Le degôche n’aime pas le mérite et se complait dans la médiocrité

« Barto a sorti des propos (malheureux et improductifs, je me répète) pour se foutre de la gueule de la droite réactionnaire et pour prévenir les électeurs de ce qui allait les attendre. 

Et ils verront à l’usage qu’il n’a pas entièrement tort. Quand la région subventionnera des bourses au mérite et supprimera toute aide à l’association de lutte contre la TVA sur la bière, produit de première nécessité. Ou au planning familial, pour rappeler joyeusement certaines proximités.  »
Le bdg

C’est vrai que récompenser les gens qui travaillent plus et mieux que les autres, surtout quand ils partent de plus loin, c’est vraiment dégueulasse.

Comment s’étonner ensuite de la médiocrité moral et intellectuelle de la classe politique ?

Comment s’étonner de la médiocrité de notre administration et de notre fonction publique qui fonctionne sur le principe qui veut que seule l’ancienneté soit récompensée et pas le travail fourni ?

Comment stimuler les gens s’ils savent que leur travail ne sera pas récompensé et que le type à coté d’eux qui ne fout rien, qui travaille mal et qui n’est jamais à l’heure gagnera autant qu’eux ?

Cette mentalité est une ode à la médiocrité, à la mesquinerie, à la bassesse.

Le socialisme est une philosophie de l’échec, le credo de l’ignorance et l’évangile de l’envie.
Winston Churchill

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

11 commentaires pour Le degôche n’aime pas le mérite et se complait dans la médiocrité

  1. Popeye dit :

    m’sieur Paul a parlé – enfin écrit – pour moi.

  2. Fred Camino dit :

    « Comment stimuler les gens s’ils savent que leur travail ne sera pas récompensé et que le type à coté d’eux qui ne fout rien, qui travaille mal et qui n’est jamais à l’heure gagnera autant qu’eux ? »

    Je suis d’accord, il faudra en parler à mon patron, je vous laisse le faire il a déjà touché des milliards d’aide et rien ne change.

    • Skandal dit :

      Vous savez, je suis contre toutes formes de subventions. Le CICE par exemple, coûte cher et ne sert à rien.

      C’est encore une mesure prônée par la mafia syndicale du MEDEF (des gens qui connaissent rien à l’économie, rien au libéralisme et qui ne pratique que le capitalisme de connivence) qui n’a pratiquement aucun effet et qui arrange surtout les grosses boites.

      Il y a une mesure simple et infiniment plus efficace que toutes les usines à gaz inventées par les malades mentaux qui nous gouvernent : baisse des charges salariales et patronales.

      Baisse des charges salariales c’est augmentation du salaire donc du pouvoir d’achat.
      Baisse des charges patronales c’est augmentation des bénéfices donc des investissements, donc des embauches.

      Prenons également le QE de la BCE, du keynésianisme pur et dur, sensé booster la croissance et faire remonter l’inflation. C’est un échec sur toute la ligne. La croissance est ridicule (surtout en France), l’inflation ne remonte pas et les entreprises qui bénéficient d’argent gratuit (ou pratiquement) n’investissent pas, n’embauchent pas et n’augmentent pas les salaires.
      Elles distribuent des dividendes, rachètent leur propres actions et dépensent l’argent n’importe comment (c’est toujours le cas quand l’argent est pas cher, suffit de regarder comment l’Etat Français dépense l’argent des français).

      Plutôt que de donner de l’argent aux banques qui le redonnent ensuite aux entreprises, la BCE devrait directement donner du cash au Européens, ce serait nettement plus efficace.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s