Pourquoi Sarkozy a de fortes probabilités de perdre en 2017

Je me garderai bien d’affirmer, d’où « la forte probabilité ».

1) Son Bilan.

Les sarkophiles peuvent dire ce qu’ils veulent, les faits sont têtus et le bilan de Sarko est lamentable.
Aller, je veux bien être gentil est accorder aux Sarkôlatres qu’une partie de la dette de Sarko (+600 milliards d’euros en 5 ans) est due à la crise mais cela pourrait être acceptable si en contrepartie de cette dette on avait eu des réformes, des investissements ou des emplois.
Mais ce n’est même pas le cas. Sarko n’a rien réformé ou alors à la marge, des réformettes inutiles et improductives (retraite, éducation, heures supplémentaire, bouclier fiscal etc…) le plus souvent contre-productives et coûteuses. Aucun investissement digne de ce nom et du chômage. Bref, rien qui justifie ces 600 milliards de dette.

Sur la sécurité il a aussi totalement échoué.

Bref, le bilan est si pathétique qu’il ne peut s’appuyer dessus pour faire campagne.

2) Son image.

J’ai voté Sarkozy en 2007, je le dis sans aucune honte, ni remord, ni regret. J’y ai vraiment cru.
Et si c’était à refaire, je ne le referai pas. Je voterai probablement pour la mégère du Poitou, Marie-Ségolène Royal.
Non, ce n’est pas vrai, je ne suis pas encore fou. Si j’avais l’occasion de retourner en 2007, je ne voterai pas (ou blanc).

Même chez ceux qui, comme moi,  ont voté Sarkozy avec entrain en 2007, l’image de l’ex-président est fortement dégradée et j’en connais peu (voir même aucun) qui iront remettre un bulletin Sarko avec plaisir. Entre le bling-bling de plouc et les paroles de bof, entre les affaires et l’incompétence confirmée par le bilan, il n’y a que des aveugles, sourds et déficients mentales pour encore voir en Sarkozy l’espoir qu’il a pu susciter, à raison, en 2007.

Bref, son image est trop abîmée pour qu’il puisse faire campagne dessus.

3) Son programme.

Heu… Quel programme ?

Bah oui, c’est bien le problème. En 2007, Sarko avait fait « rêver » en proposant un programme d’inspiration libéral, à même de motiver les entrepreneurs et les jeunes désireux de liberté entrepreneuriale et voulant « s’enrichir ». On a cru que la mafia syndicale  serait enfin aussi nuisible qu’elle est représentative mais non. On a cru que les privilèges de la fonction publique, des élus des énarques, bref, de l’oligarchie seraient abolis, mais non. On a cru que les impôts et les charges allaient baisser mais non.

Ce fût même tous le contraire. Sarkozy a mené une politique socialo-étatiste, totalement opposé au libéralisme. Ne serait-ce que la hausse de la dépense publique et l’avalanche de lois, toutes plus ubuesques les unes que les autres, sur absolument tous les sujets.

Et aujourd’hui me direz-vous ? Et bien aujourd’hui, hormis leur « réflexion » sur l’islam et deux ou trois « idées » jetées de-ci de-là il n’y a rien. Absolument rien. Aucun projet cohérent se démarquant clairement du gouvernement actuel. C’est même pire que cela puisque les socialos au pouvoir font les réformes que Sarkozy aurait pu faire.

Ça vous donne une idée de la médiocrité des réformes… Quand je pense que certains gueule contre « la loi Macron » qui ne contient rien, ne changera rien, ne réforme rien, je me marre.

Conclusion.

A courir derrière le « programme » social du FN sans se démarquer du « programme » économique du PS, Sarkozy perd sur les deux tableaux.

L’ouvrier « victime » de la globalisation, qui après s’être fait cambriolé deux fois ne vote plus communiste mais FN, n’ira pas voter pour Sarko et sa bande de tocards, voleurs et menteurs qui représentent trop l’oligarchie mondialisé, il préfère croire que l’Etat va faire quelque chose pour lui.

Le degôche, bobo, qui aime les immigrés et les musulmans à condition qu’ils ne soient pas trop présent dans le quartier de paris où il vit ne votera pas non plus pour Sarko, il préfère se dire qu’il fait partie, pour la vie, du camp du bien et il attend de l’Etat que celui-ci le cajole et le câline.

Quant aux extrémistes, les fachos bas du front, nationalistes, racistes et antisémites et les néo-fascistes anticapitalistes, immigrationnistes, antisémites (ils ont ça en commun avec les fachos à crâne rasé), ils ne voteront pas non plus Sarko, ils préfèrent leurs deux idoles : Marine et Jean-Luc.

Le seul moyen pour Sarko de gagner, c’est de se démarquer franchement de tous ses concurrents.

Quand je dis franchement, je veux dire radicalement, en proposant un programme véritablement  libéral, anti-étatiste, donnant le pouvoir au peuple, réduisant la taille et les pouvoir de l’Etat et des syndicats (qui sont, non seulement non représentatifs mais en plus totalement financés par le contribuables et les entreprises), réduisant les impôts, les charges, les normes, les lois, développant l’innovation (prendre exemple sur la silicon valley), les responsabilités individuelles, la concurrence (y compris dans le système social, sante et retraite), en donnant de l’autonomie aux profs et aux écoles/collèges/lycées (l’exemple du système Suédois ou des « free school » anglaises) , bref, en allant à l’encontre de toutes les erreurs qui ont été faites depuis 50 ans.

On peut toujours rêver…

 

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Pourquoi Sarkozy a de fortes probabilités de perdre en 2017

  1. PhD dit :

    Vous me faites rire
    J’ai voté aussi sarko au 2ème tour en 2007, beaucoup pour faire barrage à la folle du Poitou, un peu parce que le discours de sarko était séduisant et laissait entrevoir un projet cohérent
    Au 2ème tour en 2012, je suis resté à Lacanau Océan
    – hors de question de voter socisliste
    – impossible de voter pour ce tocard qui a trahi toutes ses promesses
    Maintenant, il peut raconter ce qu’il veut, déclamer les plus beau discours de la Création; me sortir le plus magnifique projet que je puisse imaginer, ….
    je m’en tamponne le coquillard avec une patte d’alligator femelle

    Jamais je ne voterai pour ce type

    • Skandal dit :

      Nous sommes donc parfaitement d’accord, sur la même longueur d’onde…

      Quand j’écris ce qu’il faudrait qu’il fasse pour, à mon avis, gagner, sachez bien que, pas un instant, je crois qu’il le fera…

  2. Pangloss dit :

    Et moi je crois qu’il ne proposera pas un tel programme mais, s’il le faisait, je crois aussi qu’il ne l’appliquera pas.

    • Skandal dit :

      Moi je suis sur qu’il ne le proposera pas et s’il le faisait je suis sur qu’il ne l’appliquerait pas.

      Sarkozy est, comme tous les hommes politiques française, un lâche.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s