T.G.I.F

On reparle du voile et de son éventuelle interdiction à l’université.

La position « libéral » orthodoxe c’est que chacun doit pouvoir s’habiller comme il veut
La position « laïcarde » c’est une interdiction au nom de la laïcité.

Ma position c’est une interdiction à l’université et même dans la rue. Pas au nom de la laïcité mais parce que je trouve ça extrêmement laid et que je trouve que l’idéologie religieuse et culturelle derrière le port du voile est parfaitement conne et est contraire à la Culture Française.

Les sociétés multiculturelles étant factuellement et intrinsèquement plus violentes (essayez de trouver une société multiculturelle qui soit « tranquille »… Bon courage…) je suis évidemment contre cet impossible concept et je pense qu’il faut que la Culture autochtone soit dominante et que la culture « invitée » s’adapte.

———————————————————————————————————-

«J’aime ma ville». C’est le slogan porté par le collectif des «maires en colère» créé pour s’opposer au projet de métropole du Grand Paris. Onze édiles de banlieue, issus de l’UMP ou de l’UDI, parmi lesquels Patrick Balkany (Levallois-Perret), Joëlle Ceccaldi-Raynaud (Puteaux), ou encore le maire de Saint-Ouen William Delannoy, accusent le gouvernement d’agir «à la hussarde» pour «spolier les pouvoirs et les ressources des communes». Pour eux, la création de la métropole telle qu’elle est actuellement envisagée par le gouvernement va conduire à «ponctionner trois quarts du budget des communes et les déposséder de leurs prérogatives essentielles». (source)

Le Grand Paris… Voila encore un truc totalement technocratique et étatique qui jusqu’à maintenant n’a servi a rien hormis à claquer sans vergogne l’argent du contribuable, à créer une nouvelle administration inutile et incompétente et à placer des copains à des postes avec travail fictif mais rémunération bien réelle.

Bref, si l’idée n’est pas mauvaise, sa mise en place est ubuesque et parfaitement pathétique donc typiquement socialiste.

Notez quand même qu’on a deux noms : Balkany et Ceccaldi-Raynaud… Deux magnifiques escrocs…

——————————————————————————————————–

L’agence TBWA\Corporate publie un baromètre de l’activité parlementaire. Les 24.865 questions écrites posées par les députés au cours de la deuxième année du quinquennat de François Hollande ont été analysées.

Les députés ne s’intéressent pas toujours à ce que l’on croit! Ni à l’actualité du moment. C’est l’enseignement de l’enquête de l’agence TBWACorporate qui publie, pour la deuxième année, son baromètre de l’activité parlementaire. Du 4 septembre 2013 au 25 juillet 2014, soit la deuxième année du quinquennat de François Hollande, les 24.865 questions écrites de nos députés ont été passées au crible. Alors que le travail et l’emploi figurent déjà à cette époque parmi les premières préoccupations des Français, cette thématique est bizarrement peu abordée dans les questions des parlementaires. Seulement 4,5% des questions écrites ont porté sur ce sujet… Même le travail le dimanche, pourtant à l’agenda politique avec la campagne des municipales et le rapport de Jean-Paul Bailly, est peu évoqué. (source)

Certains pointent du doigt mon antiparlementarisme. Oui c’est vrai, j’ai très peu de respect pour ces gens, mais en même temps, ils ne me donnent aucune raison d’en avoir…

——————————————————————————————————–

Les degôches ont souvent critiqué Sarkozy (et le critique toujours) pour avoir monté les Français les uns contre les autres.

Ils oublient que depuis 40 ans, toutes la gauches française n’a qu’une obsession : monté les « classes populaires »  contre les classes plus favorisés avec une schizophrénie mentale et une malhonnêteté intellectuelle qui frisent la maladie psychiatrique.

En France, les riches ont forcément volé leur argent sauf s’ils sont de gauches (artistes, fonctionnaires) ou issue de l’immigration (certains footballeurs par exemples).

Sauf que le degôche oublie que ses « idoles » politique font toutes partie de cette oligarchie de privilégiés et qu’ils sont la plupart du temps « riche ». Le degôche oublie qu’en 2015 être fonctionnaire c’est être privilégié. Le degôche oublie que « les riches » payent l’essentiel des impôts en France.

En 2015, il n’y a plus de lutte des classes. Que l’on soit ouvrier, salarier ou patron, l’État français nous vole de la même façon. Il vole même plus le patron que le salarié.

Aujourd’hui la lutte est une lutte de statut : c’est une lutte entre les salariés de privé et les salariés du public. C’est une lutte entre les privilégiés du système oligarchique Français et ceux sur qui reposent tous les efforts rendus nécessaires par l’incompétence et la malhonnêteté de nos dirigeants.

——————————————————————————————————–

Installer la confiance, coûte que coûte. En visite officielle vendredi au Luxembourg, François Hollande en a profité pour vanter les premières bonnes nouvelles, même timides, même balbutiantes, sur le front économique. «Il y a des nouvelles qui sont plutôt bonnes, pas encore confirmées. Il faudra du temps pour être sûr», a-t-il indiqué, à l’issue d’une cérémonie au monument national de la solidarité luxembourgeoise, à laquelle il a assisté aux côtés du premier ministre Xavier Bettel.

