Hits from the bong

Présent, à des degrés de tolérance divers, dans la moitié des États américains, la vente de cannabis est un marché prometteur, selon les observateurs de ce secteur d’activité atypique.

La libéralisation progressive de la marijuana aux États-Unis, si elle reste polémique, représente déjà une affaire juteuse: les Américains ont dépensé pas moins de 5,4 milliards de dollars (4,8 milliards d’euros) sur le marché légal en 2015. Les chiffres avancés début février par ArcView Market Research et New Frontier Data, deux groupes de recherches sur l’industrie de la marijuana, confirment ainsi une croissance de 17% des ventes du produit sulfureux. Du moins sur le seul marché légal.

Mais les investisseurs restent encore frileux à investir totalement ce marché en pleine expansion. En effet, paradoxe de la législation américaine, si de plus en plus d’États légalisent le stupéfiant, il reste par contre totalement proscrit au niveau fédéral. Une dualité qui entraîne des tracasseries administratives, avec le risque pour les entreprises exploitantes d’être suspectées d’activités criminelles au regard de la loi fédérale. L’année 2015 a d’ailleurs été particulièrement difficile pour le cours des actions des entreprises du secteur, malgré les perspectives de croissance. Le risque juridique et l’impossibilité de développer une logique industrielle sur l’ensemble du terroir restent des freins puissants.

Mais plus que les entreprises du secteur ou les consommateurs tombés dans la légalité, la légalisation profite surtout aux comptes publics des États qui rendent la marijuana licite et la fiscalise copieusement. Le Colorado, l’un des quatre États qui acceptent le cannabis à but récréatif, et qui le taxe à 30%, estime que le produit lui a rapporté pas moins de 125 millions de dollars en 2015, au-delà de toute espérance. Le budget initial de l’État prévoyait en effet une rentrée de 70 millions de dollars sur ce poste de recettes. Des excédents qui ont permis au Colorado de financer des bourses d’étude et des constructions d’école. L’excédent fiscal était même tellement importantqu’il était un temps envisagé de rétrocéder l’argent aux contribuables… (source)

Je l’ai déjà dit, je suis pour la légalisation du cannabis en France.

Je pense objectivement que les bénéfices à en tirer sont très largement supérieurs aux risques.

La France est un des pays d’Europe avec la législation la plus répressive et nous sommes aussi le pays d’Europe avec le plus de consommateurs.
Légaliser le cannabis ne fera pas augmenter le nombre de consommateurs. Les pays d’Europe ou elle est légale ou tolérée (Pays-Bas, Espagne, Suisse) comptent moins de consommateurs que chez nous.

La légalisation détruira une grande partie de la petite et de la grosse délinquance, permettra à la police de se concentrer sur autre chose que la poursuite des petits dealers et les biens-faits sur le budget de l’Etat ne sont plus à démontrer.

Comme toute chose, c’est à consommer avec modération.

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

25 commentaires pour Hits from the bong

  1. Pangloss dit :

    Imaginons que le cannabis soit légalisé et qu’on puisse s’en procurer facilement. L’Etat ne manquera pas de percevoir des taxes dessus (voir celles sur le tabac), taxes qui rendront le produit légal plus cher que le produit du dealer du coin. Il faudra donc continuer la lutte contre les dealers.

    • Skandal dit :

      « taxes qui rendront le produit légal plus cher que le produit du dealer du coin »

      Pas du tout… Le prix actuel tient compte du risque. Avec une production en France, même taxée, le produit « légal » restera moins cher.

