre République actuelle et infiniment plus libéraux que les régimes totalitaires post-révolution.

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s