Le chef de l’État a insisté sur l’importance de «stimuler, d’accompagner la reprise qui maintenant est là». «Ce n’est pas nous qui le disons» a ajouté le président en citant «l’Europe qui vient de confirmer» cette tendance. Pour étayer son propos, Hollande a notamment évoqué les chiffres «encourageants» de la consommation, du moral des ménages, de l’investissement. (source)

Bizarre… Hollande et sa bande de Jean-foutre n’ont pourtant rien fait pour relancer l’économie. Duflot a tué l’immobilier Français et la loi Macron n’est qu’un amas de règles, de lois et de norme supplémentaires qui n’auront absolument aucune effet. Je ne parle même pas des syndicats dont le but « officiel » est clairement la destruction du secteur privé.

Je me demande comment Hollande va stimuler et accompagner une reprise dont il ne comprend ni les tenants ni les aboutissants.

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

30 commentaires pour T.G.I.F

  1. tschok dit :

    Bonjour Skandal,

    « Les sociétés multiculturelles étant factuellement et intrinsèquement plus violentes (essayez de trouver une société multiculturelle qui soit « tranquille »… Bon courage…) »

    Faut pas répéter les bêtises que racontent Zemmour, vous savez?

    Bon allez, sans m’acharner bien longtemps, j’ai trouvé… La Suisse, pays qui n’est pas au bord de la guerre civile. Vous pouvez aussi mettre dans le lot la Belgique et les Pays Bas, où on peut, paraît-il, se rendre sans avoir à enfiler un gilet pare-balle.

    Sinon, vous avez le Canada, société officiellement « multiculturelle » depuis 1971. Saviez-vous qu’au Canada, de 1961 à 2009, aucun policiers n’a été tués dans l’exercice de ses fonctions, au cours de 5 années, le total durant cette période étant seulement de 133 morts:

    http://www.statcan.gc.ca/pub/85-002-x/2010003/article/11354-fra.htm

    Par ailleurs, le nombre d’homicides au Canada est inférieur à celui de la France! C’est une des sociétés les plus sûres du monde:

    http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/National/2014/12/01/001-statistique-canada-homicides-niveau-2013.shtml

    Ne me remerciez pas.

    • Skandal dit :

      « Faut pas répéter les bêtises que racontent Zemmour, vous savez? »

      Je ne répète pas ce que dis Zemmour, c’est une constatation factuelle. Citez moi une nation multiculturelle, réellement multiculturelle, qui soit clairement « calme »…

      En ce qui me concerne je peux vous en citez des nations multiculturelles, mais elles sont toutes plus ou moins en situation de guerre civiles : Liban, Les nations des balkans, moult pays d’Afrique etc… Je ne parle même pas des multiples tensions, menaces, désordres causés à travers toutes l’Europe. Un récent attentat islamiste en Norvège après celui de Breivik, les émeutes en Suéde, les attentats à Londres et en Espagne etc… Et encore, ce ne sont pas les pays les plus « multiculturels ».

      La Suisse n’est pas du tout multiculturelle. Il faut n’avoir jamais mis les pieds dans ce pays pour dire cela. Il y a éventuellement une légère différence de culture entre la Suisse Romande et la Suisse alémanique (la même différence qu’entre un Breton et un auvergnat) mais rien, absolument rien qui puisse ressemble à la différence entre culture judéo-chrétienne et culture islamique.

      Vous êtes sérieux quand vous citez la Belgique comme pays multiculturel sans violence ? Après les attentats du musé juifs… Vous comparez sérieusement la violence en Suisse avec la violence en Belgique ? Je vous rappelle que la Belgique est un des pays fournissant le plus de combattant islamistes à l’EI.

      Pareil pour les Pays-Bas et après les assassinats d’islamosceptiques et les menaces envers les caricaturistes vous osez dire que c’est une nation multiculturelle calme ?

      Quand au Canada, il n’a de multiculturel que le nom et, comme aux Etat-Unis, c’est la culture anglo-saxone libéral qui prévaut. 67,3 % des Canadiens s’identifient comme chrétiens alors qu’en France on est à moins de 58%. L’islam de représente que 3% de la population au Canada quand il représente entre 8% et 10% en France…

    • Skandal dit :

      Mais continuez à nier, continuez à ne pas vouloir voir cela, pendant ce temps les tensions augmentent, la violence augmente et Marine Le Pen vous dit merci…

  2. tschok dit :

    Ah ok, c’est encore par rapport à l’islam que vous vous référez au « multiculturalisme ».

    Zut, j’avais espéré, l’espace d’une seconde, qu’on pourrait parler d’autre chose que de ça. Je pensais au multiculturalisme de façon plus large: qu’est-ce que c’est qu’une société multiculturelle?

    Quels critères peuvent la définir? En fait, c’est assez flou et j’en ai retenu un: on est en face d’une société multiculturelle quand cette société se vit consciemment comme telle, ou met en avant un élément du multiculturalisme, comme par exemple la pilarisation au Pays Bas, ou une structure fédérale ou approchante recoupant, mettons, des zones linguistiques, comme la Suisse ou la Belgique.