  2. Arnaud D dit :

    « Je pense objectivement que les bénéfices à en tirer sont très largement supérieurs aux risques. »

    Parce que vous croyez qu’on en est encore à fumer la bonne vieille marijeanne qu’on trouvait dans les années 60/70 ! Ce n’est plus le cas depuis longtemps, les trafiquants ont de tous temps bien pigé les règles du marché, toujours plus, toujours du neuf, pour conserver le marché, pour rendre la clientèle captive du produit. Le cannabis que l’on achète aujourd’hui présente un taux de THC 50 fois supérieur à celui de la plante originale, miracles de la technologie des ogm. Allez donc faire un tour dans les hostos histoire de voir ce que cela peut produire comme pathologies, dans certains cas cela peut même aller jusqu’à la schizophrénie. Mais tout va bien dans le meilleur des mondes libéral, hein ! Pognon d’abord, le reste, ce sont des considérations accessoires. Tant qu’on est pas obligé soi-même d’aller ramasser la merde dans les caniveaux, ces loques humaines, ça n’est pas grave. Après tout, comme l’avait si bien dit Staline, ce ne sont pas des vies, juste des statistiques. Tant que l’Etat et les petits malins qui ont su sentir le vent tourner et investir touchent leur part de la galette…

    A gerber.

    • Skandal dit :

      « Parce que vous croyez qu’on en est encore à fumer la bonne vieille marijeanne qu’on trouvait dans les années 60/70 !  »

      Justement, la légalisation permettra de contrôler la qualité du produit.

       » Allez donc faire un tour dans les hostos histoire de voir ce que cela peut produire comme pathologies, dans certains cas cela peut même aller jusqu’à la schizophrénie. »

      Ho mais je suis parfaitement au courant !! Dans ces cas la, on peut aussi parler l’alcool ou de nombres de médicaments.

      Le fait est que la répression que vous appelez de toutes vos forces ne marche pas et ne marchera jamais. Cette répression que vous appelez de toutes vos forces nourris les trafiquants, le banditisme et probablement le terrorisme. Cette répression que vous appelez de toutes vos forces ne permet évidemment pas de contrôler le produit.

      Pour l’instant, les retours qui parviennent des pays dans lesquels la légalisation est plus ou moins effective, sont plutôt positif.

      Et oui effectivement, je pense que les gens sont assez intelligent pour savoir ce qu’ils font, que ce soit avec le tabac, l’alcool ou le cannabis. Et s’il y a des imbéciles qui ne savent pas se défoncer, c’est leur problème et ceux de leurs parents.

      A ce compte la il faut interdire l’alcool, la voiture, la nourriture trop grasse etc…

      • Piotr dit :

        L’alcool a une attache culturelle très forte.
        1/ le vin de messe, ça semble assez dur d’interdire son utilisation, surtout à une époque où les réacs sont chauds brulants sur tous les dossiers (on vient d’enfermer leur général d’opérette).
        2/ au moyen age, l’eau étant souvent souillée par les eaux usées, les excréments, les gens buvaient de la piquette, du cidre ou de la cervoise. Et donc ça a donné naissance à toute une industrie impossible à combattre maintenant.

        Pour le cannabis, on trouve trace d’un premier arrêté contre son utilisation sous Napoleon, car l’armée d’Egypte, avait un peu trop adopté la culture locale. Et fatalement, commander des soldats complètement défaits, ça ne donne rien de bon.

        On est un pays conservateur (voir le succès des Zemmour et autres saltimbranques). Déjà modifier l’orthographe de 2000 mots provoque des débats houleux, alors la légalisation de la fumette, ça ne me parait pas acceptable par la majorité de nos concitoyens. On préfère l’hypocrisie actuelle, comme dans les pays musulmans avec l’alcool, ça picole en cachette et ça joue au bon musulman en apparence 🙂

        • Skandal dit :

          « L’alcool a une attache culturelle très forte. »

          Je suis parfaitement d’accord.

          Entendons nous bien, je ne suis pas du tout pour interdire l’alcool ou la cigarette, je dis simplement que la plupart des arguments utilisés contre le cannabis sont aussi valables pour l’alcool ou la cigarette.

          Pour le reste je suis d’accord avec vous.

          En Hollande (et je connais beaucoup de Hollandais) les Hollandais fument peu, voir très peu.

          La répression ne marche pas et ne marchera jamais. Il faut commencer à réfléchir à une autre solution.

