Le code du travail

Le type qui, à ce qu’on dit, nous sert de président, a proposé lors de ce pathétique exercice qu’est la conférence de presse présidentielle, d’assouplir le code du travail.

Notez que, comme d’habitude, il n’est pas question de changer quoi que ce soit mais juste de modifier à la marge (et donc sans conséquence), une suite ubuesque de réglementations dont l’inutilité et l’incohérence sont temporellement exponentielles.

A quoi sert le code du travail ?

Avant de « protéger les salariés » il sert à définir certaines règles, certaines normes, certaines droits et devoirs dans les relations employeur/employé.

Dans cette optique, le code du travail se doit d’être simple et clair afin que tous les protagonistes de l’entreprise puissent le comprendre et l’appliquer.

On se demande donc pourquoi et comment, le code du travail français a pu devenir le pavé incompréhensible et aberrant qu’il est aujourd’hui.

En effet, même dans cette vision (a mon avis fausse) ou le code du travail sert « protéger les salariés », comment ceux ci peuvent ils être protégés si ce code est incompréhensible par 99.99% des gens ?

Un code fait pour les syndicats et les avocats ?

Il est admit que ce code est imbitable et qu’il faut être un spécialiste du droit (et encore…) ou avoir suffisamment d’employés à consacrer à cette question pour pouvoir l’utiliser correctement.

Ce qui limite la « bonne utilisation » de ce machin aux juristes spécialisés, aux grandes entreprises et aux syndicats dont le financement, qui provient à plus de 50% (et probablement plus de 75%) de l’argent publique volé aux travailleurs et aux contribuables, (rassurez vous, tout est opaque, rien n’est vérifié) permet de salarier des avocats et des juristes.

Nous avons donc un code du travail qui, d’après l’État et les syndicats, doit servir les employés mais qui reste parfaitement et totalement incompréhensible pour eux.

Pourquoi ce code est-il volontairement incompréhensible ?

De mon point de vue, les raisons sont assez simples et convergent toutes vers le même objectif : que l’employé et l’employeur aient le moins de liberté possible afin que l’oligarchie étatique (syndicats et élus) garde le contrôle du marché du travail car le chômage bénéficie aux syndicats, aux étatistes (donc à tous les partis français non libéraux, c’est à dire tous), aux fonctionnaires et à toux ceux qui vivent par l’Etat.

Un code du travail complexe, uniquement compréhensible par des gens qui ont fait de cette compréhension leur métier et leur gagne pain, est la justification à l’existence et au financement publique de syndicats non représentatifs.

Cette complexité est aussi peut être le résultat d’un lobbying de la part des avocats/juristes en droit du travail…

C’est également la justification à l’existence et au financement de tous les parasites et malades mentaux qui inventent et votent ces lois.

La complexité de ce code est-elle un des paramètres qui cause le chômage en France ?

En comparant la France aux autres pays occidentaux, nous constatons qu’effectivement la France a l’ensemble de lois relatif au travail le plus complexe du monde (nous avons d’ailleurs une des législations globales les plus complexe du monde en plus d’avoir la pression fiscale la plus élevée du monde et les dépenses publiques les plus élevées du monde) et un chômage plus élevé (Sauf pour l’Espagne et le Portugal).

Il serait donc facile d’en déduire qu’un gros code du travail engendre du chômage. Le problème c’est qu’il n’y a pas vraiment de preuve mais seulement une intuition et le fait que de très nombreux patrons et entrepreneurs expliquent qu’ils n’embauchent pas à cause de la complexité du code (et des charges pesant sur le travail…).

Mais s’il est difficile de démontrer que cette complexité crée du chômage il est certain que cette complexité n’incite pas à embaucher et/ou a créer son entreprise.

Que faire ?

Il faut évidemment simplifier ce code. Ne serait ce que pour qu’il soit compréhensible par les salariés et les patrons.
Vous ne me ferez pas croire qu’il n’y pas des centaines (si ce n’est des milliers) d’articles inutiles dans ce pavé.