    A partir de là, si le Canada, par exemple, se proclame lui-même multiculturel, c’est qu’il pense avoir des raisons de le faire, on a donc au moins une doctrine officielle sur laquelle s’appuyer pour réfléchir à ce qu’est une société multiculturelle.

    On aurait pu également citer le Brésil qui, pour le coup, est un pays assez violent. Ou le Royaume-Unis, dont le premier ministre a affirmé récemment que le multiculturalisme à la façon britannique était un échec.

    Ou se demander si les Etats-Unis se vivent comme une société multiculturelle, ou si cela leur paraît tellement naturel qu’ils ne prennent même pas la peine de l’affirmer officiellement.

    On aurait pu se poser la question de savoir si la Russie ou la Chine sont des sociétés multiculturelles ou non, en raison de la très grande diversité des groupes de population qu’elles embrassent.

    Maintenant, si votre discours c’est de dire que partout où il y a des Musulmans, il y a de la violence, c’est autre chose. Et si vous voulez dire que la société française doit refuser l’islam sous peine de sombrer dans la violence, c’est encore autre chose. Ou si vous voulez proclamer qu’il ne doit y avoir en France qu’une seule culture, la nôtre, sans trop la définir d’ailleurs, c’est encore autre chose.

    Mais vous noterez que vous serez alors sur le terrain de la conviction personnelle, et pas tellement sur celui de la réflexion.

    Vous savez que je suis respectueux de vos convictions personnelles, il est donc inutile de me prendre à partie en m’accusant de nier je ne sais trop quoi d’ailleurs.

    • Skandal dit :

      « Maintenant, si votre discours c’est de dire que partout où il y a des Musulmans, il y a de la violence, c’est autre chose.  »

      Ce n’est absolument pas ce que je dis.

       » Et si vous voulez dire que la société française doit refuser l’islam sous peine de sombrer dans la violence, c’est encore autre chose.  »

      Idem, je n’ai absolument pas dit ça. Merci de lire ce que je dis et d’éviter les procès d’intentions.

      « Ou si vous voulez proclamer qu’il ne doit y avoir en France qu’une seule culture, la nôtre, sans trop la définir d’ailleurs, c’est encore autre chose. »

      Idem, je n’ai pas du tout dit ça…

      Vous lisez ce que j’écris ou vous faites exprès de mal interpréter des choses que je n’ai pas écrites ?

    • Skandal dit :

      « Ah ok, c’est encore par rapport à l’islam que vous vous référez au « multiculturalisme ». »

      En même cela me semble clair, le sujet de mon petit billet c’est le voile…

      Vous faites exprès de pas comprendre ou vous êtes intellectuellement très limité ?

  3. tschok dit :

    Euh… attendez faut que je réfléchisse…

    Voyons voir, Vous dites:

     » je trouve que l’idéologie religieuse et culturelle derrière le port du voile est parfaitement conne et est contraire à la Culture Française. »

    Si j’ai bien compris, ça vise l’islam, non? Clairement, on comprend que vous y êtes hostile (c’est, je vous cite: une idéologie religieuse et culturelle conne et contraire à la culture française)

    Vous rajoutez:

    « je suis évidemment contre cet impossible concept (le multiculturalisme) et je pense qu’il faut que la Culture autochtone soit dominante et que la culture « invitée » s’adapte. »

    Si je vous suis bien, vous êtes opposé au multiculturalisme (« évidemment contre ») et vous pensez que la culture française en France doit prévaloir sur les cultures étrangères, donc qu’elle doit être la seule en vigueur, si j’ose dire (sinon, c’est du multiculturalisme, voyez-vous).

    Vous vouliez peut-être dire autre chose que ce que vous avez écrit? N’hésitez pas à le préciser, je reste ouvert. Mais ne me reprochez pas l’éventuelle équivoque.

    En fait, je me fiche un peu des intentions des gens, je lis ce qu’ils écrivent en ayant à l’esprit que la plupart du temps ils n’ont pas vraiment réfléchi à ce qu’ils affirment et que ça vient comme ça. Donc si vous me dites que, dans le fond, ce que vous avez écrit ne correspond pas à ce que vous vouliez dire, je vous croirai.

    Et quand je fais un procès d’intention, je vous assure que ça se voit.

    • Skandal dit :

      « Clairement, on comprend que vous y êtes hostile »

      Contre le port du voile oui, contre l’islam non… L’islam appliqué « bêtement » se heurte aux lois et aux us et coutumes de la Culture Française j’estime donc que la culture islamique doit s’effacer devant la culture Française. Le voile n’a rien d’islamique d’ailleurs ce qui fait que la polémique est encore plus ridicule.

      Il y a moult français musulmans qui ont très bien compris cela et avec lesquels il n’y a pas l’ombre d’un problème ou d’une polémique. Le problème vient de ceux qui veulent imposer leurs préceptes et dogmes religieux.

      « vous pensez que la culture française en France doit prévaloir sur les cultures étrangères, donc qu’elle doit être la seule en vigueur, »

      Non, prévaloir ne veut pas dire qu’elle doit être la seule en vigueur. Mais oui, je pense que la Culture Français doit être dominante en France.

