Correction d’une erreur factuelle

Je cite Koltchak dans un commentaire :

« c’est d’ailleurs en cela que les libéraux se plantent en beauté, la somme des égoïsmes ne pourra jamais produire le bien commun. »

Koltchak est un blogueur sympathique. Réac, royaliste et catholique pratiquant mais sympathique néanmoins 😉   Vous le trouverez dans ma blogroll.

Son seul défaut c’est celui de tous les anti-libéraux : il ne sait pas ce qu’est le libéralisme. Rien d’étonnant de la part d’un royaliste.

Trois choses sur son commentaire.

-Le bien commun n’existe pas. C’est une invention politicienne permettant de faire avaler à la majorité des réformes et des lois destiné à une minorité.

-Si le bien commun existait il ne serait que la somme des biens individuels.

-Les libéraux n’ont jamais parlé d’égoïsme et n’ont jamais prétendu que la sommes des égoïsme ferait bien commun.

Ce que prétendent les libéraux c’est que « le bien commun », ou tout autre nom que vous donnerez à ce concept collectiviste, ne peut s’obtenir que si les gens sont libres, responsables et que l’Etat arrête de se mêler de ce qui ne le regarde pas et s’occupe de ses prérogatives régaliennes comme la sécurité par exemple.

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Correction d’une erreur factuelle

  1. Koltchak91120 dit :

    Relisez donc Adam Smith, qui certes l’a formulé un peu différemment « la somme des intérêts particuliers débouche sur l’intérêt général », mais cela revient au même. Il s’agit, si je ne m’abuse, d’un auteur libéral, celui qui a théorisé cette fameuse « main invisible ».

    • Skandal dit :

      Déjà il a parlé « d’intérêt » pas de « bien » ou « d’égoïsme »

      Ensuite c’est un économiste « classique » plus que « libéral ».

      Et pour terminer, aujourd’hui, aucun économiste un peu sérieux ni aucun « libéral » ne se revendiquera d’Adam Smith.

      Il fait partie, avec Malthus et Marx (et bien d’autres) de ces auteurs qui se sont totalement trompé sur leur concepts économiques. Comme Malthus et Marx avant lui, la réalité a totalement donné tort à Adam Smith.

      Pour finir, résumer le libéralisme à « la somme des intérêts particuliers débouche sur l’intérêt général » est intellectuellement malhonnête et factuellement faux.

    • Skandal dit :

      Les communistes citent Marx, les socialistes reprennent les théories de Malthus mais aucun libéral ne cite ou n’applique les préceptes d’Adam Smith…

  2. amike dit :

    « la somme des égoïsmes ne pourra jamais produire le bien commun »
    Cette phrase serait plus claire mais moins polémique si elle avait été « la somme des intérêts particuliers ne pourra jamais couvrir l’intérêt commun ».

    Franchement, je ne vois pas ce qu’on les uns et les autres avec leur « bien commun » ou « res publica » ! Les libéraux aussi ont leur bien commun : c’est « le marché », où l’information est publique, l’accès est public, où la protection des uns et des autres est publique, …

    Quant à l’emploi du mot égoïsme, il est parfaitement inadéquat car exprimé dans un sens poussé à l’absurde : non celui où l’égoïste ne pense qu’ à son intérêt, mais celui où il « ignore » l’intérêt des autres ! Or, si l’individu est égoïste, l’évolution lui a fait comprendre l’intérêt à sacrifier aux autres afin d’obtenir une petite plus-value, lui permettant de recommencer le cycle…

    Alors oui, ce n’est pas immédiat ni égalitariste ni parfait, mais la somme des intérêts particuliers finit par être l’intérêt commun.

    • Skandal dit :

      Je suis d’accord avec vous. Le « bien commun » n’est qu’un concept creux justifiant le vole étatique.

      Concernant « le marché », je dois avouer que je suis assez tranquille la dessus car il se trouve que je le pratique quotidiennement. Je pense que cela reste encore la forme d’échange la plus juste et le plus égalitaire même s’il ne faut se leurrer « le marché » est largement manipulé.

      Mais il se trouve que lorsque l’Etat s’immisce dans le marché et tante de la « réguler » c’est la qu’apparaissent les drames.
      Je prendrais comme exemple « le marché » immobilier. Voila typiquement le secteur qu’il faut totalement libéraliser.

      Pour le reste, je suis totalement d’accord avec vous.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s