Luc Ferry : l’obscurantisme français

Pour Luc Ferry, le dernier ouvrage de Nicolas Bouzou met en exergue un enjeu majeur: la France doit regarder la société civile d’un autre oeil si elle ne veut pas rester en marge du progrès

L’ouvrage de Nicolas Bouzou qui paraît cette semaine vaut franchement le détour. Son thème? Le titre l’indique assez: Pourquoi la lucidité habite à l’étranger (chez JC Lattès). La thèse de ce jeune et talentueux économiste est limpide et la question qu’il pose, cruciale: à l’encontre des Cassandre qui annoncent la fin de la croissance, l’économie mondiale se situe selon lui à la veille d’un cycle d’innovations comparable à la Renaissance. Les nanotechnologies, le big data, les imprimantes 3D, les énergies renouvelables, les biotechnologies et bien d’autres révolutions dont nous n’avons pas encore pris la mesure vont réveiller le développement économique et générer un cycle de croissance extraordinaire. Il débouchera inévitablement sur une élévation sans précédent du niveau comme de l’espérance de vie des populations. Ces évolutions poseront certes mille problèmes en termes d’écologie, de partage des richesses, de régulation mondiale, mais elles sont là, déjà enclenchées.

Or, la France semble tout faire pour ne pas en profiter, pour rester en marge du progrès. Ses défauts sont pourtant connus de tous ceux qui veulent bien retirer les écailles de leurs yeux: centralisation historique du pays, impôts étouffants, secteur public écrasant le secteur privé, un moteur marchand se réduisant peu à peu comme peau de chagrin; incapacité à instaurer une «flexisécurité» qui seule permettrait de résoudre le problème du chômage comme l’ont fait les Scandinaves, les Néerlandais, les Autrichiens ou les Suisses; faiblesse des syndicats qui, du coup, se radicalisent, plombant invariablement tout dialogue social raisonnable; incapacité à remettre en place une politique de l’offre face aux tenants de la relance par la demande, ce qui rend impossible la réduction des déficits publics. Tous ceux, y compris dans le gouvernement actuel, qui réfléchissent un peu à l’économie hors des sentiers battus de l’archéokeynésianisme, connaissent ces blocages. (source)

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s