  4. tschok dit :

    Bonjour Skandal,

    Ben, si vous ne critiquez dans l’islam que le port du voile, je dirais presque fin du match. On ne va pas pinailler pour si peu!

    Sinon, par « prévaloir » je voulais dire que seule la culture française peut avoir force de loi, donc que les cultures étrangères doivent, comme vous dites, « s’effacer » devant elle en cas de conflits. Si une seule a force de loi, alors que les autres doivent plier, il n’y a qu’une seule culture qui vaille.

    Et c’est bien ce que vous voulez dire.

    Mais cela n’exclut nullement qu’il y ait des contre-cultures: des mouvements de résistance à un ordre dominant perçu comme arbitraire, abusif, conformiste, contraire à des valeurs, etc.

    C’est la faiblesse du modèle mono-culturel à la française: il fait basculer dans la contre-culture tout ce qui ne relève pas de la sienne ou refuse de se plier à l’injonction du monopole culturel, qui est censé englober tout les Français dans un même ensemble homogène (mon cul).

    Et c’est ça qui est passionnant dans la culture française: ce qui est « in » ne présente en général pas le moindre intérêt. C’est le conformisme. C’est ce qui est « out » qui est intéressant et qui forme paradoxalement une bonne part de ce qu’on appelle la « culture française ».

    Ainsi par exemple, la réacosphère se vit comme un modèle de contre-culture s’opposant à la bien-pensance tout en revendiquant son appartenance à la culture française.

    Mais aussi la contre-culture musulmane qui dit merde à la France et à ses valeurs, tout en revendiquant elle-aussi son appartenance à la culture française.

    On se retrouve ainsi confronté à des femmes françaises qui portent le voile et qui nous répondent, quand on leur ordonne de l’enlever au nom de la primauté de la culture française sur la culture étrangère: « je porte le voile parce que c’est ma culture en tant que Française et je vous emmerde ».

    Ah!

    C’était pas prévu ça…

    • Skandal dit :

      « Ben, si vous ne critiquez dans l’islam que le port du voile »

      Dans mon billet oui… Mais on peut aussi parler du halal si vous voulez…

      « la réacosphère se vit comme un modèle de contre-culture  »

      Je n’ai jamais entendu un réac parler de « contre culture ». Vous confondez Culture et Doxa. Les réacs se voient comme des opposants à la doxa contemporaine.

      « Mais aussi la contre-culture musulmane qui dit merde à la France et à ses valeurs, tout en revendiquant elle-aussi son appartenance à la culture française. »

      Ha bon ?? Je n’ai jamais entendu un musulman dire merde à la France et à ses valeurs tout en revendiquant son appartenance à la culture française… Mais il doit aussi y avoir des schizophrènes chez les musulmans probablement…

      « je porte le voile parce que c’est ma culture en tant que Française et je vous emmerde ».

      Elles se trompent… Le voile ce n’est pas culture, ni la tradition, ni les us et coutumes Français.

      • tschok dit :

        Qu’est-ce qu’elle a la bouffe halal???

        Vous voulez dire que la bouffe halal est aussi contraire à la culture française?

        Ils ont pas de bol les Musulmans. J’ai l’impression que tout ce qu’ils font et sont est contraire à notre culture…

        • Skandal dit :

          « Qu’est-ce qu’elle a la bouffe halal??? »

          Hormis le fait que la très grande majorité de la viande qu’on achète en supermarché est halal et que ce n’est pas indiqué sur les étiquettes, donc qu’on finance des institutions musulmanes sans le savoir, rien…

          PS : Pas la très grande majorité, mais entre 9% et 40% en fonction des supermarchés.

  5. tschok dit :

    En plus il y a un complot halal sur la viande française! Ma côte de bœuf estampillée charolaise pure souche finance le djihad!

    Oh putain cong!

    Je vais engueuler de ce pas mon boucher, ça va saigner!

    Quand je fréquente votre blog, j’ai l’impression de regarder Scary Movie.

    Et vous saviez que la filière bio finance EELV? Si! Je le tiens de ma concierge, qui elle-même le tient de son coiffeur, qui lui-même l’a lu dans le journal.

    • Skandal dit :

      Qui a parlé de complot ?

      Vous parlez de votre boucher alors que j’ai parlé de supermarché…

      Et oui mon bon monsieur, pour des raisons purement financières d’économie d’échelle il est plus rentable pour un supermarché de faire préparer toute sa viande en Halal plutôt que de faire d’un coté du halal et de l’autre du haram.

      C’est particulièrement vrai en Ile de France.

      Aucun moyen, pour le consommateur, de connaître le mode d’abattage de la viande qu’il trouve dans son assiette. Cela tient à plusieurs facteurs. D’abord, il n’existe pas d’étiquetage « halal » obligatoire, car la réglementation européenne s’y oppose afin d’éviter toute stigmatisation de la communauté musulmane. Les Artisans bouchers d’Ile-de-France viennent d’en réclamer la mise en place. Ensuite, cette viande étant moins chère (puisqu’elle est moins chère à produire), les cuisiniers peuvent être tentés d’en acheter. Enfin, les musulmans ne mangent pas la totalité de la bête abattue parce qu’ils préfèrent les morceaux à bouillir et à mijoter. Le reste de la carcasse rejoint le circuit de distribution général (NouvelObs 2012).

