Satisfaction

L’extrême gauche (en gros, tout ce qui est à gauche de Valls) est en déroute. Plus personne de vote pour elle.

C’est un bon début…

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

21 commentaires pour Satisfaction

  1. Non, Valls compris !!!…
    C’est le pire de l’esssstrême !!!!

    • Skandal dit :

      J’ai intellectuellement du mal à placé Valls à l’extrême gauche…

      Mais dans le même temps je ne comprends pas comment ont peu encore dire « extrême droit » en parlant du FN, un parti nationaliste-socialiste-étatiste donc, à mon sens, plutôt d’extrême gauche…

      • Disons que le guignol faisant son petit nerveux a le même goût pour les méthodes soviétiques quant à l’application de son idéologie…
        Pour ce qui est du FN, il n’ont rien de socialiste, considérons cela comme votre point Godwin du jour… « National-socialiste »….
        Nationaliste, il n’y a aucun mal bien au contraire : aimer et défendre sa terre patrie avec tout ce que cela véhicule (traditions, histoire,….) est la base de toute civilisation qui se respecte.
        Étatiste, sûrement comme bon nombre de régimes aujourd’hui.
        Socialiste, sûrement pas car ils sont contre les subventions à tout va (notamment pour de l’art qui n’en est pas pu des associations indignes d’en recevoir), ils sont contre les assistés RMIstes,…
        Au passage, je ne suis pas frontiste, plutôt identitaire.
        Bien à vous.

        • Skandal dit :

          « Disons que le guignol faisant son petit nerveux a le même goût pour les méthodes soviétiques quant à l’application de son idéologie… »

          Oui, je suis assez d’accord. Il devient de plus en plus ridicule.

          « Pour ce qui est du FN, il n’ont rien de socialiste »

          Leur programme économique est totalement socialiste. C’est de l’étatisme, du keynésianisme, de la dévaluation, un fonctionnement de la planche à billet avec, en plus du protectionnisme et du nationalisme. Ils sont donc socialiste-nationaliste.

          Je n’ai jamais parlé de nazis… Car contrairement à de nombreux crétins, je sais encore ce qu’est la différence entre le nazisme et le socialisme-nationaliste du FN.

          « Nationaliste, il n’y a aucun mal bien au contraire : aimer et défendre sa terre patrie avec tout ce que cela véhicule (traditions, histoire,….) est la base de toute civilisation qui se respecte. »

          Ça, c’est du patriotisme. La patriotisme c’est l’amour des siens, le nationaliste c’est la haine des autres. De plus, ce que propose le FN mènera à la ruine des français et à la faillite de la France. Alors quand ils prétendent défendre les français, ils me font bien marrer.

        • En ce qui concerne les nazis, il s’agissait d’une taquinerie mais vous le savez.

          « Leur programme économique est totalement socialiste. C’est de l’étatisme, du keynésianisme, de la dévaluation, un fonctionnement de la planche à billet avec, en plus du protectionnisme et du nationalisme. » : il ne s’agit aucunement d’une définition du socialisme.
          De nombreux pays capitalistes se sont inspirés du keysianisme dont les USA et les premiers adeptes de cette théorie économiques étaient plutôt des conservateurs, bien loin du socialisme.
          Quant à la dévaluation ou la planche à billet, ce sont des réponses possibles pour tenter de gérer une crise mais elles n’ont rien de typiquement socialistes, là encore des pays capitalistes y ont eu recours. Non ?

          « La patriotisme c’est l’amour des siens, le nationaliste c’est la haine des autres.  »
          Cette citation très connue de Romain Gary, auteur torturé, aux origines problématiques pour lui, tordu suicidé, montre qu’il n’a pas écrit que des phrases brillantes.
          Il s’agit d’une affirmation qui lui est très personnelle et qui pour moi est sans fondement.
          Je vous propose « le nationalisme est l’amour des siens » !
          Je ne vois pas une grande différence entre patrie et nation, la première plus proche de l’idée de « terre des ancêtres » et la seconde faisant plus référence à une notion peut-être plus abstraite d’unité populaire.

          Enfin, « De plus, ce que propose le FN mènera à la ruine des français et à la faillite de la France. » me fait penser au discours catastrophé et alarmiste de Valls à propos de l’abandon de l’euro… des propos de « fin du monde » fondés sur rien sachant que personne n’est devin, que l’on peut envisager un scénario du futur sans en être sûr et donc je me dis qu’ayant subi les politiques des uns et des autres, je suis prêt à courir le risque d’une autre option.
          Et si c’est l’apocalypse effectivement, je me dis que de toute façon, nous nous en remettrons comme d’habitude.

        • Skandal dit :

           » il ne s’agit aucunement d’une définition du socialisme. »

          Quand je dis « économie socialiste » c’est par opposition à « économie libérale ». Je simplifie volontairement pour éviter de rentrer dans des querelles de définitions stériles.

          « là encore des pays capitalistes y ont eu recours. Non ? »

          Oui bien sur. On peut être socialiste et capitaliste.

          « Il s’agit d’une affirmation qui lui est très personnelle et qui pour moi est sans fondement. »

          Moi je trouve qu’elle est simple et claire comme définition et je m’y reporte systématiquement pour différencier simplement et clairement les deux concepts. Partant de la, le FN me semble plus nationaliste que patriotique.

