Gauche/Droite versus Etatiste/libéral

« Ce message et ces commentaires montrent la disparition du clivage gauche droite » commentait une andouille effacée suite à mon dernier billet à propos de la grève des intermittents. Il faut dire que l’andouille est libérale, trouve refuge dans les blogs réactionnaires et les blogs politiques normaux tant il est perdu.

Le bdg parle de moi !! Ouah…. quelle reconnaissance…

Me faire traiter d’andouille par un crétin ignorant est pour moi un plaisir de fin gourmet. En plus, on est toujours l’andouille d’un autre…

En revanche dire que je suis perdu est parfaitement faux. Bien au contraire et c’est l’honnêteté intellectuelle dont je fais preuve que le bdg est incapable de comprendre qui me fait lire les blogs réacs, ceux dit « normaux » et même les blogs des néo-fascistes de la gauche.

Il se trompe. Il n’y a pas de disparition de ce clivage, il y a simplement certains qui sont perdus et qui rangent dans le camp d’en face tous ceux qui ne sont pas d’accord avec eux, notamment à gauche et à droite.

J’adore quand le bdg me donne raison en pensant qu’il me  donne tort.

Visiblement, ce type se croit assez intelligent (défaut typique du degôche) pour pouvoir dire qui est perdu et qui ne l’est pas. Je vais donc partir du principe que personne n’est perdu mais aussi que personne ne sait vraiment ou il est.

Si les gens ne sont pas perdus et « rangent dans le camp d’en face tous ceux qui ne sont pas d’accord avec eux » c’est que le clivage gauche/droite n’est pas clair. Il est même suffisamment flou pour être tout à fait obsolète.

Les gens comme le bdg sont malades. En effet, il souffre de cette maladie encore trop commune dans nos contrées et dont l’un des symptômes principaux est de leur fait croire que ce que disent les hommes politiques est vrai, y compris leurs pseudo-désaccords.

Car si l’on écoute les salopards qui prétendent nous diriger, alors oui, il y a un clivage. Mais les paroles des politiciens n’ont absolument aucune valeur, seuls leurs actes comptent et si l’on regarde les politiques appliquées et les réformes (rarement) misent en œuvre, on s’aperçoit qu’il n’y a pratiquement aucune différence.

La gauche comme la droite font exactement la même chose : de l’étatisme et du keynésianisme. Elles donnent du pouvoir à des syndicats non représentatifs, elles dépensent de l’argent qu’elles n’ont pas en le prenant dans la poche des contribuables, elles mentent, elles ne tiennent pas leur promesses etc…

La preuve qu’elles font la même chose c’est que chaque année, quel que soit le « camp » du gouvernement, la cours des comptes revient sur les mêmes problèmes, signale les mêmes dysfonctionnements, pointe du doigt les mêmes abus et propose les mêmes solutions qui ne sont jamais appliquées.

La gauche met en place les 35h, la droite ne revient pas dessus. Où est le clivage ?
Où est le clivage dans la politique d’immigration ? Où est le clivage dans la politique de dépense ? Où est le clivage dans la politique de l’éducation ? Où est le clivage dans la conservation, aussi bien par la droite que la gauche, des privilèges des cheminots ? Ou le clivage dans la conservation coute que coute du statut de fonctionnaire ?

Si effectivement, il existe une différence entre la gauche et la droite dans les paroles, dans les faits, cette différence est inexistante.
Il y a bien un clivage en France, mais ce n’est plus du tout celui gauche/droite : c’est celui libéral/étatiste. Voici la seule différence qui peut encore exister entre deux types de politiques.

Le clivage gauche/droite est un mythe, entretenu par les politiques et les médias qui ne vivent que de cela. En réalité, ils font tous la même chose.

Ce clivage est artificiellement entretenu pour faire rentrer les idées dans des cases biens définis. Ça c’est de gauche, ça c’est de droite.

Je vais reprendre un exemple du bdg : « Pour ma part, en tant que type de gauche, j’aimerais bien qu’on empêche des types de dormir dehors en leur offrant un hébergement digne de ce nom. »

Donc selon ce monsieur, un type de droite est pour que les gens dorment dehors ?

Mais enfin, personne n’est pour que des gens dorment dehors !!

Il n’y a pas de clivage gauche/droite là dessus. En revanche il y a un clivage entre ceux qui veulent utiliser l’argent publique pour construire des logements pour les clodos et les mal-logés (étatisme) et ceux qui veulent faire en sorte que ces gens aient un travail pour se payer un logement sans l’aide de l’Etat (libéralisme).

Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

20 commentaires pour Gauche/Droite versus Etatiste/libéral

  1. jacquesetienne dit :

    Je suis d’accord sur l’essentiel. Il me semble cependant que le clivage étatisme/libéralisme est celui qui devrait être à la base de l’opposition droite/gauche : la gauche est par définition étatiste. Les divers fascismes également. La droite traditionnelle s’est peu à peu gauchisée, obligée qu’elle était de tenir compte du clientélisme engendré par les politiques étatistes. Le FN a également pris ce virage. S’il doit renaître une nouvelledroite, celle-ci sera libérale ou ne sera pas.

