Le chiffre qui tue

Le nombre d’emplois dans le secteur privé à la fin de 2015 est de 15 848 000.

Soit à quelque milliers près le même que celui au début de 2001.

En 14 ans, la France n’a pas créé d’emploi privé alors que la population française a augmenté de 5 millions de personnes

5 millions d’habitant supplémentaires et pas un emploi privé en plus…

Et après ça je reste persuadé que je vais lire des imbéciles, des crétins et des demeurés m’expliquer que nos dirigeants sont compétents.

A quoi est donc occupée cette population supplémentaire ?

C’est simple : 3.6 millions de retraités en plus, 400 000 fonctionnaires de plus et 1 millions de chômeurs en plus…

Notre système social que le monde nous envie mais qu’il s’empresse de ne pas copier ne s’en remettra pas.

Quand on sait que chaque fonctionnaire embauché implique la destruction de 2 emploi privé à terme…

Le calcul est vite fait.

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Le chiffre qui tue

  1. bebert2 dit :

    Le social-clientèlisme a besoin d’électeurs captifs donc dépendants

    • Skandal dit :

      Selon les derniers chiffres, près de 50% de la population française, dépend de près ou de loin de l’Etat.

      Fonctionnaires, salariés de sociétés publiques et parapubliques, chômeurs, ceux qui touchent les minimums sociaux, retraités etc…

  2. Ping : De la lâcheté en politique. De l’incohérence en économie | No One Is Innocent…

  3. Ping : Caroline De Haas ou une vieille fille de 35 ans | No One Is Innocent…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s