           » De plus, ce que propose le FN mènera à la ruine des français et à la faillite de la France. » me fait penser au discours catastrophé et alarmiste de Valls à propos de l’abandon de l’euro…  »

          Compte tenu de l’état de nos finances, de la structure de notre économique et de notre marché du travail, abandonner l’euro nous fera, très très, très mal. Je ne parle même pas des centaines de milliards de dettes qui devront être convertis en franc et de la dévaluation indispensable (sinon quel intérêt de quitter de l’euro ?) de plusieurs dizaines de pour-cent qui nous tuera comme elle tue à chaque fois.

          Ce n’est pas la sortie de l’euro en tant que telle qui nous fera du mal mais c’est surtout le fait que la France est financièrement en faillite.

          L’euro fut un concept de technocrates fonctionnaires et sa mise en place est une succession d’erreurs, c’est un fait. La Grèce n’a rien à faire dans l’euro, ni le Portugal, ni certains pays de l’est.

          Mais aujourd’hui, en sortir sans faire les réformes nécessaires nous mènera très probablement dans le mur. Et le programme économique du FN ne fera qu’accélérer le mouvement.

      • « Moi je trouve qu’elle est simple et claire comme définition »…
        ce n’est pas une définition mais une appréciation des plus subjectives d’un artiste (que j’apprécie beaucoup par ailleurs).
        Elle vous convient… soit. Mais elle n’en ait pas vrai pour autant.
        À mon sens, il n’y a pas deux concepts mais un seul (avec deux termes désignant deux légères nuances qui forment un tout, socle fondamental de la destinée des peuples).

        Quant à la sortie de l’euro, je reste convaincu qu’une partie de nos problèmes économiques sont dus à notre adhésion au grand bordel européen (mis à part l’incompétence notoire de nos politiques que vous signalez régulièrement) et que d’abandonner l’euro sera très positif (bien qu’il y ait toujours un peu de négatif dans les ruptures).
        De grands économistes non-inféodés aux USA et à l’OTAN ont réfléchi à cette sortie de l’euro en expliquant que cela pouvait se faire sans trop de problème. Ils sont plus calés que moi et je veux bien leur faire confiance.

        J’apprécie beaucoup de pinailler avec vous, en ce qui me concerne, ce n’est jamais stérile ! 😉
        Sorte d’entraînement intellectuel et de révision de certains principe (keysianisme par ex).

        Bien à vous.

        • Skandal dit :

          🙂 Pareil !!!

          Sur la sortie de l’euro et l’argument utilisé par Marine Le Pen pour justifier que cela n’aurait pratiquement aucune conséquence, à savoir que la dette pourrait être simplement convertie en Franc, c’est faux…

          Une petite partie de la dette est libellée en « monnaie nationale » a ce moment, pour cette partie là, effectivement si on repasse au franc 1 franc = 1 euro et encore, vous pouvez vous attendre à moult actions en justices.

          Pour le reste, si on repasse au franc, notre dette actuellement libellée en euro sera multiplié par 1.3 ou 1.5 en franc (dévaluation du franc par rapport à l’euro de 30% à 50% environs, si ce n’est pas plus).

          Sans compter l’explosion des taux d’intérêt.

          Rien que sur notre dette actuelle, vous pouvez vous attendre à ce que ça fasse mal. Pour la dette future c’est encore pire. Et si MLP compte faire marcher la planche à billet, les conséquences sont déjà connues : hyper inflation, effondrement du taux de change, baisse du pouvoir d’achat etc….

          Non merci.

          Surtout qu’il y a des mesures « simples » pour ne pas avoir à faire cela. L’Allemagne s’en sort très bien par exemple.

          Ce n’est pas à nopus de sortir de l’euro, c’est aux autres pays (Grèce, Portugal, Chypre etc…).

  2. Pommier dit :

    N’empêche que le Front de Gauche + PC récupèrent plus d’élus (108) malgré son nombre de voix très très faible (1.99%). Le FN très peu d’élu (62) alors qu’il est le 1er parti de France en terme de nombre de voix (22.23% à lui tout seul, je compte pas le gloubi-boulga UMP-UD-UDI-MODEM-etc..).

    Démocratie à la française…

    • Skandal dit :

      « Démocratie à la française… »

      Notre pays n’est pas une démocratie, c’est une oligarchie.

      • Ploutocratie, je confirme !!!!

        • Skandal dit :

          Ploutocratie non, notre système n’est pas basé sur l’argent. Notre démocratie est dirigé par des gens qui font tous partis du même moule. Ils sont tous fonctionnaires et/ou énarque.

        • Bien sûr que si !
          Nous le savons bien que tel marché obtenu au niveau national influencera telle ou telle politique extérieure, qu’un pot de vin au niveau local entraînera une modification de la politique territoriale…
          Les politiques n’ont aucun pouvoir ou très peu face à la finance, ce sont les multinationales qui gèrent le monde tant au niveau des politiques que des idéologies (tel marque par matraquage télévisuel lancera telle ou telle habitude alimentaire, vestimentaire,….).
          Le fric est à la base de tout. Malheureusement ou heureusement, ceci est une autre affaire.

        • Skandal dit :

          « Les politiques n’ont aucun pouvoir ou très peu face à la finance »

          C’est normal ce sont nos créanciers… Réduisons la dette et on pourra les envoyer se faire foutre.

        • Exact !!!
          Il me tarde ce moment !!!!

        • Skandal dit :

          C’est marrant d’ailleurs comme ce sont ceux qui hurlent le plus contre la finance qui sont aussi les premiers à dépenser de l’argent qu’ils n’ont pas et donc à en emprunter.

        • Oui ! Étrange paradoxe…
          Hollande en est un « beau » symbole !
          « Beau » ne lui va pas ! Fameux plutôt… 🙂

      • On se croirait sous la IIIe ripoublik !!….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s