J’ai compris !

J’ai compris pourquoi j’ai de plus en plus de différences avec les blogueurs dedrouâtes et/ou réactionnaires et/ou Sarkolâtres (genre Corto) que vous pourrez trouver (ou pas) dans ma blogroll.

Nous ne sommes pas de la même génération, je suis né dans les années 1980, nous ne vivons donc pas dans le même monde; nous n’avons pas les mêmes attentes etc…

Je comprends mieux pourquoi, en règle général, nous n’aspirons tout simplement pas à la même chose (hormis la défaite claire, limpide et violente de cette masse informe de gens qui pullulent rue de Solférino).

Cela ne veut pas dire que nous ne pouvons pas nous retrouver sur certains points mais il est clair que la différence d’âge crée un fossé, générationnel et surtout culturel, infranchissable.

Je me demandais pourquoi, alors que nous avons un ennemi commun, je n’arrivais à voir ces blogueurs dedrouâtes comme des « alliés ».

Maintenant je sais.

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

15 commentaires pour J’ai compris !

  1. J’ai toujours pensé que notre conception du monde se formait quand nous avons 20 ans. Du coup, impossible pour un vieux droitard né dans les années 60 de comprendre ce qui s’est passé dans les années 80 et 90. Ces gens ne se sont pas pris l’immigration dans la gueule physiquement. Pour un type à la fin des années 70 ou dans les années 80, la racaille n’est pas un mot, ce sont des souvenirs de bandes qui viennent chercher l’embrouille pour rien à 15 contre 1. Tout gars de mois de 40 ans a été confronté à ça au moins une fois, à moins d’être né au fin-fond de la campagne, et encore. Ça change tout.
    Mais le pire, c’est qu’aujourd’hui, avoir 20 ans, c’est déjà accepter de fait ce monde. Nous autres avons vu la catastrophe s’accomplir en direct. Nous ne pourrons jamais comprendre les Sarkozy, Tandonnet et autres, et eux ne nous comprendrons jamais : pour eux, le mot de république signifie encore quelque chose, pour nous, ce n’est que du vent.

    • Skandal dit :

      C’est exactement ça !

      Même si pour ma part, je dates ma conception du monde (celle que j’ai aujourd’hui) plutôt à mes 25 ans qu’à mes 20 ans. A l’âge ou on commence à travailler un peu sérieusement (quand on a la chance de travailler), qu’on voit ce que l’Etat nous vole sur notre fiche de paie, qu’on se frotte à la réalité économique et financière du monde, qu’on peut voyager et voir d’autre pays et qu’on est suffisamment cultivé, instruit et intellectuellement cohérent pour comprendre la supercherie de notre « démocratie » et les mensonges, les rapines et les escroqueries de l’oligarchie qui nous dirige.

      Moralement, je ne peux aujourd’hui donner ma confiance, et donc encore moins mon vote, à qui que ce soit en France. Je n’arrive donc pas à comprendre, c’est pour moi un véritable mystère, comment certains peuvent encore soutenir Sarkozy ou Hollande.

      A la limite, pour les autres, n’ayant pas gouverné je peux concevoir que certains leur laissent le bénéfice du doute.

      • Tribuliste dit :

        Votre approche tient la route, vous donnez (en gros) comme base des différences inter-générationnelles le temps qui les sépare. Soit, mais le paramètre essentiel est que la génération précédente aux 70’sards a connu une période de confort sans précédent ! Economiquement on n’a pas vu mieux avec une place prépondérante allouée aux loisirs. La vie facile, douce, à la française. Né en 77 je suis entré sur le marché du travail avec l’euro…le début de la fin.
        Notre société du confort et de l’individualisation n’avait que faire des messages d’alarme envoyés par les plus jeunes ; pourquoi changer ?
        Nos anciens évoquent sans cesse le « c’était mieux avant » , phrase qui a le don de me mettre en colère! C’était mieux, donc vous avez bien conscience que les choses ont évolué dans le mauvais sens!
        Chacun sa petite maison, son petit jardin, son petit chien…pendant ce temps les rues se remplissaient d’insécurité et le pouvoir s’empiffrait.
        Aujourd’hui le constat est amère, facilement 40% des jeunes sont irresponsables et persuadés d’être inutiles, sans avenir.
        Quelle réponse leur donne-t-on? : « ça va s’arranger, votez pour moi ».

        C’est tout.

        Débrouillez-vous avec ça.

        Guerre civile à venir, en commençant par un soulèvement des banlieues dont l’armement fait froid dans le dos.

