Morning Meeting : Lundi 26 janvier 2015

Et donc l’extrême gauche a gagné en Grèce. Rien d’étonnant puisque que Alexis Tsipras a promis la lune.

Je dois avouer que je n’en ai pas grand chose à faire au final. Les grecques sont responsables de leur faillite en premier lieu, ce sont eux qui ont menti sur leur dette et ensuite c’est la nullité crasse des autorités européennes qui ont fait de la Grèce un pays ou il vaut mieux être armateur que salariés.

Le truc qui me chiffonne c’est que le Staline de bac à sable, Melenchon, et le nouveau premier ministre grecque, voudraient que la dette de la Grèce soit effacée. En fait, cela revient à ce que nous payions pour les erreurs des grecques… Ça me plait moyennement.

Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de gauche à la présidentielle de 2012, s’est réjoui lundi de la victoire du parti Syriza. «C’est une journée historique parce que la période que nous avons connue de toute puissance arrogante des libéraux, de leurs soi-disant recettes miracle pour sauver l’économie, s’est fracassée en Grèce. Pour la première fois, c’est un changement radical mais voulu par le peuple, de manière démocratique, pacifique, avec des bulletins de vote et des convictions politiques. C’est admirable», a lancé Jean-Luc Mélenchon sur France 2.

« Le gouvernement allemand doit 168 milliards d’euros à la Grèce pour l’occupation du pays. » Jean-Luc Melanchon (source)

Sauf que le gouvernement responsable de la faillite grecque était un gouvernement socialiste, pas libéral et que depuis la faillite de la Grèce, ce sont surtout les allemands qui payent pour les grecques (et nous aussi un peu).

Si monsieur Melenchon y connaissait quoi que ce soit en économie il saurait que la position des libéraux c’est de laisser faire faillite ceux qui font faillite. Le plan de sauvetage de la Grèce c’est l’opposé du libéralisme, c’est du collectivisme forcené.

Je rappelle que la Grèce était un pays de fonctionnaires surpayés dans lequel la fraude fiscale et le non-paiement de l’impôt étaient des pratiques plus que courantes.

Il est impossible pour la Banque centrale européenne (BCE) d’accepter une restructuration des titres de dette grecque en sa possession, a prévenu lundi Benoît Coeuré, membre du directoire de l’institution, après l’arrivée au pouvoir du parti de gauche radicale Syriza.

«Il est absolument clair que nous ne pouvons approuver aucune réduction de la dette qui toucherait les titres grecs détenus par la BCE. Cela est impossible pour des raisons juridiques», a averti Benoît Coeuré dans une interview au quotidien économique allemand Handelsblatt.

Le mandat de la BCE lui interdit de financer les Etats européens, ce qui serait le cas lors d’une telle opération. Mais pour ce qui est des autres titres en circulation, «ce n’est pas à la BCE de décider si la Grèce a besoin d’une réduction de sa dette», a expliqué Benoît Coeuré, renvoyant la balle dans le camp politique européen. (source)

Ou alors cela revient à ne pas sanctionner des gouvernements qui font absolument n’importe quoi en dépensant de l’argent qu’ils n’ont pas et en endettant leurs citoyens (toute ressemblance avec la France n’est pas fortuite).

Ma position c’est que la Grèce n’aurait jamais du rentrer dans l’euro (comme le Portugal ou d’autre pays) maintenant que c’est fait je vois éventuellement une solution, à mon avis la plus cohérente et la plus claire : on restructure la dette grecque (voir même, on l’efface partiellement) a condition que le pays sorte de la zone euro et on ne s’occupe plus de ce pays de communistes.

————————————————————————————————————–

La France sera aux côtés de la Grèce sur la question de la restructuration de sa dette, a déclaré ce matin le chef de file des députés socialistes, Bruno Le Roux, après la victoire du parti de la gauche radicale Syriza aux élections législatives.

Syriza espère pouvoir constituer un nouveau gouvernement d’ici mercredi et son dirigeant Alexis Tsipras entend remettre en cause les mesures d’austérité imposées au pays par ses créanciers internationaux. « C’est une bonne chose pour l’Europe puisque monsieur Tsipras l’a dit de façon claire : il ne souhaite pas la sortie de la zone euro », a dit Bruno Le Roux sur France Info. « C’est une belle victoire. » Avec son programme, « nous partageons beaucoup de choses », a-t-il ajouté, citant « la volonté de réorienter la construction européenne (…), la volonté de sortir des politiques d’austérité (…) et puis enfin la mutualisation des dettes. » (source)

Tu m’étonne… Comme la dette de la France, pays en faillite, devra aussi être restructurée dans quelques années (si ce n’est quelques mois), il prend de l’avance…

————————————————————————————————————–

Le plus grand glacier de l’Antarctique oriental, dont la disparition pourrait engendrer une hausse de six mètres du niveau des mers, est en train de fondre à cause du réchauffement de l’océan, ont déclaré aujourd’hui des scientifiques australiens. (source)

C’est Nickel !! On devrait pomper tout ça pour arroser le Sahara…

Plaisanterie mis à part, c’est un beau projet. Je suis très sérieux.

 

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s