      Les estimations en 2012 étaient qu’environs 10% de la viande de supermarché est halal. Fin 2014 on était entre 10% et 50% en fonction des supermarchés.

      Je voudrais juste savoir ce que je mange et je n’ai pas envie de financer d’institution musulmane à travers le halal sans le savoir. Cela me semble être du simple bon sens et la liberté de choix minimum dans une démocratie.

      • tschok dit :

        Ben mangez de la viande de porc. Le cochon, animal laïque, est notre allié. Avec lui, aucune crainte de financer la construction d’une mosquée avec votre fourchette.

        Mais bon, vous vous rendez-compte que ça devient vachement compliqué, l’étiquetage d’un produit. Il faut faire tenir sur un papier résistant au transport d’environ 5 cm sur 5cm, en caractères lisibles par une petite vieille qui aurait paumé ses lunettes de plus en plus d’informations.

        Par exemple, vous en demandez deux:
        – Savoir si la viande est halal ou pas
        – savoir si elle finance une institution religieuse

        D’autres consommateurs s’en foutront complètement et voudront plutôt savoir si l’animal n’a pas été gavé d’hormones ou d’antibio, s’il a bouffé des OGM ou non, ou s’il a été élevé en plein champ, transporté et abattu dans des conditions décentes, conditionnés selon des normes sanitaires qui garantissent une absence de contamination par des germes, des prions ou des produits de traitement de l’outil industriel, s’il y a des additifs tels que colorants, conservateurs, etc.

        Le mec qui est chargé, à Bruxelles, de gérer ces problèmes a fini de s’arracher les cheveux: il n’en a plus, c’est un chauve maintenant. Il paraît qu’il est passé au stade des scarifications. On le surveille du coin de l’œil pour éviter le suicide.

        • Skandal dit :

          « Par exemple, vous en demandez deux: »

          Non une seule puisque pour être Halal, c’est comme pour être casher, l’animal doit être abattus de façon spécifique et la certification est payante. Le Beth Din pour le casher à Paris et certification par un organisme musulman pour le Halal.

          Dans les deux cas vous financez un organisme confessionnel.

          Il me semble que dans une république laïque les citoyens ont le droit de savoir s’ils financent un organisme religieux ou pas, non ?

          Il y a bien des étiquettes pour le bio, pour quelle raison ne pourrait il pas y en avoir pour le halal ?

  6. tschok dit :

    ‘Tendez, je me renseigne.

    http://www.60millions-mag.com/actualites/articles/abattage_et_viande_halal_nbsp_les_cinq_questions_que_vous_vous_posez

    Pour le financement, allez au point 5. Il y a deux choses:
    – le sacrificateur: 150 € par an
    – le certificateur: là ça dépend et c’est plus cher car il y a des salariés sur site.

    Sinon, l’étiquetage spécifique des produits, genre AOC ou logo filière bio ou sans gluten, se décide au niveau européen, enfin je pense. Et je crois qu’une partie de la difficulté vient de ce qu’on ne sait pas quoi étiqueter au juste pour que cela ait une signification précise dans l’esprit des consommateurs.

    Regardez:

    – les Musulmans veulent un étiquetage halal garanti, donc ils sont demandeurs de cette signalisation spécifique sur des produits spécifiques. Ca c’est assez simple.

    – Vous voulez un truc bien plus compliqué: une garantie 100% sans halal. C’est compliqué parce qu’il faut la mettre sur TOUS les produits susceptibles d’être halal. Or, comme « halal » ça ne veut rien dire, ça peut concerner tout type de produits, par exemple du camembert ou une barquette de saumon.

    Ca peut vous paraître con, mais hors de la certification de l’abattage selon le rite dhabiha, qui permet de dire qu’une viande est halal, on ne sait pas exactement ce que veut dire « halal », il faut donc le décider avec l’ensemble des partenaires des filières concernées, histoire qu’un producteur de lait ne se retrouve pas à devoir garantir que son lait n’est pas halal.

  7. Skandal dit :

    « Vous voulez un truc bien plus compliqué: une garantie 100% sans halal. »

    Les musulmans veulent un étiquetage halal garantit, très bien, visiblement pour vous c’est simple.

    Je veux un étiquetage non halal garantit, je ne vois pas en quoi c’est plus compliqué..

    « on ne sait pas exactement ce que veut dire « halal » »

    Si, on sait très bien. Si un certificateur a été payé, c’est que c’est halal…

    Mais peut être allez vous me dire que les musulmans ont le droit d’exiger de savoir ce qu’ils mangent mais que moi je n’ai pas ce droit ?

    • tschok dit :

      Nan, je veux pas vous faire souffrir inutilement.

      C’est plus compliqué pour le motif que je vous ai donné: le mot « halal » peut s’appliquer à plein de choses, justement parce qu’il n’est pas normé (Halal peut s’appliquer à de la confiture: demain, vous ouvrez un commerce et si vous voulez, vous pouvez vendre de la confiture halal).

