La dette, cette addiction qui nous tuera

Les compagnies d’assurance européennes ont des investissements très importants en obligation souveraines, ce qui est la conséquence des choix du régulateur qui ont consisté à décider qu’un investissement en actions Nestlé est beaucoup plus risqué qu’un investissement en obligations grecques !

il est malin le régulateur….

Pour prendre la mesure du phénomène on peut constater que Generali, la compagnie d’assurance italienne détient pour 450Md€ d’obligations souveraines dont 63,8Md€ émises par l’Etat italien, 31Md€ émises par l’Etat français et seulement 6,3Md€ émises par l’Etat allemand !

Ces chiffres montent bien ce que sera le moment venu « l’euthanasie du rentier ».

L’Etat français qui a selon les dernières statistiques officielles pour 2130 Md€ de dettes au 31 décembre 2015 en a en réalité beaucoup plus. Il faut en effet y ajouter la dette de notre modèle social (maladie, chômage…) et surtout les retraites des fonctionnaires qui contrairement au secteur privé ne sont pas provisionnées et représentent maintenant plus de 13% du budget de l’Etat. Au total cela représente un endettement de proche de 4700 Md€ que la France sera incapable de rembourser.

L’épargnant français a tout à fait légitimement le droit de se poser la question s’il pourra profiter le moment venu des sommes épargnées dans son contrat d’assurance vie….

D’ailleurs, si les « investisseurs » prêtent encore à la France c’est uniquement parce que les emprunts sont, de facto, gagés sur l’épargne des français.

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s