        • Arnaud D dit :

          L’hypocrisie, quoi que les partisans de la transparence puissent en penser, est un marqueur de civilisation. Il n’y a guère que dans les peuplades les plus reculées que l’on dit à l’autre tout ce que l’on pense. Pour ma part, je ne suis pas un puritain, je suis juste partisan de ce vieil adage « vices privés, vertus publiques ». Une société saine se doit de montrer aux plus jeunes un visage propre, adultes, il leur reviendra de faire leurs choix et de consommer ce qu’ils veulent dans leur privé et en prenant les risques qui s’imposent, tant aux yeux de la loi que pour leur propre santé.

        • Arnaud D dit :

          La transparence par ailleurs est une marotte de fasciste.

        • Skandal dit :

          « Il n’y a guère que dans les peuplades les plus reculées que l’on dit à l’autre tout ce que l’on pense. »

          Quel est le rapport avec le sujet ?

          « Une société saine se doit de montrer aux plus jeunes un visage propre, adultes, il leur reviendra de faire leurs choix et de consommer ce qu’ils veulent dans leur privé et en prenant les risques qui s’imposent, tant aux yeux de la loi que pour leur propre santé. »

          C’est valable de la même façon pour l’alcool, le tabac ou la nourriture trop grasse.

        • Skandal dit :

          Qui a parlé de transparence ?

          Pas moi.

          c’est marrant parce que le secret est aussi une marotte de fasciste…

    • Skandal dit :

      La légalisation reste, à mon sens, la moins mauvaise/la meilleure (rayez la mention inutile) des solutions.

  3. PhD dit :

    Si vous légalisez le cannabis, que vont faire les trafiquants (armés jusqu’aux dents, comme le montrent quelques faits divers très récents) ?
    Pensez vous qu’ils vont gentiment s’inscrire à polemploi ou solliciter un contrat d’avenir à la mairie du coin ?

    Perso, ça m’étonnerait.

    Ils vont donc basculer dans une autre forme de délinquance dont l’impact sur le citoyen lambda risque d’être beaucoup plus important que les actuels règlements de compte entre rivaux, qui m’indiffèrent prodigieusement.

    Savez vous comment les états US et les pays qui ont légalisé le cannabis ont traité ce problème, dont la structure de départ était probablement différente ?

    En ce qui concerne l’impact du cannabis, aller faire un tour dans certains lycées, plutôt chics ; mes enfants m’ont raconté : c’est tout sauf anodin.

    • Skandal dit :

      « Si vous légalisez le cannabis, que vont faire les trafiquants (armés jusqu’aux dents, comme le montrent quelques faits divers très récents) ? »

      Déjà ils ne pourront plus de payer d’armes.

      « Ils vont donc basculer dans une autre forme de délinquance »

      Non je ne crois pas. Aujourd’hui le trafic est « facile », dealer c’est facile, c’est pour ça que ça marche. et les centaines de million dépensés chaque année ne permettent pas de rendre cela plus difficile.

      « En ce qui concerne l’impact du cannabis, aller faire un tour dans certains lycées, plutôt chics ; mes enfants m’ont raconté : c’est tout sauf anodin. »

      Et donc ?

      Cela confirme ce que je disais, il y a évidemment une éducation à faire. Et puis avec la légalisation vous pouvez contrôler la qualité du produit, entre autre sont taux de THC.

      Et puis n’y a t’il un phénomène qui fait que l’interdiction est tentante ?

      Encore une fois, la situation actuelle me sembler suffisamment grave pur que l’on trouve d’autres solutions qu’une répression que ne marche pas.

      • Arnaud D dit :

        Ben oui, lorsque la prohibition a cessé, ils n’ont pas pu se payer d’armes. La bonne blague ! Ils se sont juste tournés vers d’autres produits illicites avec le succès que l’on sait. Et c’est ce qui arrivera chez nous si on saute le pas de la légalisation. Ils vendront du cannabis qui défonce un max, voire de la blanche et des drogues synthétiques.

        La répression ne fonctionne pas aussi bien qu’on le voudrait pour la bonne et simple raison que les peines encourues ne sont pas exemplaires et que la gauchaillerie a tout fait pour que la police travaille en gants blancs avec courbettes d’usage.