      Donc, si vous imposez une obligation de garantir aux consommateurs du 100% non halal, il faut aussi préciser ce que ça veut dire, sinon, tout le monde sera obligé de le faire, y-compris le producteur de roquefort.

      Bougez pas:

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Dhabiha

      Ne pas confondre avec:

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Halal

      Pour bien comprendre pourquoi c’est compliqué faut comprendre que le halal peut parfaitement être commercialisé par des gens qui se foutent totalement de l’islam. C’est juste du business.

      • Skandal dit :

        Est ce que l’animal a été tué selon le rite musulman/casher ? Oui/Non

        Est ce que l’abattage a donné lieux à la rémunération d’un organe confessionnel quelconque ? Oui/ Non

        Ça me semble pas bien compliqué de répondre à ces deux questions…

        Certainement pas plus compliqué que le « bio » pour lequel il y a une étiquette….

        • tschok dit :

          Vous voulez donc bien 2 infos supplémentaires sur une étiquette de 5cmX5cm et on revient à ce que je vous disais plus haut.

          Notez que c’est encore différent de ce dont vous parlez qui, est une info de garantie 100% non halal, comparable au « sans gluten », « sans OGM », « sans lactose », « sans sel ».

          Certains consommateurs veulent exclure de leur alimentation certaines choses, et demandent donc soit des indications sur l’étiquettes, soit des labels, soit des garanties données par une filière certifiée.

          Et si, c’est compliqué. Mettons que je sois un consommateur antisémite horrifié à l’idée de vivre dans une société où je pourrais manger par inadvertance de la nourriture casher. J’exige donc la création d’un certificat 100% non casher, afin que toute nourriture qui m’est vendue ou servie me soit certifiée d’origine non juive.

          Mon voisin et ami, lui, ne supporte pas la bouffe halal et exige la création d’un certificat similaire sur le non halal. Sa femme, intolérante au gluten, se fiche bien de tout cela, mais veut savoir s’il y a du gluten dans la bouffe qu’elle ingère, tandis que la mienne, soucieuse de l’alimentation de nos enfants, veut précisément savoir quelles sont les quantités de sucre et de graisse qui se trouvent dans chaque produit.

          La petite conne du dessous, quant à elle, est une écolo gauchiste qui non seulement se fournit exclusivement dans le commerce équitable, mais en plus vérifie soigneusement que tout produit alimentaire qu’elle achète est bio et dépourvu d’OGM, même à l’état de trace, sachant par ailleurs que sa fille a développé une intolérance au lactose.

          Son compagnon, enquêteur chez 60 Millions de consommateurs, traque quant à lui tous les additifs ou produits de substitution, colorants ou autres et perturbateurs endocriniens qui se trouvent non seulement dans la bouffe, mais encore dans les emballages et en arrive à l’idée qu’il faut informer le consommateur sur le produit lui-même, mais aussi sur son emballage et sur l’ensemble du processus industriel.

          Son neveu, chef cuistot à la cantine municipale, pense que chaque produit devrait contenir des indications précises de préparation, car de bons produits mal préparés sont nocifs.

          Enfin, ma vieille mère, traumatisée par les scandales de la vache folle, de la grippe aviaire et du poulet aux hormones fait elle aussi valoir ses exigences, mais plutôt sous forme de labels de qualité.

          Naturellement, tout ce beau monde veut savoir d’où viennent les produits , combien ils coûtent au kilo et la date limite de consommation.

          Votre mission, Jim, si vous l’acceptez, est de satisfaire tout le monde avec une petite étiquette de 5cm sur 5 cm. Si vous ou l’un d’entre vous était capturé, gouvernment denies knowledge, of course, and demerden sie sich.

          Ce com s’autodétruira dans 5 seconds.

        • Skandal dit :

          Ok, donc surtout ne faisons rien si c’est « trop compliqué »…

          Et puis c’est assez commode car on peut appliquer cette mentalité de perdant, cette mentalité de lâche, c’est mentalité de fainéant, cette mentalité de socialiste à absolument tout.

          Le chômage ? trop compliqué, ne faisons rien.
          Le sécurité ? trop compliqué, ne faisons rien.
          La dette ? trop compliqué, ne faisons rien.
          La pauvreté ? trop compliqué, ne faisons rien.

          etc….

          En attendant, une partie de la population a le droit de manger selon ses exigences religieuses, mais l’autre partie n’a pas le droit de manger selon ses exigences laïques…

          2 poids, 2 mesures…. Tout est normal car c’est « trop compliqué »…

  8. tschok dit :

    Nan. Faire qque ch ne veut pas dire faire portenaouak.

    Vous réagissez comme Nicolas: vous vous avancez avec de belles solutions toutes simples que vous plaquez péremptoirement sur le monde en étant persuadé de détenir une parcelle de la vérité vraie: la vôtre. Dès qu’on vous répond que c’est compliqué, sans même remettre en cause le bien fondé de ce que vous dites, c’est tout de suite les anathèmes, et dans le cas de Nicolas, la censure et les injures. On devient un lâche, un perdant, un socialiste, un… degôche.

