Le summum de la bêtise

Voila ce que l’Education Nationale peut créer de plus crétin :

« Toute loi est un début de privation de liberté, plus le droit de conduire bourré, plus le droit de tuer son voisin, plus le droit de sodomiser ses enfants, plus le droit de ….., plus le droit de ……..

Il faut abolir toutes ces lois liberticides au nom du libéralisme »

« l’auteur » de cette affligeant réplique est un commentateur du bdg.

On y trouve plusieurs choses:

-Une ironie assez médiocre typique du type qui ne connait de la vie que ce que l’éducation nationale à bien voulu lui dire d’apprendre.

-Une méconnaissance manifeste de ce qu’est le libéralisme mais comme 99.99% des personnes qui parlent du libéralisme (dont 100% des antilibéraux) ne savent pas ce qu’est le libéralisme, il n’y a rien d’anormal. Affligeant oui, mais pas anormal.

-Il n’y a qu’un degôche inculte et ignorant pour croire que les libéraux pense que conduire bourré ou tuer son voisin est une liberté. Et d’ailleurs, contrairement à ce que dit le bdg dans son article, dire des conneries sur internet est une liberté. C’est même le principe premier d’internet que de pouvoir y dire ce qu’on veut.

Le fait que cette loi sur le renseignement ne sera d’aucune utilité mais qu’elle permet en revanche de surveiller des personnes qui n’ont pas à l’être.

Quand on connait la propension qu’on les politiciens français à mettre leurs petits doigts boudinés et leur nez crochus dans la vie privée des français, on ne peut qu’être inquiet de la mise ne place de cette loi.

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

11 commentaires pour Le summum de la bêtise

  1. Pangloss dit :

    Sans parler des gens qui, pour passer le temps écouteront les conversations privées.

    • Skandal dit :

      C’est bien le problème de cette loi. Avec l’exemple américain (et d’autres) on sait que l’utilité de ce genre de surveillance est presque nulle et pourtant, nos députés et notre gouvernement veulent faire ce qui a échoué chez les autres mais ne surtout pas faire ce qui marche.

      Leur place est à l’asile.

  2. tschok dit :

    Bonjour Skandal,

    Je ne suis pas sûr qu’on puisse donner totalement tort à ce commentateur. Une loi, lorsqu’elle instaure un interdit, réduit nécessairement ce qui était auparavant une liberté.

    Par exemple, la loi sur la santé, telle qu’adoptée en première lecture, prohibe désormais le fait de fumer dans sa voiture en présence d’un enfant mineur, alors qu’on pouvait librement le faire auparavant.

    Mais, certains interdits fondamentaux, comme le meurtre ou l’inceste, sont érigés depuis la nuit des temps, si bien qu’il ne viendrait à l’esprit de personne de parler de « liberté » en ce qui les concerne, puisque aucun homme vivant n’a connu la liberté correspondante, alors que, par ailleurs, la définition moderne de la liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit point à autrui.

    Une telle définition ne permet donc pas de ranger les crimes dans la catégorie des libertés, à moins de considérer un meurtre ou un viol comme un acte bénéfique.

    C’est peut être là que notre commentateur manque de culture: les lois d’aujourd’hui ne se contentent pas de prohiber les crimes odieux, elles prohibent toute sorte de choses et à tout propos, sans qu’on sache très bien quelle est la finalité de l’interdiction, qui repose parfois sur un raisonnement totalement délirant.

    Sachez par exemple qu’il est interdit de montrer, dans un spot publicitaire, une voiture roulant sur autre chose qu’une route au motif qu’il ne faut pas inciter les automobilistes à détruire le milieu naturel en roulant ailleurs que sur une bonne vieille couche d’asphalte.

    Une réglementation ancienne, aujourd’hui abrogée, punissait d’une peine d’emprisonnement quiconque raccordait au réseau téléphonique un téléphone non agréé par les PTT. Warum? Because cette administration ne tolérait pas qu’on utilise d’autres postes que les siens.

    Un technocrate zélé avait donc décidé de sanctionner l’obligation d’une peine de prison dont on s’est un jour rendu compte qu’elle était anticonstitutionnelle, car elle n’avait pas été instaurée par la loi.

    Ce qui est alors très difficile pour notre commentateur, c’est de comprendre la nécessité d’un esprit libéral. S’il avait la plus petite idée de l’énormité du système juridique qui gouverne sa vie jusque dans les moindres détails, il me semble qu’il accepterait plus facilement l’idée d’en réduire la taille. Mais encore faut-il qu’il en ait conscience.

    • Skandal dit :

      « Mais, certains interdits fondamentaux, comme le meurtre ou l’inceste, sont érigés depuis la nuit des temps, si bien qu’il ne viendrait à l’esprit de personne de parler de « liberté » en ce qui les concerne, puisque aucun homme vivant n’a connu la liberté correspondante, alors que, par ailleurs, la définition moderne de la liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit point à autrui. »

      C’est exactement ce que je dis.

      Ma critique portait plus sur son rapport avec le libéralisme. Comme si les libéraux était pour l’inceste ou le viol…

      « C’est peut être là que notre commentateur manque de culture: les lois d’aujourd’hui ne se contentent pas de prohiber les crimes odieux, elles prohibent toute sorte de choses et à tout propos, sans qu’on sache très bien quelle est la finalité de l’interdiction, qui repose parfois sur un raisonnement totalement délirant. »

      Je suis tout à fait d’accord avec vous !