        • Skandal dit :

          « Ben oui, lorsque la prohibition a cessé, ils n’ont pas pu se payer d’armes.  »

          Et oui !! D’ailleurs ce ne sont pas les mêmes qui vendirent ensuite de la drogue…

          « Ils vendront du cannabis qui défonce un max, voire de la blanche et des drogues synthétiques. »

          C’est déjà la cas… Et quel intérêt d’aller prendre le risque d’acheter un produit illicite et plus cher alors qu’il existe un produit de qualité en vente presque libre ?

          « La répression ne fonctionne pas aussi bien qu’on le voudrait pour la bonne et simple raison que les peines encourues ne sont pas exemplaires et que la gauchaillerie a tout fait pour que la police travaille en gants blancs avec courbettes d’usage. »

          Ce n’est pas tout à fait vrai.

          Les peines sont exemplaires sont inapplicables (par de places).
          Les budgets nécessaires sont hors atteinte… Sauf à trouver une source de financement : la taxe sur le cannabis….

  4. Arnaud D dit :

    Je crois que vous devriez réviser vos classiques. Joe Masseria, Charles Lucky Luciano, et tant d’autres vendaient de l’alcool de contrebande Et de la came. Sauf que cette dernière, du moins tant que la prohibition a tenu, ils ne la vendaient qu’aux nègres. Après l’abolition du Volstead act, ils vendirent la came à qui voulait en acheter, même à des gosses au sortir des lycées.

    Vous raisonnez comme un libéral, en termes de logique, de pertes, profits, de risque, etc. Or, un type qui se lance dans un trafic quelconque fonctionne différemment. Sa motivation première, c’est de gagner le plus de fric possible tout en fournissant le moins d’effort possible, surtout en termes d’obligations. Lisez donc les criminologues comme Brodeur, Cusson, ils ont beaucoup à vous apprendre sur la genèse d’une carrière criminelle. Quant aux clients, le prix ils s’en foutent, ils sont prêts à tout pour acheter le produit qu’ils veulent parce qu’il leur procure ce qu’ils recherchent. Et ce qu’ils veulent, ce n’est pas du gazon bien contrôlé par les poids et mesures et l’ARS, mais un truc qui leur défonce la tête. Ils sont même prêts à risquer le fric de leurs repas, de la scolarité de leurs mioches, à tapiner ou à agresser pour ça. Ce dont vous parlez, ce n’est jamais qu’une clientèle marginale de petits bourgeois bien proprets, pas la majeure partie de la clientèle.

    • Skandal dit :

      Vous confondez les consommateurs de drogues dures avec les fumeurs de cannabis.

      Je ne cherche même pas à vous convaincre, la réalité le fera.

      La répression que vous proposer est inapplicable, inefficace, contre-productive et inutile. Ca fait au moins 40 ans que ça dure (voir même plus. Les français sont d’ailleurs les plus gros consommateurs de cannabis, devant tous les pays ou c’est légalisé.

      Continuons donc à dépenser des millions, jusque ici cela a très bien marché.

      • Arnaud D dit :

        Les Français, principalement d’origine étrangère d’ailleurs, qui sont généralement aussi Français que je suis guatémaltèque.

        • Skandal dit :

          C’est parfaitement faux…

          « Les Français, principalement d’origine étrangère d’ailleurs, » fume du shit, pas du cannabis.

          Et on fume autant, sinon plus, dans l’ouest Parisien que dans les « banlieues ».

    • lyly dit :

      Faux, pour les drogues dures, 80% de la consommation est de la consommation « sociale » dans les beaux quartiers qui est très dépendant du prix, l’augmentation de la consommation de ces dernières années est directement liée à la baisse du prix de la cocaïne. En dehors d’un « socle » de cas sociaux prêt à tout pour se droguer qui varient peu sur une courte période, même dans le domaine de la drogue on en revient toujours au prix et l’offre et la demande.

