Jusqu’ici, tout va bien

En plein débat sur la formation des imams et le renforcement de la laïcité, 20 Minutes a rencontré le directeur de la formation sur la laïcité délivrée depuis 2007 par l’Institut catholique de Paris, que suivent notamment des imams et aumôniers musulmans.

L’Institut catholique de Paris (ICP) propose depuis 2007 une formation sur les rapports entre Etat laïc et religions, suivie notamment par des imams et aumôniers musulmans. Comment ce cursus, que l’ICP a été le premier à mettre en place en France, s’est-il retrouvé ici?

A l’époque, Didier Leschi, ancien chef du bureau des cultes au ministère de l’Intérieur et promoteur de cette formation, s’était d’abord tourné vers les institutions publiques pour la proposer. Mais le président de l’Université de la Sorbonne (Paris IV) a refusé de l’accueillir. Il ne fallait donc plus traîner –il s’agissait du bien commun– et aller à l’essentiel, qui s’est trouvé ici, à l’Institut catholique de Paris.

Cette formation attire de moins en moins d’étudiants: 40 la première année contre 15 lors de la dernière promotion. Comment l’expliquez-vous?

Nos élèves musulmans viennent par le bouche-à-oreille, parce que les grandes fédérations musulmanes, à commencer par la Grande Mosquée de Paris et le Rassemblement des Musulmans de France, n’envoient aucun étudiant. Mais le nombre n’est pas le problème, car nous avons des élèves de grande qualité. Cela prime sur la quantité. (source)

C’est une bonne idée un cursus étudiant les relations qu’il peut y avoir entre un Etat laïque et les religions ou entre une République laïque et un pays de culture judéo-chrétienne. (Je rappelle que si la république française est laïque, la France est judéo-chrétienne).

C’est une bonne idée parce qu’il semble y avoir, ces derniers temps, de plus en plus de « conflit » avec les religions et de plus en plus de revendication de ces dernières.

Enfin…. quand je dis « les religions », en réalité il n’y en a qu’une qui semble poser actuellement des problèmes.

Le coran étant non seulement un livre religieux mais également un code civil, ses préceptes et ses dogmes rentrent très souvent en conflit avec la culture judéo-chrétienne de la France et avec les lois de la République française. La compatibilité entre la République et l’Islam ne va pas de soi, d’ou la volonté de certains de concevoir ce cursus « laïcité et religion ».

C’est une bonne idée, sauf que ceux à qui s’adresse en priorité ce cursus ne semblent pas extrêmement motivés.

« C’est l’histoire d’un homme qui tombe d’un immeuble de cinquante étages. Le mec, au fur et à mesure de sa chute se répète sans cesse pour se rassurer : jusqu’ici tout va bien, jusqu’ici tout va bien, jusqu’ici tout va bien. Mais l’important n’est pas la chute, c’est l’atterrissage. »

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s