        Les anciens se mettent à gronder, ils s’inquiètent…pour leurs retraites 😀

        • Skandal dit :

          « Soit, mais le paramètre essentiel est que la génération précédente aux 70’sards a connu une période de confort sans précédent ! »

          Tout à fait ! Je ne l’ai aps précisé mais c’est exactement ça.

          « Né en 77 je suis entré sur le marché du travail avec l’euro…le début de la fin. »

          Nous sommes donc de la même « époque »(j’ai 5 ans de moins que vous…).

          Notez aussi que nous cotisons pour la retraite de gens qui ont, par leur immobilisme et leur aveuglement, détruit le système et que nous ne bénéficierons pas de la même solidarité. Nous cotisons à perte.

          Mes parents n’avaient pas de gros moyens. Mon père était cadre dans une grosse entreprise mais n’avait pas un salaire mirobolant et ma mère s’occupait de ses trois enfants (elle est, depuis, devenu psychologue scolaire). Bref, nous faisions partie de la classe moyenne. Néanmoins, et malgré des taux d’intérêt infiniment plus élevés (entre 8% et 10% au début des années 1990) ils ont pu s’acheter une maison dans la proche banlieue parisienne sans mettre en péril leurs finances.

          Ce que je suis bien incapable de faire malgré mon salaire « confortable ».

          Effectivement, comme je pourrais avoir la même vision du monde que des gens qui ont pu facilement devenir propriétaire alors qu’il faudra que j’attende de gagner au loto pour le faire ?

        • Tribuliste dit :

          5 ans de moins… je me demande pourquoi je perds mon temps à vous parler, le jeûnot 😉

          On ne côtise pas pour le système, nous sommes les derniers perfusés ! Notez avec quel empressement et quels renforts de pub les mutuelles sont mises en avant avant d’être obligatoires en 2016 : la sécu est fichue, le gouvernement cherche des financements autres avant de tailler dans le vif. Les retraites… misère et boules de gomme, vous y croyez encore? Je blague, mais je fais la mienne en suisse depuis quelques années : c’est clair, c’est net, l’argent mis de côté est là, personne d’autre n’y touche…à part un petit rendement qui permet aux sommes placées de vivre doucement.
          Bien évidemment si le système boursier se pête la figure (fort probable) personne n’est à l’abris.

          Idem, des parents classe moyenne qui m’ont dit il y a peu  » A salaire équivalent, aujourd’hui nous n’aurions pas pu faire les mêmes choses  » (Immobilier, études des sales gamins, vacances…train de vie confortable).

          Seul c’est quasi impossible, à moins de faire rentrer à minima 4000€ mensuels, et encore. En couple c’est plus accessible, mais vous en prennez pour 30 ans. Perso je pourrais pas signer pour 30 ans sans trembler!

          Le loto? Y jouez-vous au moins? 😉

        • Skandal dit :

          Oui, je joue une ou deux fois par mois au loto/euromillions, je vaux deux grilles… Mais je ne mise pas tout dessus… 🙂

        • GoulouGoulou dit :

          Avec une mère psychologue scolaire, je comprends mieux votre obstination de fustiger les ponctionnaires qui ne servent à rien… vous aviez à domicile l’exemple du poste qui ne sert à rien et qui rend pléthorique les effectifs de l’EN.

        • Skandal dit :

          Détrompez vous ! Il y a très peu de psychologue scolaire !! Dans le cas de maman, elle s’occupe de 3 écoles en même temps (dans des zones pas forcément faciles en plus…).

          Au delà du fait que c’est elle qui m’a donné la vie, je pense que c’est un des rares postes indispensable dans l’éducation publique. Ne serait-ce que parce que les psychologues scolaires sont à l’origine de nombreuses alertes concernant les enfants dont ils ont la charge (abus sexuel, violence, retard psychologique ou mental etc…) et qu’ils sont souvent mieux à même de faire comprendre à des parents que leur enfant doit redoubler ou être orienté.

          Les effectifs inutiles sont dans l’administration de l’EN et chez les profs. Il y aurait, d’après les syndicats, presque 200.000 profs n’enseignant pas (longue congés maladie, délégués syndicaux, en formation) ou en attente de poste.