      • Skandal dit :

        Lyly, pour les drogues dites « dures » (je suppose que vous pensez à la cocaïne, à l’ecstasy, à la MDMA etc…) ce que vous dites est vraie.

        Si on parle du crack ou des méthamphétamines (comme dans la série Breaking Bad) la consommation en France est faible.

        Pour ce qui est des drogues dites « douces », le cannabis (ce qu’on appelle aussi la marijuana, l’herbe, la beuh, la weed etc…) est plutôt une drogue de « bourgeois » (je simplifie, je fais des raccourcis, vous comprendrez tous) en revanche la résine de cannabis (communément appelé le shit) est plutôt une drogue de « banlieues ».

        Pour des raisons simples : le shit est beaucoup moins cher car facile à couper et facile à transporter.

  5. lyly dit :

    J’avais lu une longue enquête d’un journaliste américain totalement anti-drogue qui faisait le constat que finalement il serait effectivement plus productif de tout légaliser y compris les drogues dures, couper le financement aux mafias (on est quand même quasiment en guerre civile dans certains états mexicains) et re-investir le fric dans l’aide aux drogués (et effectivement on observe très peu de corrélation entre légalisation et augmentation de consommation, on est même dans une relation contraire dans beaucoup de pays – y compris dans les drogues dures dans le cas de la légalisation du cannabis).
    Cela parait une posture « immorale » de premier abord, mais bon une dizaine de milliers de civils tués par an au Mexique avec la guerre des drogues, finalement c’est ça qui est immoral (comme d’ailleurs de plaindre complètement les drogués alors que c’est leur consommation qui tue directement des civils dans les autres pays – et je rejoins skandal comme si les gamins des banlieues Est avaient les moyens de se payer des drogues dures, c’est bien l’ouest parisien qui créé la demande « flexible » et le problème, même pour le cannabis les plus gros consommateurs que j’ai connu étaient bien propres sur eux).

    • Skandal dit :

      Il n’y a pas de corrélation entre légalisation et augmentation de la consommation.

      Pour ce qui est des drogues dures, je n’irais jamais jusqu’à proposer leur légalisation.

      On verra ce que la légalisation aux Etats-Unis ou en Uruguay provoque. Ce seront, à mon avis, des exemples intéressants à regarder de près.

      Il se trouve que le cannabis est légal en Hollande et que ce pays n’est pas devenu l’enfer que nous décrit Arnaud. Idem pour certains cantons Suisse.

      Ce que je propose c’est le système Barcelonais des « cannabis club ».

      Et de dire que parce que ce sera taxé le prix sera plus cher est factuellement faux.
      de dire que les petits dealers de banlieues iront forcément vers une plus grande délinquance est factuellement faux mais typique de cette pensée qui voudrait que les gens, spécialement ceux de banlieues, sont génétiquement des imbéciles et des irresponsables.
      Dire que les gens iront chercher des produits plus fort est factuellement faux.

      En allant très vite, l’argent récolté permettra de financer beaucoup, beaucoup de choses y compris des prisons et des policiers.

  6. Skandal dit :

    Je me félicite que cette question soit une véritable sujet de débat.

    La situation ultra répressive actuelle est contre-productive et en plus de fonctionne pas.

    ce débat rejoint en quelque sorte celui sur les armes ou du moins suscite les mêmes réflexes.

  7. Skandal dit :

    @Arnaud,

    Les faits démontrent que la légalisation ne fait pas augmenter la consommation.
    « Votre » répression étant totalement inefficace pour la bonne et simple raison qu’il n’y a pas l’argent nécessaire pour qu’elle soit efficace et qu’il n’y aura jamais cet argent à moins de réduire drastiquement les dépenses, « votre » situation est moins bonne que la mienne.

    La « mienne », une légalisation permettant le contrôle, ne fera pas augmenter la consommation mais permettra en plus un contrôle du produit, fera rentrer de l’argent permettant d’investir dans la sécurité (prison, police, justice etc…) et la prévention.

    http://www.20minutes.fr/societe/1784519-20160211-cannabis-jeunes-fument-beaucoup-moins-pense

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s