Encore un bel exemple de gestion « à la socialiste »

On apprend que le coût financier de Paris-Plage aurait été volontairement sous évalué.

Un rapport confidentiel de la Chambre régionale des comptes d’Île-de-France pointe en effet « de sérieux dysfonctionnements », ainsi que des « défaillances » dans la « gestion administrative et financière » de Paris Plages.

Des évaluations financières non conformes

Irrégularité la plus flagrante mentionnée par ce rapport, les coûts réels de l’édition 2013, qui auraient été volontairement sous-estimés. L’organisation de Paris Plages 2013, dont le coût avait officiellement atteint 1,5 million d’euros, se serait finalement chiffrée à 4,8 millions d’euros. (source)

Holala…. comme c’est étonnant…

Mais il y a, à mon avis, plus grave encore :

La mairie de Paris aurait ainsi, notamment, fait appel au support de ses entreprises partenaires (comme la Cofitem-Confimur, en 2010) pour régler les dépenses supplémentaires n’apparaissant pas dans les budgets. La Chambre régionale des comptes s’étonne, enfin, du délai de paiement de certaines factures, réglées avec plusieurs mois de retard.

Comment ? La mairie de Paris serait mauvais payeur ???

Non, c’est pas possible…

Et après ça je suis sur que je pourrais encore trouver des gens m’expliquer qu’Hidalgo est compétente….

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Encore un bel exemple de gestion « à la socialiste »

  1. Arnaud D dit :

    L’article du Point est particulièrement savoureux, notamment la réponse du gazier de la ville qui essaie de noyer le poisson : « Ainsi en 2013, Paris Plages n’aurait pas coûté 1,5 million, mais la bagatelle de 4,8 millions d’euros. Une sacrée différence. Dans sa réponse à la Cour des comptes, la mairie de Paris, par la voix de son secrétaire général Philippe Chotard, se justifie en arguant que « les coûts de l’intervention de ses personnels ne sauraient être intégrés dans le bilan financier global de l’opération ». »

    Ainsi donc, le coût du travail des employés ne doit pas rentrer dans le calcul du prix de revient d’une prestation. On sent le type qui n’a jamais bossé réellement de sa vie, ou le pur salopard, à moins bien sûr qu’il ne soit une conjonction des deux hypothèses, ce qui ne m’étonnerait pas plus que cela.

    • Skandal dit :

      Excellent !!!

      Le type sort ça et sans trembler du menton….

      Je suppose que quand ils font le budget de la Ville de Paris ils ne comptent pas les salaires des employés.
      Ce qui explique beaucoup de chose notamment le trous de 400 millions dans la caisse…

  2. Arnaud D dit :

    Pourquoi tremblerait-il ? Il a pour lui de nombreuses années d’études dans je ne sais quel IEP, et peut-être même à l’ENA. Autant dire que sa réputation d’homme sérieux et compétent ne saurait être remise en cause.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s