    Même Onfray fait cela. Vous savez qu’il a fustigé chez ses degôches à lui le fait qu’ils rangeaient instantanément tout opposant à leurs points de vue dans le camp des sots, des crétins, des imbéciles, ou dans le camp de la lie de l’humanité ou du social traitre. Et c’est vrai! Ils l’ont fait et persistent à le faire.

    Mais, maintenant qu’il est en vogue, qu’il a acquis une autorité médiatique, il le fait lui même et dans sa chronique n°118, que vous avez mise en ligne il dit ceci:

    « Prétendre qu’il n’y a pas un choc des civilisations entre l’occident localisé et moribond et l’Islam déterritorialisé en pleine santé est une sottise qui empêche de penser ce qui est advenu, ce qui est, et ce qui va advenir. »

    Il ajoute:

    « Refuser la réalité du choc des civilisations ne peut se faire que si l’on ignore ce qu’est une civilisation, si l’on méprise l’Islam en lui refusant d’en être une, si l’on déteste la nôtre par haine de soi, si l’on pense l’histoire avec les fadaises du logiciel chrétien et marxiste qui promet la parousie en ignorant les leçons de philosophie données par Hegel »

    Et enfin termine par:

    « Refuser qu’il en aille, là, d’une civilisation qui se propose « le paradis à l’ombre de épées », un propos du Prophète, c’est persister dans l’aveuglement. »

    Si, après ces trois couches, le lecteur moyen n’a pas compris que ne pas partager son opinion (sur le choc des civilisations, mais ça aurait pu être autre chose, comme la cuisson de l’œuf dur) le range dans le camp des moins que rien, c’est vraiment qu’il en est effectivement un.

    C’est avec ce mode de pensée, qui est dupliqué avec une régularité confondante par nos plus beaux esprits, que je veux rompre.

    Je vous demande de rompre avec l’adolescence de la pensée, sans rien vous demander d’autre.

    Si vous ne voulez pas bouffer halal, je le comprends. Mais, s’il vous plaît, Monsieur le ministre de l’économie, comprenez simplement que nous vivons dans un monde complexe où il y a loin de la coupe aux lèvres.

    Et comprenez définitivement que je me fiche de vos intentions comme de ma première branlette.

    • Skandal dit :

      Il n’est pas question de « vérité », ni la mienne, ni celle d’un autre. Il est question de liberté fondamentale : celle de savoir ce que l’on mange et à qui l’on donne son argent.

      Et non, je ne suis pas d’accord avec vous, savoir si l’on mange halal ou pas n’est pas compliqué et oui, je pense que dire le contraire pour surtout ne rien faire c’est mentir, c’est faire preuve de lâcheté et de couardise.

      Je ne suis pas ministre de l’économie (malheureusement….).

      « Et comprenez définitivement que je me fiche de vos intentions comme de ma première branlette. »

      Alors arrêtez de me faire dire ce que je n’ai pas écrit.

      • tschok dit :

        Vous écrivez un peu n’importe quoi, vous savez?

        Alors tolérez que je tâtonne: ne me faites pas payer le prix de votre complexité/équivoque/ambiguïté et assumez vous, comme un grand garçon que vous êtes.

        Ex: vous vouliez effectivement, in fine, faire figurer deux infos sur la viande (sur le rite d’abattage ET sur le financement d’une religion).

        Vous l’avez nié, au début, par esprit de contradiction, je pense, mais c’est assez clair maintenant. C’a été laborieux de vous le faire dire, mais c’est fait.

        (avec vous les accouchements se font à la spatule)

        Donc, 2 infos et pas 1.

        Ce que je ne fais pas: fouiller dans les couches profondes de votre logiciel pour savoir pourquoi vous avez cette exigence-là. Ca me dépasse, je m’en fous, c’est far beyong my scope et my life.

        La psychanalyse est un métier, ce n’est pas le mien et je n’y comprends rien. Je suis incompétent.

        Il est possible que vous soyez un islamophobe assez primaire, mais je n’en sais rien et je m’en cogne. Vous me reprochez de le suggérer, d’après ce que je comprends. En fait, c’est vous qui avez mis le sujet sur la table. C’est plutôt à vous de me le dire, si vous l’estimez nécessaire.

        Ce que je fais: le quoi (déterminer de quoi on parle concrètement) et le comment vous le dites (quels mots, quel contexte, quelles représentations mentales).

        Ensuite je vous réponds, avec mes propres règles d’engagement qui sont:

        – ne pas être eyes wide shut (regarder le réel)
        – être franc et direct
        – me foutre de vous, au besoin (je suis espiègle) quand ça me fait envie.

        Cette troisième règle d’engagement me fait des ennemis, mais aussi des amis très fiables, alors je l’applique.

        Voilà.

        Et, au fait, il n’est pas question de liberté dans votre monde de punition, j’en suis navré, mais de vérité, en particulier sur un plan moral.

        • Skandal dit :

          « Vous écrivez un peu n’importe quoi, vous savez? »

          Non, je ne le sais pas.

          « vous vouliez effectivement, in fine, faire figurer deux infos sur la viande »

          Vous n’avez pas compris… Si l’abattage est rituel alors il y a financement religieux. Il n’y a donc besoins que d’une information. Mais même s’il devait y avoir deux informations, les consommateurs ont le droit d’être informés.