      Ce que je veux dénoncer dans ce billet c’est l’espèce d’amalgame imbécile que fait cette ignorant entre une vision libérale et je ne sais qu’elle idéologie du chaos qui voudrait que tout soit autorisé.

      Il existe des lois « naturelles », que personne ne peut, à mon sens, contester. Ce sont en gros les lois qui correspondent aux dix commandements et ces lois ne me semblent pas priver qui que soit d’une quelconque liberté.

      • tschok dit :

        Vous rigolez là, non?

        Vous les connaissez les 10 commandements? Bon, d’abord ils n’ont pas grand chose de « naturel » puisque, normalement, ils viennent du taulier himself, qui n’est pas la nature, mais celui qui l’a créée: Dieu. Enfin pour celles et ceux qui y croient.

        Ensuite, ce qu’on appelle les « lois naturelles » peuvent correspondre à des trucs qui n’ont rien à voir avec les 10 commandements, sans vouloir vous vexer.

        Ce qu’on entend par « lois naturelles » ça peut être les lois de la nature, genre quand je lâche une pomme, elle tombe, ou bien le droit naturel, ce qui nous amène à un truc comme la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, par exemple.

        Il existe d’autres sens possibles de l’expression « lois naturelles » qu’on emploie, en général sans trop en définir le contenu précis, lorsque l’on milite en faveur du maintien d’un « ordre naturel » ou prétendument tel, quand on affirme par exemple:

        – Que l’homosexualité est contre nature
        – Que l’homme blanc est supérieur à l’homme noir ou jaune ou vert ou bleu, etc.
        – Que la place de la femme est à la cuisine et que son rôle central est d’assurer la reproduction de l’espèce
        – Que l’être humain ne peut vivre qu’en famille
        – Que Dieu existe

        Etc.

        A ce moment là, les lois dites naturelles servent de soutien à des affirmations de portée prétendument universelle qui, pour l’essentiel, sont des constructions sociales très contingentes ou des affirmations apodictiques.

        • Skandal dit :

          Quand j’écris « lois naturelles » c’est au sens philosophique du terme, c’est à dire des lois de raison ou de conscience morale (tu ne tueras point, tu ne voleras point etc…). Pas au sens « lois de la nature ».

          L’homosexualité n’est pas contre nature. Le fait qu’elle ne permette pas la perpétuation de l’espèce n’en fait pas une une pratique « contre-nature ».

          Pour le reste de vos exemples, je ne me sens pas concerné car je n’y adhère absolument pas.

  3. tschok dit :

    Il me semble que vous utilisez l’expression dans le sens où, pour vous, ces lois coulent de source: elles sont « naturelles ». Elles s’imposent évidement comme quelque chose de vraie, de juste et de bon sans qu’il soit envisageable d’en contester le bien fondé. Elles sont intrinsèquement attachées à la nature humaine.

    C’est le côté apodictique de la chose (proposition tenue pour nécessairement vraie, donc irréfutable et même impropre à toute réfutation) ce qui vous faisait dire, très naturellement, qu’il « existe des lois « naturelles », que personne ne peut, à mon sens, contester. »

    Eh ben si; On peut très bien les contester, je vous assure.

    Mais le plus drôle c’est pas ça. C’est d’en faire un inventaire précis et de le comparer avec celui qu’a pu faire n’importe qui d’autre sur le même sujet. Et là, vous voyez qu’il y a des différences notables. Autrement dit, ce que l’un tient pour une grande vérité irréfutable ne l’est pas pour l’autre.

    Par exemple, dans les 10 commandements, les 4 premiers sont relatifs à la foi et ne sont par conséquent pas nécessairement considérés comme des lois naturelles par les athées, les agnostiques ou les croyants d’une religion qui n’aurait pas le même crédo que la religion chrétienne sur ces plans là.

    A vu de pif, je vous dirais que les bouddhistes et les hindouistes par exemple ont de fortes chances de ne pas se reconnaitre dans ses 4 premiers commandements. Ca nous fait combien de milliards d’être humains, ça? Deux ou trois?

    L’universalité du bazar tombe un peu à l’eau, quoi.

    • Skandal dit :

      « L’universalité du bazar tombe un peu à l’eau, quoi. »

      C’est pour cela que j’ai écrit  » […] en gros les lois qui correspondent aux dix commandements  »

      « En gros » signifiant « à peu près »….

      • tschok dit :

        Trois milliards de personnes ça nous fait « à peu près » la moitié de l’humanité actuelle.

        Une vérité universelle qui laisse de côté ce que pourrait penser la moitié de l’humanité, ça fait… comment dire?

        Ca fait modulaire, voilà.

        Vous avez inventé le concept d’universalité modulaire.

        • Skandal dit :

          Hormis les 4 premiers commandements, les 6 autres me semblent assez universels…

          Mais bon, cela n’a jamais été mon propos. Je n’ai jamais parlé de l’universalité de ces lois.

        • Skandal dit :

          « Hormis les 4 premiers commandements, les 6 autres me semblent assez universels… »

          Et encore !! Les 4 premiers commandements sont relativement commun à toutes les religions et après avoir entendu Vincent Peillon parler de la laïcité je peux même affirmer que ces 4 premiers commandements sont aussi valables pour les « prêtres » de la laïcité.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s