  2. Skandal dit :

    Je n’ai pas de rancœur particulière envers « les vieux » blogueurs (encore que…) mais les lire donner des leçons de politique ou d’économie à tendance à m’agacer…

  3. Arnaud D dit :

    Je suis né en 1962, et même si durant ma scolarité en primaire je n’ai jamais connu qu’un seul noir, d’origine ivoirienne que ses parents avaient prénommé Albert, j’ai quand même connu les bienfaits de la diversité. Quand on se retrouve à 18 piges, plaqué contre un mur, en plein jour, en plein coeur de Paris, par deux maghrébins qui vous collent un rasoir sur la gorge, vous délestent de votre fric et vous piquent la chaîne et la médaille de baptême qui vous ont été offertes par votre grand-père, on perd le peu d’illusions que l’on avait sur cette population. Par la suite, j’ai passé 14 ans à Vitry-sur-Seine, pas par goût je vous rassure mais par obligations familiales, donc je sais de quoi il retourne.

    Pour le reste, l’économie ne fait pas partie de mes priorités premières pour la bonne et simple raison que je crois qu’une société ne peut être saine, viable et vivable que si elle repose sur des bases morales solides. Une fois ceci acquis, le reste suivra naturellement. Ceci dit, je ne pense pas avoir de leçon à recevoir de certains, car je me suis souvent trouvé seul, en butte à ma hiérarchie lorsque j’ai tenté de sortir de la sécu, lorsque je milite pour la fin de l’emploi à vie des fonctionnaires, pour la retraite par répartition. Si je cachetonne encore à 53 piges alors que des bien plus jeunes sont montés en grade, c’est parce que j’ai toujours pensé qu’il n’y a rien de pire que de fermer sa gueule devant ceux qui tiennent les rênes de notre avenir professionnel, pour ensuite l’ouvrir devant un comptoir ou un clavier.

    Et oui, c’était mieux avant. Les gens vivaient certes dans des appartements sans le confort moderne actuel, j’ai connu ça dans mon enfance, puis quand j’ai loué mon premier appart, mais ils avaient autre chose en tête que d’accumuler sans cesse des biens matériels, ils se préoccupaient de leurs voisins âgés ou malades, et surtout ils savaient se contenter de ce qu’ils avaient et savaient rester à leur place. L’envie et le carriérisme, l’individualisme aussi sont depuis passés par là pour accoucher du monde de merde dans lequel nous vivons.

    • Tribuliste dit :

      Votre commentaire est l’exemple type de ce que doivent subir et supporter les gens respectueux, intègres et bien éduqués. La violence et la convoitise de certaines populations ne sont présentes que par la tolérance servile de nos dirigeants. Encore plus marquée pour l’Algérie dont les financements par la corruption ne doivent pas tomber bien loin des poches de nos élites…

      L’individualisme et le matérialisme « spirituel » ont détruit jusqu’aux familles les plus unies, comment éviter que la société ne s’effrite? En entreprise même constat, le je m’en foutisme est un art subtil qui offre des conditions salariales correctes, alors qu’auparavant c’était la porte.

      Ca fait vieille école de parler ainsi, mais même le système éducatif se débine… vous me permettrez un lol ? 😉

    • Skandal dit :

      « pour la bonne et simple raison que je crois qu’une société ne peut être saine, viable et vivable que si elle repose sur des bases morales solides. »

      Je suis d’accord, mais du coup je me demande pourquoi, de nombreux « vieux » blogueur dedrouâtes, soutiennent Sarkozy parce que ce n’est pas vraiment l’exemple d’une morale solide…

      • Arnaud D dit :

        Pour ma part, étant un pur réactionnaire, c’est à dire anti-républicain viscéral, aucun candidat potentiel ne trouve grâce à mes yeux. Sinon, pour ceux que je connais, ils ne sont pas si nombreux à idolâtrer le patron des républicains.

        • GoulouGoulou dit :

          Y a que le fameux Corto qui idolatre Sarko. Mais Corto, c’est franchement du bas de gamme dans la blogosphère.

  4. Popeye dit :

    Né en 1972…
    Un mix de toutes ces trajectoires, peut-être un peu plus protégé pour ma part.
    J’ai lu je ne sais où que les marketeurs constataient une vraie rupture comportementale autour de 1974 comme année de naissance. Les premiers enfants des soixante-huitards? Ceux qui ont appris à lire sous Mitterrand? Je ne sais pas.
    La retraite? Ben le minimum vieillesse à 70 ou 72 ans, non?
    Pas grave, j’ai acheté une baraque à la campagne. Cash. Travaux remboursés en 7 ans (encore 3)
    A 40 balais, se pendre à la banque pendant 25 ans pour récupérer 60 mètres carrés à Paris (62 avec la baisse de taux, LOL!) à la fin? Non merci
    Potager, verger.
    Poules et lapins si je dois y vivre toute l’année.
    Permis de chasse l’année prochaine.
    Restons calme et buvons frais

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s