Je suis également extrêmement favorable à la responsabilisation individuelle des citoyens/contribuables et donc à la négociation entre salarié (ou ensemble de salariés) et patron. Il est clair que depuis plusieurs années les syndicats, les « partenaires sociaux » et leurs négociations ne servent absolument à rien. Mais alors à rien du tout voir même ils sont contre-productif et, comme par hasard, leur existence est inscrite dans le code du travail…

Les salariés savent bien mieux que les syndicats ce qui est bon pour eux il est donc logique et cohérent que les salariés négocient directement avec le patron sans passer par ces mafias que sont la CGT, FO ou le MEDEF (et j’en oublie…).

Le code du travail devrait être compréhensible pour toute personne souhaitant créer une entreprise et embaucher des gens sans qu’elle est besoin d’un doctorat en droit du travail.

Qu’est ce qui sera fait ?

Rassurez vous, pas grand chose. Ça va être comme « le choc de simplification » : une annonce puis plus rien.

Et surtout, vous n’allez quand même pas croire que la mafia syndicale va se laisser prendre une partie de son pouvoir ?

Je vous rappelle que politiques et syndicats font partis de la même oligarchie républicaine et de la même technostructure ubuesque et qu’ils ne se tirent jamais dans les pattes.

Au final, c’est le peuple qui trinque.

Il est donc assez étrange et inquiétant que le peuple continue de voter pour cette oligarchie.

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Le code du travail

  1. Petitpatapon dit :

    Hum, j’ai des doutes sur le fait que la complexité du code du travail soit le fait des juristes. Ce n’est pas ma spécialité, mais j’en fais beaucoup et sincèrement, je préfèrerai travailler longuement sur des contrats reprenant les divers désiderata des parties plutôt que devoir farfouiller dans ce vilain fatra de loi, jurisprudence, accords nationaux, conventions collectives, circulaires de l’administration pour pouvoir donner un conseil pertinent (mais toujours très risqué) à mes clients. Dans les faits, les juristes en droit social n’osent plus bouger le petit doigt, et proposent systématiquement les solutions amiables les plus chères à l’entreprise tant les conséquences financières du moindre litige prudhomal sont importantes (préférence flagrante pour la rupture conventionnelle même en cas de faute lourde du salarié par exemple). Je pense que vous oubliez le système de « cliquet » inventé par les syndicats, l’administration et les politiques qui veut qu’on ne revienne jamais sur un « acquis social », et ce même s’il crée de gros problèmes et/ou a des conséquences ubuesques. Du coup, on ne peut que rajouter des couches au millefeuille, plutôt que de revenir en arrière.
    J’entends régulièrement des petits patrons me dire qu’ils auraient la possibilité de s’agrandir mais qu’ils ne souhaitent en aucun cas le faire car cela signifierait embaucher. Ce n’est pas tant le coût que le risque (ils n’ont pas le droit de se tromper) et la gestion (paperasse) qui les rebute. Les protections données sont si importantes qu’elles déséquilibrent totalement les relations de travail en faveur des salariés. J’ai vu plus d’une fois les employeurs subir des pressions morales et financières de la part de leurs salariés sans avoir d’autres solutions que payer (souvent à s’en priver de revenu) pour s’en débarrasser. J’ai vu progressivement des TPE obligées (par la médecine du travail fort opportunement) de supporter financièrement un licenciement pour inaptitude de leurs salariés âgés.
    Vous avez totalement raison, l’ensemble du droit du travail est clairement un frein puissant à la création d’emplois. L’ensemble du droit du travail est un moyen de contrainte des entrepreneurs au main des syndicats et de leurs bras armés que sont les inspecteurs du travail.

    • Skandal dit :

       » j’ai des doutes sur le fait que la complexité du code du travail soit le fait des juristes.  »

      Je n’ai fait qu’émettre une hypothèse pouvant expliquer comment et pourquoi ce code est devenu si complexe… Je n’y crois pas beaucoup moi même…

      Pour le reste, je suis d’accord avec vous. Le coût est important certes mais finalement, dans d’autre pays, le coût du travail n’est pas beaucoup moins élevé en revanche le risque est infiniment moins grand ce qui incite à en prendre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s