Écoloconneries et pignouferies journalistiques

Alors que je regardais un épisode de l’excellente série « Justified », une erreur de manipulation sur la télécommande (ou mes gros doigts…) m’a fait zapper sur France2 qui diffusait l’émission envoyé spécial.

Le thème du reportage était sur les voitures électriques et la production des batteries. Je vous passe les détails (vous irez voir, c’était plutôt intéressant surtout la partie sur Tesla) pour en venir directement à quelque chose que j’ai trouvé particulièrement pathétique.

A un moment, la journaliste suit un militant écologiste qui s’amuse à débrancher toutes les AutoLib’  sous prétexte que la fabrication de leurs batteries n’est pas écologique…

Évidemment ce connard (je ne vois pas d’autre terme pour qualifier ce type) n’a aucune conscience du fait que son action ne sert absolument à rien si ce n’est emmerder ceux qui ont besoins d’utiliser AutoLib’.

Ou alors il le sait parfaitement et c’est donc qu’il a dédié sa vie à emmerder les autres ce qui est assez cohérent pour un écologiste.

Bref, le type débranche les AutoLib’ parce que les batteries ne sont pas écologiques et dans le même temps il montre à la journaliste, à l’aide de son Ipad, les publicités qu’il a fait modifier.

Donc le type « lutte » contre les batteries des AutoLib’ en faisant chier les gens mais il utilise quotidiennement un Ipad, produit par des petits chinois en quasi-esclavage et qui contient une batterie pas plus écologique que celles des voiture. Je pari qu’il possède aussi un smartphone produit dans les mêmes conditions.

L’incohérence intellectuelle est elle constitutive de l’écologisme ?

J’en ai l’impression…

Après cette séquence, la journaliste présentait une partie du reportage effectué en Chine, dans la région ou le graphite (élément important des batteries) est extrait.

La production est « évidemment » polluante et les agriculteurs du coin se plaignent « logiquement » de divers maux, n’osant même pas manger leur production et expliquent que tous les sols sont pollués, que l’eau est polluée, bref, tous les trucs habituels.

La journaliste décide donc d’aller faire analyser l’eau du puits (à 56:45 de la video replay).

Je vous retranscrit, mot pour mot le commentaire de la journaliste :

-« Nous décidons donc d’aller faire analyser l’eau dans un laboratoire chinois. Arsenic, Plomb, acidité, sur l’échantillon étudié, les seuils de pollution ne sont pas dépassés et l’eau est tout à fait consommable. Pourtant cette pollution existe belle et bien ».

Visiblement, cela ne gène nullement la journaliste de dire dans la même phrase, tout et son contraire.

Encore une fois, l’inculture, l’ignorance et le manque criant d’esprit critique des journalistes me sidèrent.

Ces gens n’ont visiblement aucune éthique, aucune déontologie et il est donc impossible de leur accorder la moindre parcelle de confiance.

 

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Écoloconneries et pignouferies journalistiques

  1. Popeye dit :

    Elle a bu l’eau analysée, alors?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s