          « pour savoir pourquoi vous avez cette exigence-là »

          C’est pourtant extrêmement simple et je m’inquiéte du fait que vous n’ayez pas compris et en plus je l’ai écrit pratiquement dans chaque commentaire.
          Je vais recommencer :

          J’AI LE DROIT DE SAVOIR CE QUE JE MANGE !!!
          J’AI LE DROIT DE NE PAS VOULOIR FINANCER DES « INSTITUTIONS » RELIGIEUSES !!!

          « Il est possible que vous soyez un islamophobe assez primaire, mais je n’en sais rien et je m’en cogne.  »

          Alors pourquoi le suggérez vous ? Et quel est rapport entre le fait de vouloir savoir ce qu’on mange et l’islamophobie ? Ceux qui ne veulent pas manger casher sont antisémites ? Ceux qui ne veulent pas manger de charcuterie sont anti-français ?

          « Et, au fait, il n’est pas question de liberté dans votre monde de punition, j’en suis navré, mais de vérité, en particulier sur un plan moral. »

          Quel monde de punition ? Et si, savoir ce qu’on mange ne relève d’aucune vérité mais d’une simple liberté.

        • tschok dit :

          Je ne veux pas vous priver de votre sacro saint droit de savoir.

          J’essaye de vous expliquer que:

          – soit vous êtes curieux : il n’appartient qu’à vous de vous renseigner sur ce que vous ingérez pour vous nourrir car votre santé en dépend;

          – soit vous jouez votre victime auquel cas votre droit de savoir se transforme en obligation pour les autres de vous informer, car vous n’êtes pas capable de le faire vous-même.

          Dit plus simplement:

          – Je suis un adulte

          – je suis une lopette

          Choisissez votre discours.

        • Skandal dit :

          « il n’appartient qu’à vous de vous renseigner sur ce que vous ingérez pour vous nourrir car votre santé en dépend »

          Sauf que dans le cas de la viande de supermarché, ce n’est pas possible et que l’étiquetage (halal / pas halal) a été refusé pour « ne pas stigmatiser »… Donc il y a une volonté des pouvoirs publiques de cacher une information aux consommateurs et c’est cela que je trouve parfaitement anormal.

          Sinon j’aime bien votre discours de responsabilité… C’est très libéral…. ça me fait plaisir de lire cela… 🙂

          Et si effectivement l’information n’est pas disponible au commun des citoyens alors il y a une obligation d’informer les consommateurs.

        • tschok dit :

          Les pouvoirs publics s’en foutent complètement, mais Allah dans sa grande munificence, a exaucé vos vœux:

          http://www.halalbook.fr/actufiche-12-1157.html?Un-nouveau-label-vient-de-voir-le-jour-en-France%C2%A0-Halal-Verif

          Depuis déjà 2 ans.

          Précisons bien qu’il s’agit d’un label (un truc censé garantir que le produit est bien halal comme il faut), car le « faux halal » a envahit les marchés.

          Vous, vous demandez autre chose: une preuve négative (certifier que le produit n’est pas halal).

          Explications: les techniques d’abattage employées en France sont en pratique assez facilement « islamo-compatibles » donc la filière de la viande oriente une partie de sa production vers le halal, gros débouché commercial à l’export comme sur le marché domestique.

          Mais la mère Le Pen est repassée derrière pour taper le scandale en affirmant que les Français bouffaient sans le savoir de la viande halal, ce qui était une pure connerie, m’enfin bref.

          Les abattoirs, gênés d’avoir à s’expliquer sur leur procédés de mort et leur politique commerciale se sont empressés… de ne surtout rien faire.

          Mais, contre toute attente, les musulmans, eux, ont fait la gueule parce qu’il se sont rendus compte que leur bidoche n’était pas vraiment halal.

          Alors, ils ont poussé à la création de ce label.

          Là-dessus, vous radinez votre fraise et vous réclamez la création d’une certification « négative » (certifiant qu’un produit n’est pas qque ch).

          Ca, c’est très compliqué puisque ça s’applique par définition à tout produit, même ceux qui ne sont à l’évidence pas halal, comme un camembert par exemple, mais qui pourraient l’être un jour, si, un businessman entreprenant s’avisait d’en créer un, car le halal est aussi un concept marketing qui peut être tout et n’importe quoi.

          http://www.lepoint.fr/societe/le-halal-un-principe-religieux-mais-un-label-nebuleux-19-02-2012-1432991_23.php

        • Skandal dit :

          « Mais la mère Le Pen est repassée derrière pour taper le scandale en affirmant que les Français bouffaient sans le savoir de la viande halal, ce qui était une pure connerie, m’enfin bref. »

          Pas d’après les directeurs de supermarchés…

          « Là-dessus, vous radinez votre fraise et vous réclamez la création d’une certification « négative » (certifiant qu’un produit n’est pas qque ch).

          Ca, c’est très compliqué puisque ça s’applique par définition à tout produit »

          Déjà, si on l’avait sur la viande ce serait bien…

          Encore une fois, je ne vois pas en quoi cette exigence a quoi que ce soit d’anormale…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s