Libres le 29 juillet

Mauvaise nouvelle pour le pouvoir d’achat des Français. Ils doivent travailler un jour de plus cette année pour l’Etat. Résultat: le jour de «libération fiscale» intervient en 2015, le 29 juillet. En 2009, il était le 15 juillet.

Cette année la libération fiscale des Français, c’est à dire le jour à partir duquel ils travailleront pour eux et non plus pour financer la puissance publique, interviendra le 29 juillet. C’est un jour plus tard qu’en 2014, selon le rapport de l’Institut économique Molinari, un think-tank libéral franco-belge, avec l’appui du cabinet de conseil EY Belgique, que Le Figaro publie en avant-première. En Europe, seuls les Belges encore plus mal lotis, avec une «libération fiscale» qui intervient le 6 août.

L’indicateur de «libération fiscale» mesure le poids des impôts (impôt sur le revenu, TVA) et des charges sociales (cotisations patronales et salariales, CSG-CRDS) pour les seuls actifs. Un poids qui atteint 57,5 % du salaire dans l’Hexagone (45,1 % dans l’Union européenne).(source)

« My government is pro-business »
Manuel Valls.

A mesure que le quinquennat avance, le poste de premier ministre semble être bien trop lourd pour le schizophrène Valls.

En effet comment peut-on affirmer que l’on est « pro-business » alors que la pression fiscale sur les entreprises et les particuliers, n’a fait qu’augmenter ?

Ceci dit, le mensonge et l’incompétence sont logiques puisque les gens qui nous gouvernent ne connaissent absolument rien au « business » excepté quand ils se vautrent dans le capitalisme de connivence avec leurs amis.

Le consentement à l’impôt ne peut être effectif qu’à partir du moment où le citoyen, conscient qu’une partie du fruit de son travail lui sera autoritairement pris, peut effectivement voir à quoi sert l’argent qu’il « donne » à l’Etat.

Le citoyen, en toute logique, s’intéresse au fait « d’en avoir pour son argent ».

Un Etat n’a pas plus de raisons (voir même moins) qu’une entreprise privée de gâcher l’argent qu’il prélève.

Un Etat devrait avoir une obligation de résultat surtout quand, comme en France, il déleste autant les citoyens et les entreprises.

Malheureusement, depuis une cinquantaine d’années, l’Etat français a très bien joué le coup, subvenant aux besoins de plus en plus de monde (fonctionnaires, syndicats, journalistes, associations, chômeurs, retraités etc…) tous ces gens n’ont donc pas d’intérêt à se rebeller contre cet Etat-nounou qui les asperge avec l’argent des autres.

La révolution s’arrête à la porte du frigo.

Pourtant il y aurait plus que largement de quoi demander des comptes à cet Etat. La cour des comptes le fait chaque année, de nombreux organismes indépendants le font aussi et ils sont d’accord sur une chose : chaque année, des milliards d’euros sont tout simplement dépensés en pure perte.

Et il semble que personne, dans les strates de notre Etat soviétoïde, n’en soit responsable.

L’irresponsabilité est une composante forte du personnel étatique et de la classe politique et des êtres irresponsables ont tendance à, non seulement faire des choses irresponsables mais en plus mal faire leur travail et ce pourquoi ils sont payés.

Mais tout cela ne serait finalement pas grand-chose si nos impôts, nos taxes et nos charges étaient correctement utilisés.

Car compte tenu du coût, il y a beaucoup, beaucoup de chose à dire sur la sécurité, la justice, la santé, la retraite, les transports etc…

Encore un exemple :

La taxe sur l’électricité, qui finance les subventions aux énergies renouvelables, pourrait être réformée à la rentrée pour être étendue au gaz et à l’essence afin de faire baisser la facture d’électricité d’environ 10%, affirme dimanche le Journal du Dimanche (JDD). (source)

Les énergies renouvelables, une belle escroquerie mise en place par l’Etat. En effet, non seulement ces énergies n’ont pas grand-chose d’écologiques (extraction des éléments, constructions, entretiens etc…) mais en plus, du fait qu’elles ne produisent que très peu d’énergie et de façon erratique, elles doivent être compensées par des énergies polluantes (Charbon, fioul, gaz). L’Etat fait donc payer la médiocrité technologique et l’inutilité des éoliennes et des panneaux solaire à ceux qui n’en n’ont pas.

Encore un exemple d’une très très mauvaise utilisation des deniers des citoyens.

Clairement, une partie non négligeable de notre argent disparais on ne sait pas trop ou (j’ai deux ou trois petite idée quand même…) et visiblement l’Etat n’en a rien à foutre et continue à prélever de plus en plus dans les poches des contribuables pour financer son incompétence et sa lâcheté.

Nous vivons donc dans le pays avec la pression fiscale la plus élevée du monde, mais en plus, le modèle social que tout le monde nous envie mais que personne ne copie est en faillite. Si l’on rajoute la dessus les 2000 milliards de dettes et les 2500 milliards d’engagement hors bilan (soit 4500 milliards de dette, en gros 250% du PIB), il est clair et limpide (sauf à être le pire des aveugle : celui qui ne veut pas voir) qu’un nombre certains de choses doivent changer ou c’est le sort de la Grèce qui nous attend.

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s