    • Skandal dit :

      La droite française est antilibéral et étatiste par nature, en cela elle est exactement comme la gauche.

      Aujourd’hui, le paysage politique française est assez simple : nous avons aux extrêmes (gauche et droite) des communistes/pétainistes/keynésiens/étatistes et au « centre » des socialo-démocrates étatistes.

      L’opposition est donc forcement libérale et comme il n’y a pas de parti libéral, il n’y a pas d’opposition…

      Je voudrais revenir sur une phrase du bdg : « Pour ma part, en tant que type de gauche, j’aimerais bien qu’on empêche des types de dormir dehors en leur offrant un hébergement digne de ce nom. »

      Sous entendu qu’un type « de droite » est pour que les gens dorment dehors… C’est une réflexion typique du terrorisme intellectuel que pratique la gauche et les degôches. Comme s’ils avaient le « monopole du cœur ».

      La gauche et les degôches se croient les défenseurs de l’opprimé, de la femme et de l’orphelin, du bon, du beau etc… Évidemment ils se trompent mais la droite française ayant refusé le libéralisme, n’a plus rien à opposé à la gauche, plus d’idée, plus d’idéologie, plus de vision et se laisse donc moralement distancé par la gauche.

      Si il existe toujours (mais de moins en moins) une frontière idéologique entre la gauche et la droite, la frontière factuelle à disparu depuis longtemps.

  2. Skandal dit :

    La politique Française n’est faite que de clientélisme et de corporatisme. L’État a totalement envahit la vie des Français et ces derniers s’en remettent systématique à lui pour régler tous leur problèmes. Partant de ce constant, les politiques, dont le seul et unique but est leur carrière (ils se foutent totalement de la France et des Français), utilise donc l’Etat pour satisfaire leur clientèle. Ceci est vrai pour la gauche comme pour la droite. Les politiques se ressemblent donc toutes et une fois au pouvoir la droite fait comme la gauche.

  3. Skandal dit :

    Comme le dit Didier Goux en commentaire chez le bdg : « La frontière classique entre droite et gauche est bel et bien en train de mourir sous nos yeux. Si ce n’était pas le cas, les blogueurs de gauche ne passeraient pas leur temps à s’étriper pour savoir qui est « vraiment » de gauche et qui ne l’est pas. De même, les blogueur de droite n’accuseraient pas systématiquement leurs contradicteurs de droite d’être de gauche.

    Mais je conçois qu’il est difficile de l’admettre quand on a vécu confortablement trente ou quarante ans sur cette division ; et en particulier si on se veut de gaiuche, puisque l’a gauche était le beau, le bien, la générosité, la grandeur d’âme, EJEP (et j’en passe). Il faudra pourtant nous y faire, sous peine de comprendre de moins en moins le monde. »

    Je comprends donc mieux pourquoi le bdg ne comprend pas grand chose…

  4. grandpas dit :

    Si, il y a une différence en gauche et droite, un « de gauche » bien de gauche et surtout bien pensant peut tout se permettre même les pires détournements d’argent et insulter qui n’est pas d’accord avec ses idées, tout lui est pardonné car il en dans côté des gentils, les » de droite » même les plus de gauche, eux n’ont qu’un seul droit se taire car ils sont du côté obscur, point barre, réducteur certes mais ô combien réaliste.

  5. didiergoux dit :

    Excellente mise au point.

    Cela dit, on peut concevoir que les gens de gauche s’accrochent à leurs vieilles frontières. D’abord parce que, sinon, ils vont être obligés de réfléchir au lieu de ronronner, et ensuite parce que, ayant d’autorité décidé que toutes les vertus étaient à gauche et tous les péchés à droite, si la frontière est abolie, ils se retrouvent dans la panade.

  6. mer2mer2 dit :

    Monsieur Skandal, le bdg écrit qu’on parle, ici ou sur les collines de Jacques, de « gentils fachos » -de droite, peut-être bien. Est-ce vrai (mondieumondieumondieu) ? Je n’ai en tous cas pas souvenir de l’avoir lu chez Jacques, ni ici (mais je passe peu).

    Tenez-vous bien pour dit, le facho de droite ne peut pas être gentil -sinon, mais où va-t-on, hein…

    • Skandal dit :

      Ce doit être cela qu’il appelle le second degré… Effectivement, seul le fasciste de gauche (genre Meric) peut être gentil. Il est même plus que gentil : c’est un martyr (en réalité c’est un soldat, d’une cause mortifère et meurtrière, qui est tout simplement mort au combat, un combat pathétique et pitoyable d’ailleurs…)

  7. Skandal dit :

    Le degôche a oublié que l’étatisme est le prélude au fasciste. Il a oublié que les nazis étaient avant tout socialistes et étatistes. Il a oublié le mal qu’a fait le socialisme/communisme dans le monde (Europe de l’Est, URSS, Vietnam, Cambodge, Amérique du Sud). Le degôche a oublié tout cela (probablement qu’il ne l’a jamais su… inculture quand tu nous tiens…).

