De l’existence des partis politiques et de leur financement

Disons-le tout de suite : il n’y avait rien d’anormal dans les comptes de campagne du candidat Hollande lors de la campagne présidentielle de 2012. Mais, selon des révélations de L’Express ce mardi, ils ont tout de même donné du fil à retordre à la Commission indépendante chargée de les vérifier.

Quatre mois après son accession à l’Elysée, la très sérieuse Commission nationale des comptes de campagne et du financement de la vie politique (CNCCFP) s’est, en effet, fendue d’un courrier pour réclamer pas moins de 450 pièces justificatives permettant d’expliquer les dépenses de campagne de celui qui était devenu président de la République.

L’inauguration du QG « oubliée »

Contrats, factures, devis : les experts se sont aussi étonnés que des événements parfois importants avaient carrément été « oubliés » dans les livres de comptes. « Aucune dépense relative à l’inauguration du 59, avenue de Ségur [le QG du candidat], le 11 janvier 2012, ne semble avoir été imputée au compte de campagne », constate par exemple la CNCCFP, toujours selon L’Express. (source)

Je vais le dire tout de suite, loin de moi l’idée (comme aurait pu l’avoir certains sarkozystes) de délégitimer l’élection de François Hollande.

De toutes façons, quand on réuni moins de 50% des votes possibles, ce n’est pas une erreur de compte de campagne qui change quoi que ce soit à une légitimité discutable.

Loin de moi l’idée d’écrire ce billet pour dire que Sarko aurait été un meilleur président. « Moins pire » peut être (encore que, je n’y crois pas trop compte tenu du bilan parfaitement et absolument lamentable de la droite sous Sarkozy) mais « meilleur », j’en doute fortement.

Et question erreur de comptes de campagne, L’UMP et Sarkozy sont des experts dans ce domaine.

Vous le savez, je déteste autant l’un que l’autre et la classe politique française en général ne m’inspire que mépris et une forte envie d’étêter un très grand nombres de ses représentants (voir même tous pour leur montrer ce qu’est l’égalitarisme).

Cet énième grain de sable dans la validation d’un compte de campagne de parti politique me fait penser que peut être, il se pourrait que le principe même du financement publique des partis politiques français est à revoir de fond en comble.

Voir même à supprimer… En effet, pourquoi les contribuables devraient ils financer les partis politiques ?

Derrière cette idée de financement publique se cache, selon moi, deux choses :

-Ne pas faire comme les américains.
On ressent bien l’anti-américanisme primaire de la classe politique française qui ne veut surtout pas faire comme nos cousins du nouveau monde que ce soit en matière de financement politique ou dans tout autres domaines (il ne faudrait surtout pas qu’il y ait une Silicon Valley en France, avec ses centaines de milliers d’emplois, de recettes fiscales et ses millionnaires/milliardaires, non, surtout pas !!)

-La volonté de faire payer par le contribuable des dépenses qui ne bénéficient qu’à un tout petit nombre de gens.
On est la dans le mélange typiquement français entre la corruption morale de l’oligarchie au pouvoir qui se votent des privilèges en volant dans les poches du peuple et le capitalisme de connivence inhérent à une politique socialo-étatiste.

Je sais bien qu’un des arguments couramment utilisé pour justifier ce qui s’apparente purement et simplement à un privilège digne de l’ancien régime est celui du contrôle des flux d’argent pour éviter les financements par des lobbies comme cela se passe au Etat-Unis ou les grosses banques de wall-street ou les StartUp de la silicon valley sont des gros gros pourvoyeurs d’argent et attendent un « retour sur investissement ».

Les nombreuses irrégularités constatées à chaque élection (Dumas expliquait que des comptes visiblement irréguliers étaient tout de même validés) rendent caduque l’argument du contrôle et la vitalité du capitalisme de connivence, qui est le cancer qui tue l’économie française, ridiculise l’argument contre le lobbying des « financeurs ».

Ces 30 dernières années nous montrent la perversité de ce système de partis politiques financés par de l’argent publique.
Car nous avons quoi aujourd’hui ? Des apparatchiks, des membres de l’oligarchie, des professionnels de la profession dont la plupart n’ont jamais mis les pieds dans une boite privé et ne connaissent absolument rien du plus gros pourvoyeur de richesses, d’emplois et de rentrées fiscales du pays : l’entreprise privée.

On ne compte même plus le nombre de repris de justice et de condamnés qui prétendent encore à de hautes fonctions politiques.

Surtout que les partis, comme les syndicats, détournent des millions à leur profit notamment au travers du financement de la formation professionnelle.

Dès lors, si le financement d’un parti politique, qu’il soit privé ou publique, est de toutes façons sujet à magouilles, détournements, fraudes, irrégularités etc… Pourquoi continuer ? (c’est une question purement rhétorique, j’ai déjà la réponse : c’est pour continuer à faire vivre l’oligarchie en volant l’argent des contribuables français qui, jusqu’à maintenant, ne se révoltent pas).

Est il indispensable d’avoir des partis politiques financer par autres choses que les cotisations des adhérents ? (même question pour les syndicats).

Le concept même du « parti politique » est il indispensable ?

On pourrait penser à des modes de financement infiniment plus simple,s infiniment plus justes et surtout facilement contrôlables.

Personnellement, je suis contre le financement publique de ces cloaques mais s’il doit y avoir ce genre de financement, les contrôles doivent être draconiens, ce qui ne semble pas du tout être le cas.

D’ailleurs, chaque fois que l’Etat donne de l’argent publique, les contrôles devraient être draconiens, surtout quand il le donne à des gens que la justice a condamnés, souvent pour des histoires d’argent.

Comme par hasard…

 

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour De l’existence des partis politiques et de leur financement

  1. Popeye dit :

    Ces politiciens sont incapables de respecter une règle. Ils sont foncièrement malhonnêtes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s