    Ou plutôt, je pense qu’il le sait et c’est justement pour cela qu’il accuse l’autre camp (la droite donc) de toutes les turpitudes qui font l’Histoire de la gauche.

    Attention, la droite étatiste (UMP et FN) n’est pas en reste. Incapable qu’elle est de se défendre.

    Le gros problème c’est évidemment le traitement de ce clivage, parfaitement synthétique, par les médias. Ces derniers (la plupart) ne vivant que grâce à l’Etat, il ne peuvent donc que critiquer et attaquer les thèses libérales.

    Se plaçant de fait dans le camp du bien, les médias subventionnés et largement financés par l’Etat et les collectivités locales (donc par le contribuable) ne peuvent exister qu’en continuant à faire croire à ce clivage. Ils ne peuvent pas relayer les thèses libérales. Ils ne peuvent pas opposer étatisme et libéralisme. Ils continuent donc à faire croire que le clivage est réel.

  8. Fikmonskov dit :

    C’est quoi, le Bdg ? Une maladie grave ? Un truc sale ?

    • Skandal dit :

      Plus ou moins… C’est le blogueur de gouvernement (aka le type qui insulte tout ceux qui lui démontrent qu’il a tort…) dont je ne cite pas le nom car il a des robots qui scannent le web à la recherche des blogs ou l’on parle de lui (oui, oui, oui, comme la NSA ou la Stasi…)

  9. Lyly dit :

    Ca c’est sur le plan economique. Mais sur le plan moral, la droite est conservatrice (genre armee patrie famille hetero où l’individu est au service de la grandeur de la nation ) quand la gauche est liberal (individualiste qui met l’individu et ses aspirations et ses libertes au coeur du projet de societe et non pas egoisme comme l’entende les francais (et qui fait dire aux republicains que les liberaux sont de gauche aux etats-unis).
    La droite ne peut donc pas prendre un vrai virage liberal economique car c’est une toute autre façon de pensee au niveau se toute la societe…ce qu’elle refuse de faire… (Sans compter que leurs pseudos defenseurs a haut niveau usent et abusent de leurs positions d’appareil d’etat ou de medias pour conserver leurs avantages ce qui decribilisent leurs discours liberaux quand ils veulent seulement l’appliquer aux ouvriers).
    Ce qui sert d’epouvantail economique a la gauche qui est liberal societal par essence.
    Mais apparemment ce sont les plus a gauche qui ont reussi a faire leur virage liberal economique (blair schroder clinton) dans d’autres pays…

    • Skandal dit :

      « Mais sur le plan moral, la droite est conservatrice (genre armee patrie famille hetero où l’individu est au service de la grandeur de la nation ) »

      Ce n’est pas tout à fait vrai. Prenons le mariage gay, en l’absence de referendum on ne sait absolument pas qui est pour quoi. Il n’y a que les média pour dire que « la droite » ne veut pas du mariage gay et que « la gauche » en veut. Il y a beaucoup d’homosexuels qui était contre par exemple. Ce clivage est artificiel.

      « quand la gauche est liberale (individualiste qui met l’individu et ses aspirations et ses libertes au coeur du projet de societe)  »

      Ce qui est faux. La gauche française ne fait absolument pas ça. Elle place au contraire l’Etat au dessus de l’individu et déresponsabilise totalement le citoyen. Il ne suffit pas d’accorder des droits pour être libéral

      Sur le plan moral, la gauche se croit libérale mais c’est un leurre. Elle impose ses vues aux citoyens, sans les consulter, sans referendum, c’est l’opposé du libéralisme…

      Ne comparer pas avec la gauche dans les autres pays (je ne parle que de la France). La gauche française reste économiquement totalement socialiste et totalement étatiste.

  10. grandpas dit :

    le BDG déjà l’ acronyme est hilarant mais c’est bien le seul truc qui tienne la route car le porteur est une buse et je ne suis pas gentil pour ce bel oiseau qu’est la buse.

    • Skandal dit :

      Ce qui me dérange surtout chez lui c’est sa vulgarité et sa mauvaise foi. Pour le reste, c’est surtout le refus de la réalité qui me fait peur.

      Je ne comprends pas comment on peut avoir la moindre confiance e, des gens qui ont démontré et qui démontre chaque jour qu’ils sont totalement incompétents. Je passe sur les mensonges journalier…

      Vous voulez encore un exemple ? c’est simple, Sapin prévoit une croissance de 1% elle sera de 0.7%.

      Depuis 30 ans aucune des prévisions de l’Etat n’est bonne et pourtant ils continuent à systématiquement surestimer.

      Ce sont des fous qui sont élus par des ignorants.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s